Hernies diaphragmatiques congenitales [ Publications ]

hernies diaphragmatiques congenitales [ Publications ]

Publications > hernies diaphragmatiques congenitales

  • Les hernies diaphragmatiques congénitales (HDC) de révélation tardive représentent 5 à 30 % de l'ensemble des HDC. La période de latence est parfois longue jusqu'à l'âge adulte. Compte tenu de l'hétérogénéité des manifestations cliniques de cette pathologie, les errances diagnostiques sont nombreuses et retardent la prise en charge. Le diagnostic repose essentiellement sur la radiographie pulmonaire (RP) standard de face. L'identification rapide des HDC de révélation tardive permet une prise en charge chirurgicale efficace avec une évolution favorable, sans séquelles, dans la majorité des cas. Nous rapportons deux cas de HDC « tardives » d'évolution favorable après prise en charge spécifique. Nous en discutons les difficultés diagnostiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hernies diaphragmatiques congénitales: résultats de l'association stabilisation préopératoire et ventilation à oscillation. (Etude prospective de 17 patients).

  • Les auteurs présentent une étude prospective de 17 nouveaux-nés porteurs de hernie diaphragmatique congénitale (HDC). Cette étude rapporte l'efficacité de la stabilisation préopératoire et de la ventilation par oscillation à haute fréquence (OHF) au cours des périodes pré, per et postopératoires. La durée moyenne de la periode préopératoire est de 57 h ± 52, les nouveaux-nés sont opérés en moyenne à la 61

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les hernies diaphragmatiques congenitales de l'adulte: a propos de six cas.

  • Les hernies antérieures ou rétro-costo-xiphoïdienne de la fente de Larrey et les hernies de Bochdalek sont exceptionnelles chez l'adulte. Nous rapportons les observations de six hernies diaphragmatiques congénitales découvertes chez l'adulte, trois hernies de la fente de Larrey et trois hernies de Bochdalek, nous discutons les différents aspects cliniques, radiologiques et thérapeutiques de ces deux entités et nous insistons sur la gravité de leur étranglement justifiant ainsi leur cure chirurgicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov