Illusions [ Publications ]

illusions [ Publications ]

Publications > illusions

  • Une analyse critique des hypothèses de base de la recherche psychosomatique et des affirmations parfois hâtives issues des travaux antérieurs permet de mieux discerner les données confirmées par les travaux les plus récents ou les méta-analyses les plus rigoureuses et de mettre en valeur les pistes émergentes. Si l’hypothèse de profils de comportement spécifiquement liés au risque de certaines pathologies semble abandonnée, la valeur prédictive de la dépression dans le domaine cardiovasculaire, plus que dans celui de la cancérologie, se précise. Affectivité négative et conscience émotionnelle atténuée apparaissent comme deux facteurs de vulnérabilité somatique complémentaires. Plusieurs facteurs de vulnérabilité semblent d’autant plus opérants qu’ils affectent des sujets de niveau socio-économique modeste. La piste du sentiment d’exclusion sociale ainsi que ses liens avec la réaction inflammatoire se révèlent constituer un possible dénominateur commun, aussi bien pour la dépression que pour de nombreuses affections somatiques. Une série de travaux sur la régulation cérébrale des émotions et du stress, ainsi que sur les relations bidirectionnelles cerveau-intestin et sur le rôle médiateur du microbiote intestinal, complète les nombreuses données de nature épidémiologique. Il en est de même pour certaines avancées de la neuro-économie comportementale, éclairant les processus décisionnels des patients confrontés à des choix de santé à finalité préventive. Il apparaît enfin qu’une partie non négligeable de la surmortalité associée à l’existence de troubles mentaux sévères relève non pas de facteurs inhérents aux patients eux-mêmes, mais à des disparités dans la qualité des soins qui leur sont prodigués.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Classification et mécanismes des perceptions et illusions corporelles des amputés.

  • Introduction : Les perceptions par les amputés de leur corps ont fait l'objet de multiples descriptions souvent désordonnées. L'objectif est d'établir une classification synthétique. Méthode : Revue à partir d'études prospectives de 75 amputés recrutés de façon consécutive. Analyse à partir de déclarations libres puis semi-directives. Résultats: Selon la perception ou non du membre amputé, selon l'acuité, la forme, la posture, le mouvement, le caractère réminiscent du membre amputé perçu, il est possible de distinguer des membres fantômes normaux, déformés ou commémoratifs (de rappel), des illusions de normalité corporelle, des perceptions de l'état réel. Discussion : Quel que soit le modèle (neuromatrice) sur lequel repose la construction de l'image corporelle, les représentations correspondant aux perceptions identifiées utilisent différents référentiels (innés, identitaires, autobiographiques) ainsi que les informations instantanées, d'origine périphérique, traitées par des structures cérébrales réorganisées. À chaque type de perception correspond une modalité de représentation particulière. Conclusion: Cette approche, compatible avec les données de la littérature, permet de mieux comprendre les différences entre améliques et amputés tardifs ainsi que les comportements à l'égard de l'appareillage prothétique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Concepts sur l'orthodontie du futur: spéculations ou illusions?

  • Grâce à la modélisation informatique, il sera possible dans le futur, pour le complexe dento-facial, d'évaluer les protocoles thérapeutiques en un système biologique. Les processus du développement des dents, de la tête et de la face pourront également être analysés de cette manière, tout comme les facteurs environnementaux qui les modifient. Il est certain que ce qui est déjà employé dans d'autres systèmes biologiques s'appliquera également tôt ou tard au système dento-facial et, de ce fait, à l'orthodontie. Avant d'y parvenir, nous devrons rassembler un grand nombre de données par des études réductionnistes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'ostéosynthèse par plaques résorbables en chirurgie maxillo-faciale: espoirs et désillusions.

  • L'utilisation de matériaux d'ostéosynthèse résorbables présente en chirurgie maxillo-faciale un double intérêt: - supprimer les effets biologiques éventuels liés à la présence de corps étrangers métalliques, - rendre inutile une nouvelle intervention chirurgicale pour la dépose du matériel. Bien que la biotolérance des matériaux résorbables utilisés soit bien connue, les auteurs ont voulu tester leur utilisation dans les conditions particulières de la chirurgie maxillo-faciale, où la simple extrapolation des données recueillies en chirurgie générale conduit à des conclusions erronées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov