Infections a cytomegalovirus [ Publications ]

infections a cytomegalovirus [ Publications ]

Publications > infections a cytomegalovirus

  • Les infections à cytomégalovirus (CMV) sont fréquentes au cours du SIDA. Les localisations sont principalement rétiniennes mais aussi digestives, neurologiques et plus rarement pulmonaires. Le pronostic fonctionnel est sévère lors des atteintes rétiniennes nécessitant une prise en charge précoce. Le traitement de référence repose sur deux antiviraux administrés par voie intraveineuse dont l'activité est similaire : le ganciclovir et le foscarnet. Un traitement d'entretien, dont l'objectif est de retarder la survenue de rechute, est indiqué pour les rétinites, discuté pour les autres localisations. La voie parentérale est recommandée, cependant, en cas de contre-indication, le ganciclovir oral et les traitements locaux (injection intravitréenne, dispositif intravitréen) peuvent être utilisés. Les rechutes surviennent un peu plus tôt avec le traitement oral, les traitements locaux ne préviennent pas la survenue d'autres localisations du CMV et les décollements de rétine sont plus fréquents avec les dispositifs intravitréens. D'autres molécules sont à l'étude. Le cygalovir semble particulièrement intéressant compte tenu d'une longue demi-vie permettant des administrations espacées. La prophylaxie primaire des infections à CMV est une perspective importante. La PCR quantitative permettra de mieux définir les groupes à risques pouvant bénéficier d'un traitement préventif. La voie d'administration orale ou intraveineuse et la posologie restent à déterminer pour obtenir une prévention efficace bien tolérée par les patients et éviter l'émergence de résistance.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diversité des méthodes utilisées par les laboratoires français pour la surveillance des infections à cytomégalovirus humain

  • La surveillance de la charge virale sanguine du cytomégalovirus est un paramètre important de la prise en charge des patients immunodéprimés. Elle est mesurée soit par l’ADNémie soit par l’antigénémie. Le Centre national de référence des cytomégalovirus a organisé une enquête de pratique auprès des laboratoires de CHU pour connaitre la situation en France en 2010.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude séroépidémiologique des infections à cytomégalovirus à la Maternité de l'Hôpital Général de Befelatanana.

  • Etude faite par le test de fixation du complément. 80% des sérums sont positifs. Ces cas positifs ont été étudiés selon le groupe d'âge, le statut matrimonial et le nombre de gestation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov