Hypertrichose [ Publications ]

hypertrichose [ Publications ]

Publications > hypertrichose

  • L'hyperplasie gingivale (HG) et l'hypertricose (HT) sont des effets secondaires reliés à l'utilisation de la cyclosporine A (CyA), mais non associés à l'usage du tacrolimus (FK 506). Le but de cette étude est d'évaluer l'efficacité et la sécurité de la substitution de la CyA par le FK 506 chez des greffés rénaux présentant ces complications. D'août 1996 à mai 1997, chez 15 patients (9 hommes, 6 femmes), de 23 à 65 ans (38 ± 14, moyenne ± DS) la CyA a été substituée par le tacrolimus. L'indication était de l'HG chez 12 patients, de HT chez 2 patients et pour une atteinte combinée chez un seul patient. Le FK 506 fut d'abord initié à une dose de 0,15 mg/kg/jour, puis ajusté pour une cible de 8 ng/ml. Ces changements ont été réalisé sur une base externe en moyenne 35 (5 à 83) mois après la transplantation. Pendant un suivi prospectif 12 mois l'HG a régressé d'une façon significative chez tous les patients durant les premiers 3 mois suivant la substitution. Cinq patients sur 13 présentaient une régression complète après 3 mois, 9/12 après 6 mois et tous (12/12) après un an. L'HT a complètement régressé chez tous les patients en 6 mois. Il n'y a pas eu de rejet aigu et le taux de créatine sérique est demeuré inchangé. La substitution de la CyA par le FK 506 est donc une option thérapeutique valable et sécuritaire pour traiter l'HG et l'HT d'origine médicamenteuse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hypertrichose et hirsutisme. Démarche diagnostique et thérapeutique chez l'adulte.

  • L'hypertrichose, majoration de la pilosité dans les zones non androgénodépendantes, ne justifie pas de bilan hormonal, contrairement à l'hirsutisme, qui est une augmentation, dans le sexe féminin, de la pilosité dans les zones androgénodépendantes L'hypertrichose de l'adulte est iatrogène (minoxidil, ciclosporine, diazoxide, glucocorticoïdes), de cause métabolique (porphyrie), nutritionnelle (anorexie), paranéoplasique (hypertrichosis lanuginosa). Le diagnostic clinique s'aidera d'une évaluation métabolique ou générale. L'hirsutisme non iatrogène doit faire éliminer : 1) une tumeur virilisante (ovarienne, surrénalienne) devant un hirsutisme rapidement évolutif ou récent, une testostérone plasmatique (T) >

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hypertrichose des coudes.

  • Introduction. Un nouveau cas d'hypertrichose des coudes est rapporté. Cette hypertrichose localisée, notée dès les premiers mois de vie, mérite d'être individualisée. Observation. Nous rapportons l'observation d'une fille, âgée de 10 ans, qui présente une hypertrichose des coudes. Cette fille a présenté, à la naissance, un retard de croissance intra-utérin pour lequel aucune cause organique n'a été mise en évidence. A 10 ans, le retard statural est à -2,5 D. S. et l'hypertrichose cubitale persiste. Discussion. Dix cas d'hypertrichose des coudes ont été rapportés depuis la publication de Beighton. Dans 7 cas sur 10 on note un retard statural qui ne semble pas correspondre à un syndrome dysmorphique défini.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Comment je traite ... une hypertrichose.

  • Les hypertrichoses peuvent avoir des causes variées et des présentations cliniques diverses. Un traitement étiologique, lorsqu’il est possible, n’entraîne pas nécessairement la régression de la pilosité excessive. Celle-ci représente dans beaucoup de cas un véritable handicap esthétique, souvent mal vécu par le patient. Actuellement, la technique d’épilation par laser offre des possibilités thérapeutiques nouvelles et prometteuses.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hypertrichose lanugineuse acquise paranéoplasique associée à sclérodermie.

  • Nous avons eu l'occasion de suivre un cas d'hypertrichose lanugineuse acquise qui nous a donné l'occasion de diagnostiquer une néoplasie interne à partir d'une métastase ganglionnaire cervicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov