Ileus [ Publications ]

ileus [ Publications ]

Publications > ileus

  • But de l'étude : Évaluer le laser epithelial keratomileusis (LASEK) myopique sur la réfraction, la douleur et le haze post-opératoires. Matériels et méthodes : Étude prospective monocentrique non comparative. Après consentement éclairé, nous avons inclus, à partir de juin 2000, les patients myopes dont l'équivalent sphérique était inférieur à 5 dioptries (D). Cette étude s'inscrivait dans le cadre d'une étude prospective comparative parallèle où l'oeil adelphe était opéré par photokératectomie réfractive. La technique du LASEK comprenait la réalisation d'un capot d'épithélium cornéen après application d'éthanol dilué. Ce capot était remis en place après photoablation et maintenu en place par une lentille de contact. Les résultats réfractifs étaient analysés et la douleur et le haze étaient quotés selon une échelle visuelle analogique de 0 à 10 et une échelle de 0 à 4 respectivement. Résultats : Notre étude comprenait 17 yeux (16 patients). Le LASEK a été réalisé avec succès dans 15 yeux (88,2 %). Un de ces yeux n'a pu cependant être analysé du point de vue réfractif et du haze post-opératoire à cause de la perte malencontreuse du capot lors de l'ablation de la lentille le lendemain de l'intervention. La cotation moyenne de la douleur maximale post-opératoire la nuit de l'intervention était de 5,7 ±2. L'équivalent sphérique (ES) pré-opératoire moyen était de - 2,5 ± 1 D, et après un recul moyen de 2 mois, l'ES post-opératoire moyen était de +0,26 ± 0,6 D. La prédictibilité était de 85,7 % et de 71,4 % pour un intervalle de ± 1 D et ± 0,5 D de la réfraction post-opératoire désirée respectivement. Le haze était inférieur à une croix dans 12 yeux (85,7 %) et était égal à une croix dans 2 yeux (14,3 %). Nous n'avons pas observé de complication, ni de perte de la meilleure acuité visuelle corrigée. Conclusion : Dans le traitement des myopies inférieures à 5 D, le LASEK apparaît comme une technique fiable et reproductible. Il permettrait de contrôler la douleur opératoire de façon satisfaisante, et de s'affranchir du risque des complications liées à la découpe d'un capot stromal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Résultats cliniques du laser in situ keratomileusis (LASIK) chez le myope: étude sur 390 yeux.

  • But de l'étude : Les auteurs rapportent leur expérience personnelle du LASIK chez le myope afin d'étudier son efficacité, sa sécurité, sa prédictibilité et sa stabilité dans les faibles, moyennes et fortes myopies. Patients et méthodes : 390 yeux ont été traités depuis janvier 1996 jusqu'en décembre 1997, avec un recul de plus de six mois pour 254 yeux et de plus d'un an pour 136 yeux. Les myopies traitées allaient de - 1,5 à - 16 dioptries avec un équivalent sphérique moyen de -8.49 D. La procédure chirurgicale se déroulait entièrement sous anesthésie topique et comprenait une découpe cornéenne de 160 microns d'épaisseur à l'aide du microkératome ALK-E Chiron, suivie d'une photo ablation stromale à l'aide du laser Excimer Technolas 117 keracor Chiron équipé d'un système d'« Eye tracking » actif. Nous avons comparé les acuités visuelles sans correction (AVSC), avec correction (MAVC) et équivalents sphériques (ES) avant et après l'intervention. Résultats: Ils sont présentés globalement et en trois sous-groupes par souci de simplification. (A

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Grandes taches pigmentées pileuses au cours de la neurofibromatose de type 1: une forme atypique de neurofibromes.

  • Introduction. Des taches pigmentées pileuses planes de grande taille ont été observées à plusieurs reprises chez des adultes atteints de neurofibromatose de type 1. Le but de notre étude prospective a été d'en définir la nature et la fréquence. Malades et méthodes. La présence de taches pigmentées pileuses planes de plus de 3 cm de diamètre a été recherchée de façon systématique chez des malades atteints de neurofibromatose de type 1. Une biopsie profonde de la lésion et la prise de clichés photographiques ont été proposées. Résultats. Parmi 614 malades atteints de neurofibromatose de type 1, 7 (1,1 p. 100) avaient une tache pigmentée pileuse. Une biopsie profonde a été faite dans 6 cas. Dans 5 cas, il s'agissait d'un neurofibrome à composante mixte , le 6

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Diagnostic d'un iléus méconial.

  • L'iléus méconial correspond à un trouble fonctionnel fréquemment observé au deuxième trimestre de gestation. Le diagnostic peut être évoqué devant une hyperéchogénicité intestinale ou porté par le pathologiste au cours d'un examen morphologique systématique. Il doit conduire à un bilan étiologique à l'aide de prélèvements orientés selon le contexte. Même en l'absence d'anamnèse, une mucoviscidose doit pouvoir être recherchée en examinant le pancréas, mais surtout en congelant du tissu frais pour avoir la possibilité de rechercher les mutations les plus fréquentes. L'iléus peut aussi résulter d'une infection, de l'ingestion de liquide amniotique hémorragique, d'une anomalie chromosomique ou d'un syndrome polymalformatif. Seul un diagnostic étiologique bien conduit par un pathologiste averti permet un conseil génétique et une bonne prise en charge de la grossesse suivante.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Iléus biliaire avec évacuation spontanée d'un gros calcul : a propos d'un cas.

  • L’iléus biliaire est une complication rare de la lithiase biliaire, Il est caractérisé par la triade radiologique, syndrome occlusif, aérobilie et localisation ectopique d’un calcul dans le tube digestif. La cause est généralement une fistule bilio-digestive. En dehors de l’évacuation spontanée du calcul qui est rare et intéresse surtout les calculs de moins de 2 cm, le traitement reste dans la majorité des cas chirurgical. Nous rapportons le cas d’une patiente de 80ans, admise pour occlusion, chez qui le bilan étiologique retrouve la triade caractéristique de l’iléus biliaire, L’évolution a été marquée par l’émission spontanée par l’anus d’un gros calcul de 5 cm, suivie d’une nette amélioration clinique avec disparition des signes de l’occlusion.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Iléus par entérolithe: une complication rare de la diverticulose de l'intestin grêle.

  • Les auteurs rapportent une occlusion sub-aiguë de l'intestin grêle par entérolithe secondaire à un diverticule de l'intestin grêle chez une patiente âgée. L'existence d'un diverticule de l'intestin grêle n'est pas rare. Mais l'occlusion de l'intestin grêle secondaire à un entérolithe compliquant une diverticulose de l'intestin grêle est une complication rare. L'iléus par entérolithe ressemble à un iléus biliaire dans sa présentation clinique. Le diagnostic peut être fait seulement en montrant l'absence d'aérobilie et la présence d'une anomalie digestive favorisant la stase, comme une diverticulose de l'intestin grêle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'iléus biliaire. Intérêt de la tomodensitométrie abdominale.

  • Les auteurs rapportent le cas d'une patiente de 93 ans admise en urgence pour occlusion intestinale. La tomodensitométrie abdominale montre un iléus biliaire causé par la migration et l'enclavement d'un calcul vésiculaire de 3 cm de diamètre dans l'intestin grêle. Une entérolithotomie simple fut réalisée avec succès. L'iléus biliaire est une complication d'une lithiase vésiculaire dans plus de 90 % des cas et représente 25 % des causes d'obstruction intestinale chez les patients de plus de 65 ans. Le diagnostic et le traitement doivent être établis sans délai pour réduire la morbidité et la mortalité. La tomodensitométrie abdominale est l'examen de référence.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'iléus biliaire: points clés et pièges du diagnostic par l'imagerie en coupes.

  • L'iléus biliaire pourrait être responsable de 25 % des occlusions du grêle des patients de plus de 70 ans. Sa symptomatologie changeante et trompeuse entraîne souvent un retard diagnostique qui aggrave le pronostic de cette pathologie réputée bénigne. Le recours rapide au scanner multicoupes améliore l'efficacité de la prise en charge. L'analyse de douze cas permet d'insister sur les points essentiels et les pièges qui peuvent être observés dans ce diagnostic apparemment facile.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Iléus biliaire : une cause rare d’occlusion intestinale aiguë.

  • L’iléus biliaire est une cause rare d’occlusion intestinale, qu’on rencontre chez le sujet âgé. Le diagnostic est apporté par le scanner qui constitue l’examen de référence. Le traitement est chirurgical consistant en une entérolithotomie, associée ou non à une cholécystectomie et à une cure de la fistule. Le but de notre travail est de rapporter deux cas d’iléus biliaire et de décrire les particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques des iléus biliaires.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'iléus biliaire : réflexions diagnostiques et thérapeutiques. A propos d'une observation.

  • L'iléus biliaire avec migration du calcul biliaire dans l'intestin grêle à travers une fistule cholécystoduodénale est rare. Le diagnostic est difficile et souvent tardif. La tomodensitométrie permet un diagnostic précoce en montrant fistule, calcul et aérobilie. Le traitement est chirurgical, avec cholécystectomie plus ou moins cure de la fistule.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'iléus biliaire: plaidoyer pour le traitement simultané de l'occlusion et de la maladie biliaire.

  • Le traitement simultané de l'occlusion et de la maladie biliaire dans l'iléus biliaire doit-il être privilégié par rapport à la simple entérotomie ? Pour répondre à cette question, tous les malades pris en charge dans le service pour iléus biliaire entre le 1

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov