Hypospadias [ Publications ]

hypospadias [ Publications ]

Publications > hypospadias

  • L’hypospade correspond à une hypoplasie des tissus formant la face ventrale de la verge responsable d’un abouchement ectopique de l’urètre. Cette anomalie congénitale résulte d’un défaut de fusion des deux surfaces épithéliales de la gouttière urétrale entre la 11e et la 18e semaine de développement. Plus l’arrêt de ce processus est précoce, plus la forme est proximale et sévère. C’est la deuxième malformation génitale chez le garçon avec 1 cas sur 250 naissances masculines. Son origine est souvent multifactorielle (génétique, endocrinienne et environnementale). Trois formes anatomiques existent : proximale, moyenne et distale (la plus fréquente). Un bilan complémentaire (endocrinien, génétique et morphologique) est réalisé précocement, avant la chirurgie, en cas d’hypospade sévère, familial, associé à une cryptorchidie, un scrotum bifide, un micropénis et/ou une anomalie squelettique, rénale, et/ou cardiaque. Il précise le pronostic pubertaire. La prise en charge chirurgicale a lieu entre 6 et 12 mois. Elle limite le retentissement fonctionnel et esthétique de cette malformation. De nombreuses techniques sont décrites. Elles ont en commun les trois temps opératoires : découdure de verge, urétroplastie, reconstruction de la face ventrale de verge. Elles s’appuient sur les principes de sutures directes, de lambeaux locaux pédiculés, et/ou de greffes (peau ou muqueuse). Le taux de complications postopératoires est compris entre 6 et 30 %. Les deux principales complications sont les fistules et les sténoses. Le suivi, notamment psychologique, de ces enfants est nécessaire jusqu’à l’âge adulte. La chirurgie des hypospades reste délicate et doit être réalisée par des chirurgiens expérimentés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Intérêt de la mobilisation de la plaque urétrale dans la libération de la courbure qui accompagne les formes postérieures d'hypospadias

  • But : Comparer les gains obtenus par déshabillage du pénis à ceux obtenus avec une mobilisation de la plaque urétrale et résection du tissu fibreux sous-jacent (à la manière de Mollard) Matériel et Méthodes : Entre février 1996 et mars 2003, 97 patients ont été opérés pour hypospadias postérieur. Chez ces patients nous avons utilisé des photos prises de profil lors de tests successifs d'érection : un 1er test est réalisé au début de l'intervention, un 2ème après déshabillage du pénis par libération de la peau et le dartos, un 3ème est effectué après une éventuelle mobilisation de la plaque urétrale et résection du tissu fibreux sous-jacent, et un dernier test enfin d'intervention. Résultats : La libération de la courbure avec plaque urétrale conservée a été obtenue chez 88 patients (91% des cas). L'analyse des photos prises de profil a montré que le déshabillage du pénis donne une correction complète de toutes les courbures inférieures à 55°, alors que ce geste était insuffisant pour celles qui dépassaient 90°. Par contre, le décollement de la plaque urétrale avec résection du tissu fibreux sous-jacent n'a pu donner que des corrections comprises entre 10° et 25°, avec un taux de complications postopératoires identique à celui obtenu sans décollement de la plaque urétrale. Conclusions : La correction de la courbure qui accompagne les formes postérieures d'hypospadias est obtenue essentiellement par déshabillage du pénis.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hypospadias féminin découvert à l’adolescence

  • L’hypospadias féminin est une malformation congénitale rare, contrairement à l’hypospadias masculin qui est beaucoup plus fréquent. Chez les filles, le diagnostic n’est fait que quelques mois après la naissance, voire plus tardivement. L’hypospadias féminin se traduit par une agénésie totale ou partielle du septum urétro-vaginal, il en résulte un drainage urinaire dans l’appareil génital. Rarement isolé, il est généralement associé à d’autres anomalies urogénitales, voire rachidiennes. Son traitement est chirurgical, il consiste en une reconstitution urétrale. Nous rapportons le cas d’une adolescente de 13 ans, d’origine rurale, sans antécédents pathologiques particuliers qui a été admise dans un tableau d’anurie, avec insuffisance rénale et hypertension artérielle. Après examen physique et explorations, le diagnostic d’hypospadias féminin, avec vessie neurologique par agénésie sacrée a été retenu. Le traitement chirurgical a consisté en une apicalisation du méat urétral avec méatoplastie en vue d’un cathétérisme intermittent par voie urétrale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement de l'hypospadias antérieur: comparaison de la technique modifiée de Mathieu au Duplay (à propos de 849 enfants).

  • But. - L'objectif de cette étude est la comparaison de 2 techniques chirurgicales dans le traitement de l'hypospadias antérieur primitif avec une évaluation des résultats à court et moyen terme. Malades et méthodes. - Une étude rétrospective des résultats de la technique de Mathieu modifiée exécutée chez 392 malades présentant un hypospadias antérieur jamais traité, tous opérés par un même chirurgien, est comparé aux résultats de la technique de Duplay modifiée exécutée chez 457 malades dans un deuxième centre par un second chirurgien, les 2 séries s'étalent sur une période de 10 ans. Les résultats. - Après un recul allant de 21 mois à 10 années. Sept des 392 malades (1,7 %) traités par la technique de Mathieu ont présenté une complication ayant nécessité une chirurgie , comparé à 32 des 457 malades (7 %) traités par la technique de Duplay, une différence qui est statistiquement notable (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Quelle technique pour quel hypospadias?

  • S'appuyant sur une expérience de 700 interventions pour hypospadias de 1980 à 1995, l'auteur décrit les facteurs importants à prendre en considération lors du choix ultime de la technique à employer. Ce choix est aisé pour un hypospadias moyen ou sévère, et est essentiellement basé sur l'usage d'un lambeau préputial transversal pédiculé, formé en tube ou appliqué sur la plaque urétrale existante, prenant en considération l'existence d'une chordée, de la coudure, la surface disponible au niveau du prépuce, et la longueur du déficit urétral. Pour la correction d'un hypospadias distal le choix de la technique la mieux appropriée est nettement plus difficile. Les facteurs importants en considérer sont, présence de chordée ou non, l'aspect et la localisation du méat, la forme et le volume du gland, la qualité de la peau ventrale recouvrant l'urètre distal. L'auteur discute l'importance de tous ces paramètres, isolés ou combinés dans le choix ultime de « quelle technique pour quel hypospadias ».

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'hypospadias à réopérer

  • Réopérer un hypospadias de l'enfant ou de l'adulte nécessite une stratégie de réparation qui prend en compte les symptômes gênant le patient, au niveau de l'urèthre (sténose, fistule, hypospadias persistant, présence de poils) mais aussi au niveau des corps caverneux et de la peau du fourreau. Il s'agit d'une approche globale et progressive, peu décrite mais consacrée par l'expérience, qui intègre les données les plus récentes de l'hypospadiologie: après uréthroscopie, la verge est libérée du fourreau pour traiter d'abord une éventuelle coudure résiduelle en quatre étapes , le problème uréthral est ensuite traité différemment selon que l'urèthre pénien est encore utilisable ou non. Mais dans presque tous les cas, une uréthroplastie en un ou deux temps utilisant la muqueuse buccale sera réalisée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Expérience du traitement de l'hypospadias au CHU de Treichville (Abidjan).

  • De 1984 à 1994, nous avons reçu en consultation 105 enfants ayant un hypospadias. Seuls 52 parmi eux ont subi un traitement chirurgical. L'hypospadias était distal (balanique, balanopréputial ou juxtacoronal) dans 38,4 % des cas, il était pénien antérieur ou moyen dans 38,4 %, et pénien postérieur ou pénoscrostal dans 23,07 % des cas. Dans les formes distales balaniques, une méatotomie associée à une circoncision a été réalisée dans 70% des cas. L'intervention de Mathieu a donné les meilleurs résultats dans les formes péniennes antérieures et moyennes. Le taux de fistule reste élevé (17,3 %). Le traitement des formes postérieures qui se faisait autrefois en plusieurs temps opératoires, se fait actuellement en une seule intervention selon le procédé de Duckett et/ou de Duplay. Les résultats de toutes ces interventions sont discutés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Technique de Duplay modifiée dans le traitement de l'hypospadias. A propos de 585 cas.

  • L'hypospadias dans ses formes antérieures (balanique, balano-préputial, pénien antérieur) est une malformation très fréquemment rencontrée. Les techniques chirurgicales varient d'une équipe à l'autre mais tous les auteurs sont actuellement unanimes quant au traitement en un seul temps. Nous rapportons notre expérience à propos de 585 cas d'hypospadias opérés par la technique de Duplay, modifiée de façon à traiter les malformations fréquemment associées et décrivons la technique utilisée. Tous les enfants ont été opérés dans le service de chirurgie pédiatrique de l'hôpital Édouard Herriot. Nos résultats comparés à ceux retrouvés dans la littérature paraissent très satisfaisants aussi bien sur le plan esthétique que fonctionnel et permettent de valider notre technique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Avancement uréthral transglandaire (A.U.T.) pour hypospadias distal. Seize ans d'expérience.

  • Quatre vingt six patients ont été opérés selon la technique décrite. Au cours de cette période nous avons modifié la reconstruction du méat, afin de prévenir l'aspect inesthétique du gland résultant de la technique première. Les résultats furent excellents. Chez 40 patients (23 adultes et 17 adolescents), nous avons pu juger de l'aspect et de la fonction de leur verge adulte avec un suivi d'au moins 7 à 16 ans après l'intervention. En conclusion, nous croyons que la crainte d'une éventuelle ischémie avec rétraction, voire même une nécrose, suivie d'une coudure de la verge due à la mobilisation extensive de l'urèthre est non fondée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Technique de Mathieu modifiée pour hypospadias avec chordée modérée.

  • Une technique de Mathieu modifiée pour hypospadias avec chordée modérée est présentée. Les modifications consistent en un lambeau cutané largement pédiculé sur le fascia dartos, la correction de la coudure par résection du tissu fibreux et par plication dorsale de la tunique albuginée et l'éventuelle possibilité de pratiquer une reconstruction du prépuce. Avec cette technique modifiée on peut corriger des déficits jusqu'à 2,5 cm de longueur. Soixante-seize enfants ont été opérés selon cette technique et dans 20 le suivi est de plus de 24 mois. Chez ces 20 patients on a rencontré comme complications, une fistule, deux sténoses méatales et une perte totale du lambeau cutané a cause d'une infection.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Analgésie post-opératoire après une opération de l'hypospadias.

  • Les auteurs décrivent plusieurs méthodes d'analgésie post-opératoire qui peuvent être appliquées après une intervention corrective de l'hypospadias. L'anesthésie caudale est le type d'anesthésie de choix en la matière. C'est en effet une méthode efficace, simple à réaliser et rarement accompagnée de complications. Nous donnons un aperçu de la technique, et précisons les points qui doivent attirer l'attention ainsi que les différents produits qui peuvent être utilisés. L'anesthésie systémique et le neuroblocage pénien sont souvent moins efficace et ne devraient être appliqués qu'en cas de contre-indications pour l'anesthésie caudale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement de l'hypospadias balanique et balano-préputial, selon la technique de l'avancement avec reconstruction du prépuce.

  • L'opportunité du traitement des hypospadias balaniques et balano-préputiaux est essentiellement d'ordre psychologique. Une reconstruction anatomique parfaite est donc indispensable. La technique proposée reconstruit l'urètre et le prépuce au profit d'une dissection étendue. Il n'est pas laissé de sonde. Une hospitalisation de quelques heures est suffisante. Les complications sont rares.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le lambeau préputial transversal pédiculé pour la correction d'un hypospadias moyen et sévère.

  • Après la présentation des résultats obtenus chez 225 patients opérés pour hypospadias selon la technique du lambeau préputial transversal pédiculé, en tube ou en Onlay, l'auteur décrit la technique opératoire, ses avantages et ses limites. Deux variantes sur la technique, le Onlay et le lambeau pédicule dorsal sont également décrites comme alternatives, ayant chacune leurs indications propres.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hypospadias chez le chien: un cas clinique.

  • A 1-year-old intact male West Highland White Terrier was presented for abnormal miction. A clinical diagnosis of perineal type of hypospodias was established. Establishment of the diagnosis and the surgical management are discussed.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Considérations générales sur l'hypospadias.

  • Après avoir décrit l'anomalie, l'auteur discute les différentes classifications, la fréquence et l'hérédité, les anomalies associées et l'intersexe.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov