Hemoperitoine [ Publications ]

hemoperitoine [ Publications ]

Publications > hemoperitoine

  • L'hémolymphangiome est une tumeur bénigne résultant du développement anormal des vaisseaux lymphatiques associés à des malformations vasculaires. 50% à 60% de ces tumeurs sont présentes à la naissance. Les formes cervicales sont les plus fréquentes. Les localisations Abdominales sont très rares. Nous rapportons deux cas d'hémolymphangiome kystique de la rate révélé par l'hémoperitoine spontané admis en urgence au service des Urgences Chirurgicales Viscérales, avec une revue de la littérature. Il s'agit d'une patiente âgée de 50 ans et l'autre un jeune homme de 20 ans admis aux urgences pour respectivement, une sensibilité abdominale diffuse avec matité déclive des flancs et d'une distension abdominale dans un tableau de choc hémorragique, pâleur, pouls imprenable, stabilisé après une courte réanimation. La résection tumorale était complète chez tous les malades. Le diagnostic d'hémolymphangiome kystique de la rate était révélé à l'examen anatomopathologique des pièces opératoires. L'hémolymphangiome est une tumeur rare à pronostic favorable. Quelques cas de régression spontanée ont été décrits, mais l'évolution se fait classiquement vers une croissance lente de la tumeur. Il n'y a aucun pouvoir de dégénérescence maligne. Le traitement est chirurgical. Le pronostic est lié aux complications, à la qualité de l'exérèse chirurgicale et les récidives qui sont fréquents notamment en cas d'exérèse incomplète.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Complication rare de la coloscopie chez un patient sous anticoagulant: hemopéritoine par rupture d'un hématome sous capsulaire de la rate, cas clinique.

  • La coloscopie à visée diagnostique et/ou thérapeutique est un examen invasif fréquemment pratiquée de nos jours. La perforation colique et l'hémorragie digestive en sont les principales complications. La survenue d'un hémopéritoine par rupture d'un hématome sous-capsulaire splénique est une complication extrêmement rare et potentiellement mortelle de la coloscopie. Un traumatisme splénique minime passé inaperçu et la prise d'anticoagulant en sont des facteurs favorisants. Nous présentons le cas d'une rupture d'un hématome sous-capsulaire de la rate après une coloscopie, survenue chez un patient de 70 ans porteur d'une valve mitrale mécanique sous acénocoumarol à dose hypocaogulante. La nécessité d'obtention d'une anti coagulation rapidement efficace et l'instabilité hémodynamique avaient justifiée la réalisation d'une splénectomie. L’évolution était favorable. A travers cette observation clinique nous discutons les mécanismes et les modalités de prise en charge devant cette complication.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine néonatal

  • Nous rapportons quatre observations d'hémopéritoine néonatal, urgence vitale rare et souvent méconnue, colligées entre 1990 et 1998. Observation. - Le diagnostic a été fait dans les deux premiers jours de vie devant l'association d'une pâleur, d'un état de choc et d'une distension abdominale. Léchographie abdominale a confirmé l'existence d'un hémopéritoine qui était associé à un hématome hépatique dans trois cas et à un hématome rétropéritonéal dans deux cas. Trois nouveau-nés ont nécessité une intervention chirurgicale d'hémostase en urgence. Le quatrième a été stabilisé sous réanimation médicale. Un patient est décédé à l'âge de six mois à la suite d'une hémorragie méningée associée à un hématome sous-dural, en rapport très probablement avec une anomalie de l'hémostase. Pour les trois autres patients, l'évolution a été favorable. Conclusion. - Les auteurs discutent les mécanismes pathogéniques de l'hémopéritoine chez le nouveau-né, ses manifestations cliniques, les moyens diagnostiques et les aspects thérapeutiques et évolutifs. Ils insistent sur les mesures préventives, seules capables de diminuer l'incidence de cette affection néonatale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Œdème pulmonaire lésionnel après laparoscopie pour hémopéritoine : bilan étiologique et possible embolie gazeuse

