Hepatite auto-immune [ Publications ]

hepatite auto-immune [ Publications ]

Publications > hepatite auto-immune

  • L'hépatite auto-immune (HAI) et la cirrhose biliaire primitive (CBP) sont deux affections hépatiques distinctes. Cependant, les critères diagnostiques de ces deux pathologies peuvent être présents chez un même patient. Le but de cette étude est de rapporter les caractères cliniques, biologiques et histologiques des patients ayant un syndrome de chevauchement et la réponse de ces patients au traitement. Patients et méthodes. - II s'agit d'une étude rétrospective portant sur les patients présentant un syndrome de chevauchement HAI-CBP, défini par la présence d'au moins 2 critères majeurs de chacune de ces affections, diagnostiqué entre janvier 1998 et décembre 2001. Ces patients avaient eu un traitement par acide ursodésoxycholique (AUDC), ou par prednisone et azathioprine, ou par une association de ces 3 produits. La réponse au traitement a été appréciée par des critères cliniques et biologiques. Résultats. - Cinq patients répondaient aux critères diagnostiques du syndrome de chevauchement. Ces patients étaient tous de sexe féminin. L'âge moyen était de 38 ans (extrêmes: 19 à 65 ans). Trois patientes ont été traitées par AUDC, parmi lesquelles, une seule a répondu favorablement. Deux patientes ont été traitées par azathioprine et prednisone mais on n'a obtenu de rémission chez aucune d'entre elles. Le traitement par l'association AUDC, azathioprine et prednisone a entraîné une rémission chez deux patientes, et a été inefficace chez une autre patiente. Conclusion. - Le traitement optimal de patients ayant un syndrome de chevauchement HAI-CBP n'est pas encore codifiée. L'AUDC et le traitement immunosuppresseur prescrits isolément ont été inefficaces. L'association de ces produits mérite d'être évaluée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'hépatite auto-immune en Tunisie. Étude multicentrique rétrospective de 83 cas.

  • Prérequis: L'hépatite auto-immune (HAI) est une maladie inflammatoire rare du foie, de cause inconnue. Ses caractéristiques épidémiologiques, anatomo-cliniques et évolutives sont mal connues en Tunisie. But: Analyser les aspects épidémiologiques, anatomocliniques, immunologiques et histologiques de l'HAI et déterminer les facteurs de récidive après traitement et de décès. Méthodes: : Nous avons mené une étude rétrospective multicentrique s'étalant de Janvier 1996 à décembre 2004 et incluant les sujets répondant au diagnostic de l'HAI selon le score international révisé de l'HAI (1999). Résultats: Quatre vingt trois malades ont été inclus (70 femmes , age moyen = 49 +17,9 ans). Le diagnostic d'HAI était probable dans 63% des cas et certain dans 37% des cas. Trente deux pour cent des malades avaient un mode de début aigu. L'hépatite auto-immune était de type I dans 83% des cas et de type II dans 5% des cas. Cinquante sept pour cent des patients étaient au stade de cirrhose au moment du diagnostic. Des manifestations auto-immunes associées ont été retrouvées chez 27 patients, dominées par le diabète, la thyroïdite: auto-immune et le syndrome de Goujerot-SjÖgren. Un syndrome de chevauchement a été retenu dans 25 % des cas, de type Cirrhose biliaire primitive-HAI dans 20% des cas ou de cholangite sclérosante, primitive-HAI dans 5% des cas. Cinquante patients ont été traités par corticothérapie seule ou associée à l'azathioprine. La rémission complète a été obtenue dans 90% des cas. Quatorze pour cent des sujets ont récidivé après un délai moyen de 12 mois. Les facteurs de récidive étaient représentés par: la durée de traitement par Azathioprine

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pathogenie de l'hepatite auto-immune.

  • Objectifs: le but de cette étude est de rapporter les mécanismes pathogéniques de l'hépatite auto-immune. Méthodes: l'article est basé sur une revue de tous les articles publiés dans la littérature sur les mécanismes de l'auto-immunité dans l'hépatite auto-immune. Résultats: Les mécanismes précis des lésions hépatiques ne sont pas bien connus. L'hépatite auto-immune semble être la conséquence de l'exposition antigénique, d'une prédisposition génétique et d'une défaillance des mécanismes d'immunorégulation. L'auto-antigène est présenté par la molécule de classe Il du complexe majeur d'histocompatibilité. Les cytokines et les promoteurs non spécifiques de l'auto-immunité modulent la réactivité immune. La cytotoxicité à médiation cellulaire et la cytotoxicité anticorps-dépendant constituent probablement les mécanismes pathogéniques en cause. Conclusion: une perturbation de l'équilibre étroit entre l'autoagression et la tolérance du soi médiée par certains facteurs intrinsèques et extrinsèques est suggérée dans l'hépatite auto-immune.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome de chevauchement hépatite auto-immune-cirrhose biliaire primitive. Analyse clinique et thérapeutique de 5 observations.

  • L'hépatite auto-immune et la cirrhose biliaire primitive sont deux affections différentes du foie. Le but de cette étude est de rapporter les caractères cliniques, biologiques et histologiques des patients ayant un syndrome de chevauchement et la réponse de ces patients au traitement. Il s'agit d'une élude rétrospective s'intéressant aux patients présentant un syndrome de chevauchement diagnostiqué entre janvier 1998 et décembre 2001. Cinq patients répondaient aux critères diagnostiques du syndrome de chevauchement. Le traitement optimal de patients ayant un syndrome de chevauchement hépatite auto-immune - cirrhose biliaire primitive n'est pas encore codifié. L'AUDC et les immunosuppresseurs prescrits isolement ont été inefficaces. L'association de ces produits mérite d'être évoluée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hépatite auto-immune et grossesse : à propos de trois grossesses consécutives chez une patiente

  • L’évolution spontanée de l’hépatite auto-immune en cours de grossesse est mal connue, de même que les conséquences de cette pathologie sur le déroulement de la grossesse. Par ailleurs, l’utilisation de traitements immunosuppresseurs en cours de grossesse est parfois nécessaire mais les conséquences à court et long terme sont peu connues. Nous rapportons le cas d’une patiente porteuse d’une hépatite auto-immune au stade de cirrhose et ayant présenté trois grossesses consécutives, marquées par des événements obstétricaux et médicaux différents.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Association inhabituelle entre une hépatite auto-immune et un pyoderma gangrenosum. A propos d’un cas.

  • Le Pyoderma gangrenosum (PG) est une affection rare appartenant au groupe des dermatoses neutrophiliques. Cette entité est associée à l’existence de maladies systémiques et autoimmunes, mais exceptionnellement à une hépatite auto-immune. Nous rapportons l’observation d’une patiente âgée de 40 ans atteinte d’une hépatite auto-immune (HAI) de type 1 depuis 12 ans admise pour une lésion ulcéreuse du membre inférieur gauche. L’histologie confirmera l’existence d’un pyoderma gangrenosum.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement par la ciclosporine d'une hépatite auto-immune révélée par une insuffisance hépatocellulaire aiguë

  • L'hépatite auto-immune (HAI) survient habituellement sous forme d'une hépalite chronique chez la femme jeune. Cependant des formes atypiques et sévères sont possibles dans la première enfance.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hépatite auto-immune associée au syndrome de CREST.

  • Nous rapportons un cas d'hépatite auto-immune et de syndrome de CREST chez une patiente de 59 ans adressée pour un ictère progressif. L'originalité de ce cas clinique réside dans l'association rare de ces deux maladies auto-immunes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov