Hypoalbuminemie [ Publications ]

hypoalbuminemie [ Publications ]

Publications > hypoalbuminemie

  • Les situations pathologiques s'accompagnant d'oedèmes sont nombreuses, et l'hypoalbuminémie en est une des causes classiques. Son étiologie est multiple et les mécanismes sous-jacents à son développement peuvent comprendre un défaut de synthèse ou une carence d'apport d'albumine, une fuite rénale ou digestive, ou une augmentation du catabolisme protéique. L'hypoalbuminémie est fréquente chez les personnes âgées, avec une prévalence variant de 4 % à 50 % selon qu'elles habitent à domicile ou en institution. La « carence » en albumine engendre de nombreux états pathologiques en raison de la double fonction qu'elle assure en temps normal, à savoir: la régulation de la pression oncotique sanguine et le transport plasmatique de nombreuses substances endogènes et exogènes. Dans cet article, nous rapportons deux observations cliniques de syndrome oedémateux invalidants chez des sujets âgés de plus de 65 ans avec présence d'hypoalbuminémie majeure par carence d'apport. Une évolution rapidement favorable a été constatée après l'utilisation d'albumine par voie parentérale, engendrant une amélioration spectaculaire du degré d'autonomie et de la qualité de vie des patients. Les résultats cliniques obtenus après l'administration de l'albumine dans cette indication spécifique, à la marge des indications classiques, justifient - compte tenu du risque potentiel lié à l'utilisation de produit dérivé du sang -, le lancement d'un protocole de recherche thérapeutique afin de vérifier à plus large échelle sa validité scientifique, ses risques et ses coûts.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Calcémie « corrigée » : sous-estimation du statut calcique des patients sans hypoalbuminémie et des patients hypercalcémiques

  • Il est régulièrement rappelé qu'à défaut d'un dosage de la calcémie ionisée, l'interprétation de la calcémie totale doit prendre en compte la concentration de l'albumine sérique en s'appuyant sur une formule classique: [Ca « corrigé » (mmol/L) = Ca mesuré (mmol/L) + 0,020 ou 0,025 (40 - albumine (g/L))]. Cette formule de correction est issue des travaux de Payne publiés en 1973. Nous avons établi, sur une population témoin, les valeurs moyennes des trois paramètres: calcium, albumine et calcium ionisé (corrigé à pH 7,40), respectivement 2,34 mmol/L, 45,7 g/L et 1,23 mmol/L, pour les techniques de notre laboratoire (albumine - vert de bromocrésol et Ca - orthocrésolphtaléine sur Modular Roche Diagnostics , Ca ionisé - électrodes spécifiques Radiometer SA). Sur cette base, nous avons rétrospectivement confronté les calcémies « corrigées » issues des deux formules et la calcémie mesurée au calcium ionisé ajusté à pH 7,40 chez 71 patients n'appartenant pas à la population témoin. Cette comparaison montre que ces deux formules conduisent dans notre laboratoire à une sous-estimation croissante de la calcémie lorsque l'albumine est supérieure à 40 g/L, sous-estimation pouvant dépasser - 0,20 mmol/L au-delà de 44 g/L. L'usage de ces formules est égale-ment susceptible de masquer une hypercalcémie, la moitié des hypercalcémies (Ca ionisé (pH 7,40) >

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov