Hypertension oculaire [ Publications ]

hypertension oculaire [ Publications ]

Publications > hypertension oculaire

  • Le but de cette étude a été de comparer l'effet du latanoprost en monothérapie à l'association timolol et dorzolamide chez des patients porteurs d'un glaucome à angle ouvert (GPAO) ou d'une hypertension oculaire (HTO). Matériel et méthode : Une méta analyse a été effectuée grâce à cinq études multicentriques européennes randomisées avec le même schéma. Les patients porteurs d'un GPAO ou d'une HTO avec une pression intra oculaire (PIO) mal contrôlée par un ou deux traitements médicaux ont bénéficié pendant 2 à 4 semaines d'un traitement local par timolol 0,5 % administré deux fois par jour. Ensuite une partie a reçu uniquement du latanoprost une goutte le soir (n = 345) et l'autre partie a été traitée par timolol 0,5 % et dorzolamide 2 % en deux instillations quotidiennes pour chacun de ces médicaments (n = 352). La PIO diurne a été enregistrée au début de l'étude et après 3 mois. Une analyse de covariance a permis de comparer la réduction pressionnelle entre les deux groupes. Les effets secondaires ont été également notés. résultat : Pour une PIO de départ de 22,8 mm Hg la réduction de la PIO a été en moyenne de 4,8 mm Hg (21%) dans le groupe latanoprost et de 4,1 mm Hg (18%) dans le groupe traité par dorzolamide et timolo (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Attitudes pratiques - Quand l’hypertension oculaire est unilatérale

  • Certaines causes d′hypertension oculaire (et donc de glaucome) unilatérale sont relativement fréquentes et/ou peuvent poser des problèmes au moment du diagnostic étiologique. Si le syndrome pseudo-exfoliatif se repère souvent facilement par la présence de formations blanchâtres typiques sur la cristalloïde antérieure et par l′atrophie de la collerette pupillaire, il est parfois difficilement repérable (s′aider du fort grossissement, de la dilatation pupillaire et de la gonioscopie). Le diagnostic de dispersion pigmentaire repose classiquement sur la découverte d′un fuseau de Krükenberg et d′une transillumination irienne, mais ces signes peuvent manquer, et le diagnostic ne peut alors être fait que par l′observation de l′angle et de la hyaloïde antérieure. L′interrogatoire peut faire suspecter la responsabilité d′une contusion oculaire ancienne, habituellement confirmée par l′observation gonioscopique bilatérale minutieuse. En dehors des crises, le syndrome de Posner-Schlossman ne peut être fortement suspecté que par la persistance de très fins et rares précipités rétro-cornéens visibles à fort grossissement. Les syndromes irido-cornéo-endothéliaux (causes de glaucome unilatéral par goniosynéchies évolutives) touchent surtout les femmes de 25 à 50 ans sans antécédent notable , ils sont plus ou moins rapidement évolutifs, et s′expriment sous trois formes: l′atrophie essentielle de l′iris et la maladie de Cogan-Reese, dont l′atteinte anatomique st facilement repérable sur l′iris, alors que la maladie de Chandler peut n′être affirmée que ar la gonioscopie, l′observation de la cornée au fort grossissement, et le comptage et l′analyse des ellules cornéennes endothéliales.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Utilite de la pachymetrie corneenne dans l'hypertension oculaire et le glaucome chronique.

  • Parmi les nombreux paramètres cornéens susceptibles d'influencer la mesure de la pression intraoculaire (PIO) et compte tenu de l'insuffisance de preuves scientifiques déterminantes, la mesure de l'épaisseur cornéenne centrale représente un outil diagnostique intéressant chez les patients atteints d'hypertension oculaire et/ou de glaucome chronique. Pour autant que la variabilité physiologique de l'épaisseur cornéenne soit prise en considération, la pachymétrie cornéenne permet en effet de reclassser le risque réel encouru chez des sujets porteurs d'une hypertension oculaire. Elle peut aussi donner des renseignements précieux chez les patients atteints de glaucome à pression normale ou porteurs de papilles optiques suspectes. La mesure de l'épaisseur centrale de la cornée permet en effet, dans ces différents groupes, de mettre en évidence une erreur de mesure de la PIO liée à une cornée plus épaisse (valeurs surestimées) ou plus fine (valeurs sous-estimées) que la moyenne de la population normale. La connaissance de ce paramètre permet sans doute de mieux cibler le traitement. Les mesures de pachymétrie cornéenne ont aussi des implications importantes chez les patients qui ont bénéficié d'une chirurgie photoréfractive.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude comparative du Levobunolol et du Timolol dans le traitement du glaucome chronique primitif à angle ouvert et de l'hypertension oculaire chronique.

  • Les auteurs ont démontré l'efficacité et l'innocuité du Levobunolol, comparé au Timolol, dans l'abaissement de la pression intraoculaire chez des patients porteurs d'un glaucome chronique primitif à angle ouvert ou d'une hypertension oculaire chronique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov