Hydrocele [ Publications ]

hydrocele [ Publications ]

Publications > hydrocele

  • L'auteur décrit une technique simple et nouvelle de traitement de l'hydrocèle idiopathique selon un procédé par «fenestration», visant à corriger le déséquilibre des échanges hydrostatiques intra-vaginaux. L'intervention consiste dans un premier temps à ourler séparément la fibreuse profonde et le feuillet pariétal de la vaginale, formant le pourtour de la «fenêtre». Dans un deuxième temps, celle-ci est adossée par son feuillet fibreux au dartos resté solidaire du tissu cellulaire sous cutané, riche voie de drainage lymphatique. Pour 108 patients traités selon cette technique depuis septembre 1982, avec un suivi de 6 ans, les résultats ont été excellents, tant sur le plan anatomique que fonctionnel 98 fois (90,7%), moyens 6 fois (5,5%) et mauvais 4 fois (3,7%). Face aux procédés classiques, l'ouverture «fenêtrée» de la vaginale, associant la conservation de la vaginale à une ouverture limitée de la séreuse, préserve l'habitacle du testicule, ainsi que le rôle protecteur de la séreuse sur le testicule. Enfin, l'adossement du pourtour externe de la fenêtre au dartos, facilitant au mieux le drainage lymphatique profond vers l'espace celluleux superficiel, reconstitue un équilibre physiologique dans les échanges constants des sérosités intravaginale. Ayant le mérite d'une extrême simplicité, ce procédé dont l'expérience nous a montré l'efficacité et la fiabilité, tant sur le plan anatomique que fonctionnel, s'adresse surtout à l'hydrocèle idiopathique de l'adulte avec vaginale saine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La sclérothérapie au polidocanol dans le traitement des hydrocèles vaginales idiopathiques : Etude à propos de 190 cas.

  • But: Etudier l'efficacité thérapeutique et l'innocuité du Polidocanol dans le traitement des hydrocèles vaginales idiopathiques par sclérothérapie. Méthodes: Cent quatre vingt dix patients ont été inclus dans cette étude. L'âge varie de 40 à 89 ans (55.9 ans). Après ponction et évacuation du sac vaginal, une injection du Polidocanol à 3% a été faite chez tous ces patients. Nous avons étudié les récidives, les complications ainsi que les douleurs rapportées par le patient lors de la procédure. Résultats: Avec un recul de 19 mois, le taux de succès global était de 82,6%, 62.1% après une seule cure. Chez 41% des patients, une 2ème cure a été nécessaire. Le taux de complications était faible de même que les douleurs rapportées. Conclusion: Le Polidocanol est un agent sclérosant efficace dans le traitement des hydrocèles idiopathiques. Vu la facilité de la procédure, le faible taux de morbidité et son efficacité, nous recommandons la sclérothérapie par le Polidocanol comme le traitement de première intention des hydrocèles.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hydrocèle abdomino-scrotale compliquée d’un lymphœdème de jambe chez un nourrisson

  • Nous rapportons un cas d’hydrocèle abdomino-scrotale droite chez un nourrisson de quatre mois responsable d’un syndrome de compression du triangle fémoral à l’origine d’un lymphœdème du membre pelvien homolatéral. L’échographie inguino-scrotale a mis en évidence une formation liquidienne sous-péritonéale composée de deux compartiments abdominal et scrotal. Un aspect de sablier a été observé en coupe sagittale d’IRM. Les séquences de veino-IRM ont permis d’apprécier la compression des vaisseaux iliaques droits. Le traitement curatif a été chirurgical par un abord inguinal avec une ligature haute du sac péritonéal et une exérèse partielle de la vaginale. L’hydrocèle abdomino-scrotale est une pathologie très rare, que l’on rencontre plus fréquemment chez l’adulte. Le principe du traitement chirurgical est admis mais différentes techniques opératoires sont possibles. Cette pathologie s’accompagne de dysmorphie épididymo-testiculaire, comme dans notre observation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'hydrocèle vaginale. A propos de 55 cas opérés.

  • Les auteurs analysent rétrospectivement les dossiers de malades opérés pour des hydrocèles à l'hôpital de base de Talangaï à Brazzaville, du 6 janvier 2000 au 27 novembre 2001 (23 mois). La fréquence globale d'intervention chirurgicale pour cette pathologie a été de 4,44 %. La réparation selon l'âge se présente comme suit : ○ 14 enfants et nourrissons (25,45 %), ○ 3 adolescents (5,45 %), ○ 14 adultes (25,45 %), ○ 24 personnes âgées (43,64 %). La localisation de l'hydrocèle a été droite dans 54,55 % des cas, gauche dans 27,27 % des cas et bilatérales dans 18,18 % des cas. Chez tous les malades, il s'agissait d'une hydrocèle idiopathique. Les patients ont bénéficié de la cure plus souvent par voie scrotale homolatérale qu'inguinale et la guérison post-thérapeutique s'est produite dans tous les cas sans récidive. Les auteurs commentent ces résultats et reprécisent certaines données actuelles sur la maladie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cure d’hydrocèle par un chirurgien généraliste en poste isolé en Afrique

  • L'hydrocèle de l'adulte est une collection liquidienne péritesticulaire entre les feuillets pariétal et viscéral de la vaginale. Pathologie endémique en Afrique, elle est d'origine idiopathique ou réactionnelle à une filariose. L'absence de traitement mène spontanément à l'augmentation de son volume. L'apparition de symptômes justifie la prise en charge. En milieu tropical, le traitement efficace est chirurgical. La technique doit être de réalisation simple, nécessiter peu de moyens et limiter les risques de complication. Trois techniques chirurgicales sont à retenir. Dans des conditions précaires d'exercice, la fenestration et, à moindre niveau, la plicature sont les techniques les plus adaptées sur vaginale saine. Seule la résection est envisageable en cas de vaginale pathologique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'hydrocèle abdominoscrotale.

  • L'hydrocèle abdominoscrotale est une forme rare de l'hydrocèle vaginale avec expansion liquidienne à travers le canal inguinal dans la cavité abdominale. L'étiologie des hydrocèles abdominoscrotales demeure incertaine, le diagnostic positif repose sur les données cliniques (hydrocèle + masse abdominale) et confirmé par l'échographie et/ou la tomodensitométrie. Le traitement est chirurgical et repose sur l'exérèse complète de la vaginale, avec ligature du canal péritonéovaginal. Les auteurs rapportent une observation d'une énorme hydrocèle abdominoscrotale. À travers une revue de la littérature, nous essayons de dégager les éléments diagnostiques et thérapeutiques de cette pathologie exceptionnelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Que peut cacher une hydrocèle ?

  • La migration du cathéter après la dérivation ventriculopéritonéale (DVP) d’une hydrocéphalie est une complication très rare. Elle est due à une déconnection ou rupture de ce cathéter. Cette migration peut aller jusqu’à l’extériorisation de ce dernier par l’anus ou la bouche. Notre travail rapporte un cas d’extériorisation du cathéter de dérivation d’une hydrocéphalie par le canal péritonéovaginal diagnostiqué en peropératoire au cours d’une cure d’hydrocèle chez un enfant qui avait subi une DVP pour son hydrocéphalie, il y a plus de deux ans. Les enfants dérivés pour hydrocéphalie nécessitent une surveillance régulière clinique et par des radiographies de contrôle du trajet de la valve, une fois par an.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hydrocèle abdominoscrotrale de l’enfant compliquée par une urétérohydronéphrose

  • L’hydrocèle abdominoscrotale est une entité clinique très rare surtout chez l’enfant avec moins de 100 cas pédiatriques rapportés dans la littérature. Elle est associée à plusieurs complications et sa physiopathologie est controversée. Les auteurs rapportent une observation originale d’une hydrocèle abdominoscrotale chez l’enfant. Les modalités du diagnostic ainsi que le traitement spécifique sont rappelés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une tumeur rétropéritonéale rare : l’hydrocèle abdominoscrotale. À propos de deux cas

  • L’hydrocèle abdominoscrotale est une affection très rare, différente de la majorité des hydrocèles par persistance du canal péritonéovaginal, réalisant une véritable tumeur liquidienne en sablier comprenant une partie scrotale et une partie abdominale sous-péritonéale, la portion étroite correspondant à la traversée du canal inguinal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hydrocèle d'origine pancréatique. Etude scanographique d'une collection intrascrotale lors d'une poussée aiguë de pancréatite chronique.

  • Chez un homme de 46 ans, alcoolique, la tomodensitométrie a permis de rattacher la collection intrascrotale à son origine pancréatique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov