Hyperostose [ Publications ]

hyperostose [ Publications ]

Publications > hyperostose

  • Les fractures sur rachis ankylosé associées à une spondylarthrite ankylosante (SPA) sont connues à l'inverse de celles associées à une hyperostose vertébrale ankylosante (HVA). L'objectif de ce présent travail est de rechercher les problèmes diagnostiques, les modalités cliniques et iconographiques, les risques neurologiques, et de présenter une classification à partir des observations réunies sur une période de 17 ans. Quarante-huit fractures chez 48 patients furent observées en 17 ans dans notre centre. Vingt patients présentaient une SPA et 28 une HVA. Dans 6 cas, aucun traumatisme causal ne fut retrouvé. L'aspect radiologique des fractures permit de les classer en 4 types : type I par ouverture antérieure, type Il en « trait de scie », type III en « trait de lime » et type IV ou fracture non spécifique. Trente-deux diagnostics ont été acquis le premier jour. Trente fractures étaient de type I, 4 de type II, 8 de type III et 6 de type IV. Trois hématomes extra-duraux ont été diagnostiqués. Trente-quatre blessés présentèrent des lésions médullaires dont 16 secondairement. Trente-deux décès furent colligés. Les fractures sur rachis ankylosé sont apparues de diagnostic souvent retardé et étaient graves de par leur complications. L'utilisation du scanner spiralé ou multi-barettes pourrait, peut-être, permettre de réduire le retard diagnostique. Il faut s'acharner à rechercher une fracture du rachis chez un patient présentant un rachis ankylosé symptomatique, qu'il ait eu ou non un traumatisme.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le syndrome synovite-acné-pustulose-hyperostose-ostéite (SAPHO), une manifestation extra-digestive rare de la maladie de Crohn. Présentation d'un cas et revue de la littérature.

  • Nous rapportons le cas d'un homme de 33 ans atteint de maladie de Crohn sévère depuis l'âge de 16 ans. Il présentait une acné et une pustulose palmo-plantaire associées à une synovite du genou droit. Les investigations paracliniques montraient une importante atteinte ostéocondensante essentiellement axiale. L'association synovite-acné-pustulose-hyperostose-ostéite permettait de retenir le diagnostic de syndrome SAPHO associé à une maladie de Crohn.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hyperostose-ostéite-périostite. Triade radiologique des enthésopathies. Remarques à propos de deux localisations fémorales inhabituelles.

  • La première peut être considérée comme une forme topographique particulière d'artho-ostéite-pustuleuse de Sonozaki. La seconde, de nature non inflammatoire, associée à une calcinose périarticulaire, une hyperostose dorsale et une ostéonécrose des deux têtes fémorales, reste de nature inconnue mais amène à repenser les mécanismes et les étiologies des enthésopathies.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Fréquence de l'hyperostose vertébrale chez les malades souffrant d'une tendinite calcifiée de l'épaule. Etude prospective.

  • Une hyperostose vertébrale a été observée dans 54,3 p. cent des cas chez 46 malades présentant une tendinite calcifiée de l'épaule. Les explications possibles de cette association significative entre hyperostose vertébrale et tendinite calcifiée sont discutées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hyperostose corticale infantile. Un cas et revue de la littérature.

  • Les auteurs rapportent le cas d'un enfant présentant les manifestations cliniques, radiologiques et histologiques de l'hyperostose corticale infantile. Outre la localisation unique à l'omoplate droite, la persistance des aspects radiologiques au-delà de 2 ans est signalée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov