Herpes genital [ Niveau Expert ]

herpes genital [ Niveau Expert ]

Expert > herpes genital

  • \Dans les pays développés, l'herpès génital est une des MST les plus fréquentes avec les infections à papillomavirus. HSV est un virus latent qui persiste toute la vie dans l'individu occasionnant des récurrences symptomatiques ou non. Ces dernières se traduisent par de la sécrétion virale sans lésions visibles qui peut transmettre l'infection. Ces deux caractéristiques empêchent, dans la majorité des cas, de trouver le cheminement de la transmission du virus. Le diagnostic est souvent clinique, aidé par la répétition stéréo-typée des récidives et l'aspect spécifique des lésions. La certitude est obtenue par isolement du virus, la méthode la plus sensible est la PCR mais la culture virale sur culture de cellules est la plus utilisée. Les antiviraux, analogues des nucléosides (aciclovir, valaciclovir, famciclovir, penciclovir), constituent le seul traitement efficace et bien toléré actuel de l'herpès génital. La résistance du virus à ces molécules chez les patients immunocompétents est très faible et n'a pas augmenté depuis le début de leur utilisation. En conséquence, chez ces patients, l'absence d'efficacité thérapeutique est généralement imputable à un problème de biodisponibilité et résolue par une augmentation des doses. Idéalement un vaccin contre l'herpès devrait être à la fois prophylactique (empêchant la primo-infection) et thérapeutique (empêchant les récidives). Aucun n'est disponible actuellement malgré une recherche intensive depuis plus de 20 ans. Rev Med Brux 2005 , 26 : S 360-3 ...\

  • Source : amub.be

Herpès génital : Aspects gynécologiques

  • Indication du niveau de preuve, Objectif : La présente directive clinique a pour but de fournir des recommandations aux fournisseurs de soins gynécologiques quant à la prise en charge optimale de l'herpès génital. Issues : Prévention plus efficace des complications et de la transmission de l'herpès génital. Résultats : Des recherches ont été menées dans Medline en vue d'en tirer les articles, publiés en français et en anglais, traitant de l'herpès génital et de la gynécologie. Les références que contenaient ces articles ont permis l'identification d'articles supplémentaires. Tous les types d'étude et toutes les recommandations ont été analysés.

  • Source : sogc.org

Faut-il avoir honte de l herpès génital ? - Révolutions médicales

  • Plutôt que de parler du virus de l herpès il vaut mieux parler des virus de l herpès. Particulièrement sournois le virus de l herpès, après une contamination, va se cacher dans un ganglion qui se situe dans des territoires distincts tantôt au dessus tantôt en dessous de la ceintureu2026 Sans crier gare, il va se manifester soit sur la lèvre (boutons de fièvre -HSV1) ou bien dans la zone génitale (muqueuses ou peau - HSV2) et ce quel que soit le sexe du sujet contaminé.

  • Source : franceculture.fr

Recommandations suisses pour le traitement de l'herpès génital et de l'herpès du nouveau-né

  • Indication du niveau de preuve, Ce document s'adresse à des médecins praticiens. Il a été élaboré sur la base de recommandations récemment publiées en Europe et aux Etats-Unis avec des modifications liées soit à des données récemment publiées, soit aux particularités de la pharmacopée suisse. Nous avons pondéré les niveaux de preuve concernant les observations importantes sur la biologie, la clinique et le traitement des infections herpétiques, ainsi que les niveaux de recommandation selon une codification généralement admise

  • Source : revmed.ch

Traitement des hommes et des femmes ayant un herpès génital pour la première fois (premier épisode d herpès génital)

  • L herpès génital est une maladie incurable causée par le virus de l herpès simplex (VHS). On appelle premier épisode d herpès génital la première manifestation clinique de l herpès chez un patient donné. Le traitement actuel se base sur la suppression virale afin de réduire la durée et la gravité de l épisode.

  • Source : cochrane.org

Herpès génital

  • L herpès génital est une infection causée par le virus de l Herpes simplex de type 1 ou de type 2. Le type 1, communément appelé « feu sauvage », se manifeste principalement à la bouche. Il peut aussi se transmettre aux organes génitaux. Le type 2 se manifeste principalement aux organes génitaux. Il est très rare qu il se transmette à la bouche.nLes personnes atteintes par l herpès génital de type 1 ou de type 2 sont infectées pour la vie.

  • Source : sante.gouv.qc.ca

Herpes génital

  • L herpès génital est une maladie virale très contagieuse et sexuellement transmissible. Après la primo infection, le virus s installe dans l organisme et s y « endort », puis se manifeste ensuite lors de poussées par de petites cloques sur les organes sexuels ou à proximité, qui évoluent en plaies. La gêne et la douleur locales s accompagnent parfois d'autres symptômes, comme de la fièvre ou des maux de tête.

  • Source : ameli-sante.fr

Herpes génital

  • L herpès génital (HG) est l une des MST les plus répandues dans le monde et représente la première cause d ulcère génital. Le retentissement sur la qualité de vie de l herpès génital récurrent est bien établi. Dans les pays en développement l HG est un co-facteur important de la transmission du VIH.

  • Source : sfdermato.org

Herpès génital

  • L'essentieln Qu'est-ce que l'herpès génital ?n Comment se transmet l'herpès génital ?n Quels sont les symptômes de l'herpès génital ?n Comment diagnostique-t-on l'herpès génital ?n Quel est le traitement de l'herpès génital ?n Quels sont les risques de l'herpès en cas de grossesse ?n Référencesn

  • Source : prioritesantemutualiste.fr

Herpès genital et grossesse

  • L herpès néonatal est une affection rare mais particulièrement grave (risque de mortalité et séquelles neuro-sensorielles). Son incidence est faible aux vue de la prévalence de l herpès simplex dans la population générale.

  • Source : reseau-naissance.fr

Herpès génital

  • Il s agit d une Infection virale Sexuellement Transmissible (IST) très contagieuse. Elle touche la peau et des muqueuses de la sphère génitale et oro-buccale.

  • Source : mongeneraliste.be