  • Une patiente de 44 ans opérée d'une sigmoïdectomie par laparoscopie a dû être reprise au bloc opératoire, à la quatrième heure, par laparoscopie, pour un saignement persistant par la lame de drainage. Un collapsus peropératoire attribué à l'hémorragie a justifié d'une transfusion sanguine. L'évolution a été marquée par l'apparition à j1 d'une dyspnée révélant un œdème pulmonaire. L'aggravation respiratoire et la persistance du saignement ont imposé le transfert en réanimation à j2 après reprise chirurgicale par laparotomie. L'échographie cardiaque a permis d'éliminer un œdème pulmonaire cardiogénique. Aucun épisode d'inhalation n'a été constaté au décours des trois anesthésies. La survenue plusieurs heures après la transfusion a plaidé contre le diagnostic d'œdème pulmonaire lésionnel secondaire à la transfusion de concentrés globulaires. Compte tenu d'une reprise chirurgicale par laparoscopie dans un contexte de saignement actif, le diagnostic d'œdème pulmonaire lésionnel compliquant une embolie de CO

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Embolie amniotique : à propos de l’issue favorable d’un cas avec arrêt cardiaque inaugural et CIVD précoce compliquée d’un hémopéritoine d’origine iatrogène et d’un saignement sur un adénome hépatique

  • L’embolie amniotique est une complication grave de la grossesse, relativement rare et de diagnostic difficile. Elle est cependant la deuxième cause de mortalité maternelle. Nous relatons ici le cas d’une patiente de 32 ans ayant bénéficié d’une césarienne programmée compliquée d’une embolie amniotique avec arrêt cardiaque. La présence d’une coagulation intravasculaire disséminée majeure a favorisé l’apparition d’un hématome rétropéritonéal d’origine iatrogène sur une tentative de pose de cathéter veineux fémoral et celle d’un hémopéritoine sur saignement d’un adénome hépatique. Le diagnostic d’embolie amniotique a été conforté par la présence de cellules amniotiques dans le lavage bronchoalvéolaire. La patiente a survécu sans séquelles.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine par rupture post-traumatique d'un lymphangiome kystique mésentérique: à propos d'une observation à Madagascar.

  • Le lymphangiome kystique de localisation mésentérique est une tumeur bénigne rare. Nous rapportons un cas d'hémopéritoine par rupture post traumatique d'un lymphangiome kystique du mésentère chez une fille de sept ans. La clinique était dominée par un choc hémorragique secondaire à une chute chez cette petite fille porteuse d'une volumineuse tuméfaction abdominale. La ponction lavage du péritoine mettait en évidence un hémopéritoine. La laparotomie exploratrice montrait une volumineuse tumeur kystique développée aux dépens du mésentère et responsable du saignement. L'exérèse en bloc, laborieuse, a pu être pratiquée. L'examen anatomopathologique de la pièce opératoire a confirmé le diagnostic de lymphangiome kystique. Ce tableau oriente plutôt vers la rupture d'une rate parasitaire dans le contexte d'un pays en développement comme Madagascar. Toutefois, l'éventualité d'une rupture d'un lymphangiome kystique du mésentère, quoique rare, doit être envisagée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Angiosarcome hépato-splénique compliqué d'hémopéritoine et de coagulation intravasculaire disséminée. Traitement par embolisation artérielle et chimiothérapie.

  • Nous rapportons un cas d'angiosarcome hépato-splénique chez un homme de 34 ans. Le diagnostic, histologique et immunohistochimique, a été fait sur un fragment tumoral prélevé par biopsie hépatique réalisée par voie transjugulaire. Il existait une coagulation intravasculaire disséminée et un hémopéritoine. Le traitement a comporté une embolisation par voie artérielle des lésions spléniques les plus importantes et l'institution d'une chimiothérapie par voie intraveineuse. Ce traitement a permis une réduction significative (réponse partielle) de la masse tumorale hépatique et splénique et une survie de bonne qualité. A l'arrêt de la chimiothérapie, ces complications ont récidivé et abouti au décès du malade au 15

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine et grossesse chez une patiente atteintede la maladie de von Willebrand de type 3

  • Nous rapportons l’observation d’une femme de 24 ans, atteinte de la maladie de Willebrand de type 3 (facteur de von Willebrand inférieur à 1 %), opérée en urgence d’un hémopéritoine. Le bilan à l’admission montrait une augmentation des bêta HCG, et l’échographie abdominale objectivait un épanchement intra-abdominal d’importance modérée. Quelques heures après son admission, la patiente présentait un état de choc, avec à l’échographie un important hémopéritoine. L’intervention chirurgicale en urgence, après substitution (en facteur de von Willebrand et Facteur VIII), ne découvrait pas de grossesse extra-utérine, mais un kyste fonctionnel hémorragique. L’évolution a été marquée par la découverte postopératoire d’une grossesse intra-utérine. La prise en charge thérapeutique est décrite.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une cause inattendue d’hémopéritoine en cours de grossesse

  • Nous rapportons le cas d’un hémopéritoine massif survenu à 28 semaines d’aménorrhée (SA) chez une patiente de 28 ans. Cette patiente seconde geste et primipare n’avait pas d’antécédent d’endométriose. Lors de la césarienne réalisée en urgence, il a été mis en évidence une déchirure utérine superficielle, secondaire à l’arrachement spontané d’une lésion endométriosique développée aux dépens de la paroi antérieure du sigmoïde et adhérente à la face postérieure de l’utérus. L’endométriose est une cause exceptionnelle d’hémopéritoine spontané pendant la grossesse. Une telle complication est le plus souvent due à la rupture d’un vaisseau utérin. À notre connaissance, aucun cas de déchirure spontanée d’une lésion sigmoïdienne adhérente à la face postérieure de l’utérus n’a encore été rapporté.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine spontané idiopathique.

  • L'hémopéritoine est habituellement associé aux traumatismes, à la rupture d'un anévrisme, à une grossesse extra-utérine, à un follicule ovarien hémorragique ou à une tumeur hépatique. L'hémopéritoine spontané idiopathique est une pathologie extrêmement rare qui se manifeste le plus souvent par des douleurs abdominales diffuses, associées à une instabilité hémodynamique qui peut aller jusqu'au collapsus vasculaire. Nous décrivons le cas d'une jeune patiente de 28 ans avec un hémopéritoine spontané idiopathique qui s'est manifesté par un syndrome douloureux de la fosse iliaque droite. Nous présentons une revue de la littérature sur cette entité pathologique rare que représente l'hémopéritoine spontané et proposons une attitude face à cette affection dont le diagnostic repose souvent sur un fort index de suspicion, en raison de symptômes parfois peu pathognomoniques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Grossesse dans une corne utérine rudimentaire : une cause rare d’hémopéritoine spontané au deuxième trimestre de grossesse

  • La survenue d’un hémopéritoine spontané durant la grossesse est une situation rare et potentiellement grave, menaçant le pronostic materno-fœtal. Nous rapportons le cas d’un hémopéritoine spontané abondant consécutif à la rupture d’une corne utérine rudimentaire non communicante d’un utérus pseudo-unicorne à 26 semaines d’aménorrhée. Une laparotomie en urgence a été pratiquée permettant l’extraction d’un enfant vivant de 900 g. Une hémihystérectomie a été pratiquée dans le même temps opératoire. L’évolution a été favorable pour la mère et pour l’enfant. Les causes d’hémopéritoine spontané sont discutées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémoperitoine spontané pendant la grossesse et anévrysme de l’artère utérine

  • Les hémopéritoines spontanés ne sont pas fréquents. Nous rapportons une cause rare d’hémopéritoine spontané au deuxième trimestre de grossesse. Une rupture d’un authentique anévrysme de l’artère utérine a été mise en évidence chez une patiente s’étant présentée pour douleurs abdominales. Un scanner a retrouvé un volumineux hémopéritoine et une image d’addition artérielle. Une embolisation a été rapidement entreprise et a permis une occlusion complète de l’anévrysme. La patiente a accouché d’un enfant en bonne santé. Le diagnostic d’hémopéritoine doit être évoqué rapidement. Une fois l’imagerie réalisée, une prise en charge doit être entreprise en fonction de l’étiologie de l’hémopéritoine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine spontané par rupture de varices intra-abdominales chez le patient cirrhotique.

  • Le choc hémorragique par rupture spontanée de varices intra-abdominales chez le patient cirrhotique est une entité rare de diagnostic parfois difficile. Nous exposons deux nouveaux cas de rupture spontanée de varices intra-abdominales avec état de choc hypovolémique chez des patients cirrhotiques. L'un a présenté une rupture d'un cavernome portal et l'autre une rupture d'une varice du ligament gastrosplénique. L'association chez un patient cirrhotique d'un état de choc hypovolémique et d'une majoration du volume de l'abdomen doit faire évoquer le diagnostic. Il s'agit d'une urgence chirurgicale dont la mortalité reste très élevée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine iatrogène après cathétérisme veineux fémoral en urgence.

  • We report a iatrogenic case of retroperitoneal haematoma consecutive to an emergency femoral venous catheterization. The indication of the catheterisation was a hemorrhagic shock after a dilapidating traumatism of leg in an obese patient in whom peripheric venous access was impossible and vascular filling urgent. In spite of the existence of an initial reassuring blood backward flow, a retroperitoneal haematoma had been constituted gradually and explained an absence of haemodynamic improvement in spite of the surgical haemostasis and an adapted intravascular filling. The CT scan showed an iatrogenic lesion of the right iliac vein and justified the immediate infusion stop. The femoral catheter was withdrawn at the 48th hour and the patient discharged at the 6th day.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une complication rare des léiomyomes utérins: hémopéritoine massif par rupture de varices.

  • Les léiomyomes utérins sont des causes exceptionnelles d'hémopéritoine. Nous rapportons ici le cas d'une femme de 46 ans nullipare, en instance d'une hystérectomie totale indiquée pour utérus polymyomateux symptomatique. Elle a été opérée en urgence pour hémopéritoine aigu et massif compliqué de choc hémorragique. L'origine de l'hémopéritoine était la rupture spontanée d'une varice du léiomyome. Quoique rare l'éventualité d'un hémopéritoine causé par un fibrome utérin devrait être évoquée devant tout abdomen aigu spontané chez une femme en âge de procréer. La présence de varices sur les fibromes augmenterait le risque d'hémorragie spontanée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine par rupture spontanée d'une métastase hépatique d'une tumeur germinale non séminomateuse.

  • Nous rapportons un cas d'hémopéritoine par rupture spontanée d'une métastase hépatique d'une tumeur germinale non séminomateuse. En pratique, l'hémopéritoine spontané doit faire envisager plusieurs étiologies, dominées par les ruptures de carcinomes hépatocellulaires ou plus rarement par celles de tumeurs bénignes , la rupture d'une métastase reste une cause exceptionnelle. L'intérêt de notre cas clinique est de rappeler la possibilité d'un traitement à visée curative dans quelques cas de maladies métastatiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine secondaire à la rupture des veines superficielles d’un léiomyome utérin

  • Les hémopéritoines d’origine gynécologique sont souvent secondaires à la rupture d’une grossesse extra-utérine. Les léiomyomes utérins demeurent une cause rare d’hémorragies intrapéritonéales. Nous rapportons un cas d’hémopéritoine secondaire à la rupture des veines superficielles d’un léiomyome utérin. Une myomectomie respectant l’utérus était réalisée avec des suites favorables. Le léiomyome utérin peut se révéler par un hémopéritoine massif et doit être suspecté chez toute femme présentant une masse pelvienne avec état de choc.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine par rupture spontanée d'un anévrisme de l'arcade vasculaire omentale.

  • Nous rapportons le cas d'un hémopéritoine spontané par rupture d'un anévrisme de l'arcade omentale. Cette localisation exceptionnelle (2 cas publiés) a pu être diagnostiquée en pré-opératoire par une échographie couplée au doppler et par un angio-scanner. Le traitement a consisté en une résection omentale partielle. L'anatomopathologie a confirmé le diagnostic. Les causes rares mais graves d'hémopéritoine aigu sont détaillées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Causes inhabituelles des hémopéritoines d'origine génitale.

  • Les auteurs relèvent sur 429 hémopéritoines 17 cas qui ne sont pas dus à des grossesses ectopiques. Si les ruptures de kystes de l'ovaire et les perforations utérines par avortements clandestins sont souvent rencontrées, les autres causes sont beaucoup plus exceptionnelles: rupture d'hémi-utérus borgne gravide, choriocarcinome tubaire, bilarziose tubaire et thrombopénie révélatrice d'un SIDA.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hémopéritoine exceptionnel du troisième trimestre de la grossesse

  • Nous rapportons un cas de rupture spontanée du ligament large révélée par un syndrome douloureux abdomino-pelvien d’apparition brutale à 36 semaines + 2 jours associé à une souffrance fœtale aiguë et un hémopéritoine de grande abondance chez une primigeste de 32 ans. La laparotomie exploratrice a permis de faire le diagnostic mais le pronostic fœtal a été dramatique. L’extraction fœtale doit se faire en urgence et dans le même temps que l’hémostase vasculaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov