Ictere neonatal [ Publications ]

ictere neonatal [ Publications ]

Publications > ictere neonatal

  • Devant un ictère néonatal prolongé (INNP), plusieurs diagnostics différentiels sont à évoquer, les plus fréquents étant l'hépatite virale. l'atrésie des voies biliaires et lc kyste du cholédoque. Les examens biologiques sont nécessaires mais ne permettent pas un diagnostic étiologique dans tous les cas. Nous proposons une échographie multiphasique de la vésicule biliaire évaluant la cinétique biliaire, avant et après repas lacté pour différencier ces trois entités. Cet examen multiphasique a été corrélé avec le diagnostic chirurgical et clinique. Matériels et méthodes. - Entre février 1993 et janvier 1997, 13 nourrissons (sept filles et six garçons) âgés de 30 à 186 jours présentaient un ictère avec hyperbilirubinémie conjuguée. Ils ont été étudiés par un hilan sérologique et une échographie multiphasique. cette dernière après 4 heures de jeûne puis I et 2 heures après repas lacté. Résultats. - Chez neuf des 13 patients. la vésicule biliaire a été visualisée. Dans cinq cas, elle a nettement diminué de volume après le repas, le diagnostic d'hépatite a alors été retenu et confirmé par l'évolution clinique. Chez trois patients, elle n'a pas changé d'aspect, et le diagnostic d'atrésie des voies biliaires a été confirmé chirurgicalement. Dans un cas, un kyste du cholédoque a été visualisé et confirmé par la chirurgie. Dans quatre cas sur 13. la vésicule biliaire n'a pas été visualisée après 4 heures de jeûne : l'atrésie des voies biliaires a été suspectée et certifiée chirurgicalement. Conclusion. - L'échographie multiphasique de la vésicule biliaire est une technique non invalide et facile. ayant permis de reconnaître l'indication chirurgicale dans les huit cas où elle était nécessaire. Nous recommandons son utilisation comme examen de premier choix dans tous les cas d'INNP, avant d'avoir recours à d'autres techniques plus invasives.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase et ictère néonatal.

  • OBJECTIF : Depuis 1986, un dépistage néonatal systématique du déficit en Glucose-6-Phosphate Déshydrogénase (G6PD) est organisé dans les maternités publiques de la ville de Marseille. L'objectif de notre étude est de déterminer la prévalence de déficit enzymatique dans la population testée et de calculer le risque relatif de survenue d'un ictère néonatal en cas de déficit en G6PD. MÉTHODE : Le dépistage néonatal est réalisé par dosage spectrophotométrique de l'activité enzymatique sur sang de cordon. Un échantillon de 7779 nouveau-nés ayant bénéficié du dépistage a été étudié rétrospectivement. La survenue d'un ictère néonatal a été étudiée sur un groupe de 85 enfants déficitaires apparié à un groupe de 85 enfants non-déficitaires. RÉSULTATS : La fréquence du déficit en G6PD est de 2,1% dans la population mâle testée et le risque relatif de survenue d'un ictère pathologique est de 2,6 dans la population déficitaire. CONCLUSION : La survenue d'un ictère néonatal pathologique est significativement plus fréquente en cas de déficit en G6PD associé. Le dépistage précoce de cette affection permet au clinicien de disposer d'un diagnostic étiologique en cas d'ictère pathologique mais aussi d'avoir une action préventive en informant la famille du nouveau-né, lors de son séjour à la maternité, sur les mesures permettant de prévenir les crises hémolytiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Immunoglobulines polyvalentes intraveineuses et ictère néonatal par allo-immunisation érythrocytaire

  • Les ictères hémolytiques néonatals par allo-immunisation fœtomaternelle (AFM) dans le système Rhésus, ABO ou autre ne sont pas rares. S’il est possible de prévenir un grand nombre des allo-immunisations Rhésus par l’administration à la mère d’immunoglobulines spécifiques anti-D, la prophylaxie de l’incompatibilité dans les autres groupes, notamment ABO, n’est pas possible. Malgré les progrès réalisés dans l’utilisation de la photothérapie afin d’éviter l’ictère nucléaire, le traitement de ces ictères peut nécessiter le recours à une ou plusieurs exsanguinotransfusions (EST), thérapeutique non dénuée de risques. Depuis quelques années les données validant l’utilisation des immunoglobulines polyvalentes intraveineuses (IgIV) dans le traitement de ces incompatibilités s’accumulent. La revue de la littérature montre que leur utilisation précoce chez les nouveau-nés atteints d’ictère par allo-immunisation érythrocytaire permet, sans effet indésirable, une diminution significative du nombre d’EST ainsi qu’une réduction significative de la durée de la photothérapie et de l’hospitalisation. Les données concernant l’augmentation du risque de transfusion tardive qu’elles occasionneraient sont controversées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude de l'action de l'albumine humaine sur l'ictère néonatal en association avec la photothérapie intensive.

  • Résumé. l'efficacité de la photothérapie, en abaissant la bilirubinémie chez les nouveau-nés, varie inversement avec la rapidité et le degré de l'hémolyse. L'adjonction d'une perfusion d'albumine pourrait augmenter l'efficacité de la photothérapie. Cette étude examine les variations de la bilirubine totale et des ses fractions non conjuguées et non liées chez les nourrissons traités par photothérapie seule ou par photothérapie et albumine. Malades et méthodes. Les dossiers de 211 nouveau-nés traités de janvier 1990 à mars 1991 pour un ictère néonatal sévère étaient analysés. L'ictère était dû à une incompatibilité ABO chez 113 nouveau-nés et à une anémie hémolytique héréditaire chez 6, la cause de l'ictère était inconnue chez 92 malades.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémorragie surrénalienne révélée par un ictère néonatal : à propos d’un cas

  • Nous rapportons un cas d’hémorragie surrénalienne néonatale qui s’était présentée comme un ictère néonatal persistant. Cette hémorragie des surrénales était survenue après un accouchement dystocique. Les manifestations cliniques de l’hémorragie surrénalienne varient selon l’importance de l’hémorragie et l’étendue de l’atteinte du cortex surrénalien. Cette observation souligne l’intérêt de l’échographie abdominale devant tout ictère persistant dans un contexte évocateur et permet d’évoquer d’autres causes d’ictère néonatal prolongé ainsi que leur prise en charge.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov