Hypocalcemie [ Publications ]

hypocalcemie [ Publications ]

Publications > hypocalcemie

  • Objectifs: la survenue d'une hypocalcémie est la complication la plus fréquemment rencontrée après thyroïdectomie totale et représente le principal motif d'hospitalisation des patients après ablation du dispositif de drainage post opératoire. Le but de cette étude prospective est de déterminer l'intérêt du dosage post opératoire précoce de la parathormone (PTH) comme facteur prédictif de la survenue d'une hypocalcémie après thyroïdectomie totale. Matériel et méthodes: 62 patients ont bénéficié d'une thyroïdectomie totale de novembre 2004 à Avril 2005 dans notre service. Un dosage de PTH rapide a été réalisé 1 heure après la fin de l'intervention et a permis de classer les patients en 2 groupes suivant que leur taux de PTH était supérieur ou non au seuil de 16 pg/mL. La calcémie post opératoire et sa fraction ionisée ont été dosées 24, 48 et 72 heures après l'intervention. Une hypocalcémie post opératoire a été retenue en cas de calcémie inférieure à 2,00 mmol/L et/ou de calcémie ionisée inférieure à 1,00 mmol/L. Résultats: une hypocalcémie est apparue dans les 72 heures suivant la thyroïdectomie totale dans 16 cas soit chez 25,8 % de nos patients. Tous les patients hypocalcémiques avaient une PTH ≤ 16 pg/mL à 1 heure post opératoire. Tous les patients ayant une PTH >

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Maladie cœliaque révélée par une hypocalcémie secondaire à une thyroïdectomie totale : à propos d’un cas

  • Dans le but d’illustrer une circonstance de découverte particulière de la maladie cœliaque, nous rapportons le cas d’une patiente âgée de 54 ans, porteuse d’un goitre multinodulaire avec euthyroïdie clinique et biologique et des anticorps anti-peroxydase positifs. Dans les suites immédiates d’une thyroïdectomie totale avec repérage et abaissement des parathyroïdes, la patiente a présenté une tétanie avec une hypocalcémie à 50 mg/l. La persistance de cette dernière, malgré la supplémentation orale en calcium et en vitamine D, a nécessité le recours à la voie intraveineuse et a justifié la recherche d’une maladie cœliaque d’autant plus que la malade a une sœur atteinte de la maladie et que le bilan biologique montrait une anémie et une hypoalbuminémie. Le diagnostic a été confirmé par la positivité des anticorps et le résultat de la fibroscopie digestive. La PTH était inférieure à 1 pg/ml, et les radiographies ont montré un aspect évoquant un hyperparathyroïdisme. Après prescription d’un régime sans gluten et traitement vitamino-calcique, l’évolution a été marquée par l’amélioration de la calcémie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Potentialisation des effets de l’hyperkaliémie par une hypocalcémie induite par le cinacalcet en dialyse

  • Nous rapportons le cas de deux patients en hémodialyse chronique s’étant présentés avec une symptomatologie typique d’hyperkaliémie (parésie des membres inférieurs et anomalies caractéristiques de l’électrocardiogramme [ECG]) alors que leur kaliémie n’était que de 6,1 et 6,2 mEq/L, des valeurs fréquemment rencontrées chez des patients dialysés asymptomatiques. Leur commun dénominateur était d’avoir concomitamment une hypocalcémie franche induite par un traitement par cinacalcet (7,5 et 6,4 mg/dL). Cette hypocalcémie a très probablement précipité la survenue des manifestations tant cliniques qu’électrocardiographiques d’hyperkaliémie. Notre observation concorde avec des publications antérieures montrant que, dans d’autres situations cliniques que l’utilisation du cinacalcet, l’hypocalcémie potentialise les effets musculaires de l’hyperkaliémie. Nous recommandons d’être particulièrement attentif à une élévation modérée de la kaliémie (supérieure ou égale à 6,0 mEq/L) chez les patients dialysés présentant une calcémie inférieure à 8 mg/dL induite par un calcimimétique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Intérêt de la génétique au décours d’un diagnostic d’hypocalcémie

  • La calcémie est une valeur biologique finement régulée. Ces dernières années, de nombreuses études fondamentales ainsi que la mise en évidence d’anomalies moléculaires responsables de certaines maladies héréditaires du métabolisme phosphocalcique ont permis de mieux connaître l’ensemble des acteurs de cette régulation, de l’embryogénèse des glandes parathyroïdiennes à la valeur de calcémie dosée. La recherche ciblée de certaines de ces anomalies génétiques sera utile non seulement pour le clinicien mais surtout pour le patient, pour la démarche étiologique, le suivi évolutif et thérapeutique ainsi que pour un éventuel diagnostic anténatal. Les principales anomalies génétiques pouvant être étudiées sont les suivantes : gènes CaSR, GNAS, AIRE, VDR, ADN mitochondrial, délétion en 22q11.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cardiomyopathie hypokinétique réversible révélatrice d'une hypocalcémie profonde.

  • Les cardiomyopathies dilatées peuvent être secondaires ou primitives. Si certaines causes sont bien connues telles que les causes toxiques (alcool, chimiothérapie...) ou virales, les anomalies biochimiques sont beaucoup plus rares. Nous rapportons l'observation d'une femme âgée de 58 ans, sans antécédent, hospitalisée pour un premier épisode d'insuffisance cardiaque globale. L'électrocardiogramme retrouve une tachycardie sinusale avec QT allongé (560 mm) et une cardiomyopathie dilatée hypokinétique avec une fraction d'éjection à 20 %. Le bilan étiologique retrouve une hypocalcémie majeure (0,66 mmol/L) révélant une hypoparathyroïdie primitive. Cette étiologie est importante à connaître car son traitement permet une correction de la cardiopathie, le plus souvent en quelques semaines.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hypomagnésémie associée à une hypocalcémie après parathyroïdectomie méconnue

  • Cette observation rapporte le cas d'une hypocalcémie et d'une hypomagnésémie après chirurgie carcinologique étendue, en relation avec une parathyroïdectomie totale non signalée par le chirurgien. Le diagnostic est évoqué au dixième jour postopératoire devant la survenue d'une agitation, de myoclonies et de fasciculations musculaires, d'un nystagmus et d'une hypotension orthostatique. Aucune manifestation cardiaque n'est observée. Un apport calcique ne permet pas la correction totale des troubles, qui ne disparaissent finalement qu'après un apport de sulfate de magnésium.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hypothyroïdie compensée révélant une pseudohypoparathyroïdie en l'absence d'hypocalcémie et d'hyperphosphorémie

  • La pseudohypoparathyroïdie de type la est due à un défaut moléculaire diminuant l'activité de la protéine Gs. Elle entraîne une résistance plurihormonale et des anomalies squelettiques. La résistance à la parathormone peut être discrète, et le diagnostic difficile chez des patients dont les manifestations sont atypiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'impétigo herpétiforme, une manifestation rare de l'hypocalcémie sévère.

  • Un cas d'impétigo herpétiforme associé à une hypocalcémie profonde due à une hypoparathyroïdie est décrit. Cette observation clinique et la revue de cas identiques publiés dans la littérature permet de rappeler que cette rare et sévère lésion dermatologique proche du psoriasis peut être la manifestation révélatrice de l'hypoparathyroïdie et répond rapidement à la recharge calcique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov