Hellp syndrome [ Publications ]

hellp syndrome [ Publications ]

Publications > hellp syndrome

  • Défini par l’association d’une hémolyse, d’une cytolyse hépatique et d’une thrombopénie, le Hemolysis, Elevated Liver enzyme, Low Platelets (HELLP) syndrome est une complication de la prééclampsie engageant le pronostic maternel et fœtal. Il peut apparaître dans le post-partum (30 %) ou en l’absence de tout signe de prééclampsie (10 à 20 %). Son diagnostic clinique est difficile car aucun symptôme n’est pathognomonique. La présence de douleurs abdominales ou de vomissements lors du troisième trimestre doit faire évoquer le diagnostic. Les critères biologiques doivent être stricts : hémolyse définie par la présence de schizocytes, d’une bilirubine totale supérieure à 12 mg/l ou de LDH supérieur à 600 UI/l, cytolyse hépatique définie par des transaminases supérieures à deux à trois fois la normale et une thrombopénie définie par un taux de plaquettes inférieur à 100 000 par millimètre cube. L’évolution de ces paramètres est un facteur pronostique majeur. Les risques de complications maternelles sont nettement majorés par rapport à la prééclampsie sévère sans HELLP syndrome : éclampsie, hématome rétroplacentaire, coagulation intravasculaire disséminée, insuffisance rénale aiguë, œdème pulmonaire, hématome sous-capsulaire du foie. La prise en charge d’un HELLP syndrome ne peut s’envisager que dans une structure médicale permettant à la fois une réanimation de l’enfant (risque de grande prématurité) et de la mère. Le traitement du HELLP syndrome est l’interruption rapide de la grossesse, par césarienne ou par voie vaginale selon les cas, dès que la maturité fœtale est acquise ou en présence de complications maternelles. En cas de grande prématurité (inférieure à 32 semaines d’aménorrhée), une attitude plus attentiste peut se justifier afin d’assurer une meilleure maturité pulmonaire fœtale, sous couvert d’une surveillance maternofœtale stricte. La corticothérapie à visée maternelle permet de corriger les paramètres biologiques, mais il n’existe aucune preuve de ses bénéfices sur le pronostic maternofœtal. L’évolution dans le post-partum se fait, en général, vers la guérison complète en quelques jours et le risque de récidive est faible lors d’une grossesse ultérieure.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prise en charge du hellp syndrome avant 32 semaines d'aménorrhée. 22 observations.

  • Objectifs : Décrire le HELLP syndrome (hemolysis, elevated liver enzymes, low platelet count) et la conduite à tenir. Méthodes : Nous avons étudié de manière rétrospective 22 cas de HELLP syndrome survenus avant 32 semaines d'aménorrhée (SA), de 1990 à 1994. Ces cas représentent 44 p. 100 de l'ensemble des HELLP syndromes ohservés durant cette période (50 cas). Résultats : La majorité des patientes étaient primipares, et 2 d'entre elles ont développé lors d'une deuxième grossesse une récidive de HELLP syndrome avant 32 SA. Trois cas seulement ont débuté en post-partum. Toutes les patientes étaient atteintes d'une prééclampsie sévère avant la découverte du HELLP syndrome. Six crises d'éclampsie étaient associées. La douleur épigastrique est le symptôme clinique le plus souvent noté. Dix patientes avaient une insuffisance rénale aiguë, sévère dans 3 cas. Les 3 cas du post-partum ont été associés à des complications sévères (éclampsie, insuffisance rénale, hématome sous-capsulaire du foie). L'attitude obstétricale a été interventionniste dans tous les cas, avec extraction par césarienne dans les 48 heures suivant le diagnostic. Trois interruptions médicales de grossesse ont été réalisées entre 24 et 29 SA. Une mort foetale in utero et un décès néonatal sont survenus. Dix-sept nouveau-nés ont été extraits vivants. Dans le groupe des 11 enfants nés après 30 SA, une seule maladie des membranes hyalines est notée. Tous les enfants nés avant 30 SA ont développé cette maladie, deux ont des séquelles de dysplasie broncho-pulmonaire. Conclusion : Après avoir discuté le cadre nosologique du HELLP syndrome, les critères de décision de l'extraction foetale et les possibilités de traitement conservateur pour les grossesses très prématurées, nous proposons un schéma de prise en charge du HELLP syndrome avant 32 SA. En l'absence de complication maternelle ou de souffrance foetale, il est justifié de temporiser 48 heures en instaurant une corticothérapie visant à accélérer la maturité foetale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

HELLP syndrome. Revue et mise à jour.

  • Le HELLP syndrome, entité distincte ou forme clinique de prééclampsie, est un facteur de gravité surajouté sur un terrain vasculo-rénal. Acronyme décrit en 1982 par Weinstein, il associe une hémolyse (hemolysis), une cytolyse (elevated liver enzymes) et une thrombopénie (low platelets). Les seuils pathologiques des paramètres biologiques doivent être définis de manière stricte pour ne pas parler abusivement de ce syndrome. Surnommé le « grand imitateur », la difficulté de porter son diagnostic est réelle car les signes cliniques associés aux désordres biologiques sont souvent aspécifiques. Les erreurs diagnostiques sont plus fréquentes lorsque le HELLP syndrome ne s'associe pas à une prééclampsie (10 %), au 2e trimestre de la grossesse (15 %) ou dans le post-partum (30 %). Le terme moyen à l'accouchement est de 32 semaines d'aménorrhée (SA), cette prématurité étant souvent induite par crainte des complications maternelles. Les décès maternels (1,1 %) ne semblent pas directement liés au HELLP syndrome. Les hématomes sous-capsulaires du foie sont rares (0,9 %). L'interruption de la grossesse, par voie basse ou par césarienne, reste la règle lorsque la maturité pulmonaire foetale est acquise ou devant des complications maternelles surajoutées. A l'inverse, il est licite de proposer un traitement conservateur avant 32 SA, et une corticothérapie voire une thérapie hémodynamique peuvent permettre d'atteindre une maturité foetale suffisante. Cette attitude attentiste pouvant évoluer à tout moment et nécessitant une surveillance materno-foetale intensive, ne peut se concevoir qu'au sein d'un centre de périnatologie intégrant une unité de réanimation néonatale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le HELLP syndrome: A propos de 17 cas et revue de la littérature.

  • Problématique: Le HELLP syndrome est défini comme étant l'association d'une anémie hémolytique, d'une cytolyse hépatique et d'une thrombopénie. C'est une forme de gravité de la toxémie gravidique. Sa prise en charge est difficile et essentiellement multidisciplinaire. But: Mettre en valeur les facteurs de risque de développer un HELLP syndrome chez les patientes toxémiques et de dégager une prise en charge idéale. Méthodes: Il s'agit d'une étude portant sur 17 cas de HELLP de syndrome survenus au CHU Mongi Slim de la Marsa et recueillis rétrospectivement sur une période de 06 ans. Résultats: La symptomatologie est dominée par les douleurs épigastriques et les vomissements. L'âge gestationnel moyen de découverte de ce syndrome est de 30,5 SA. L'extraction foetale a été réalisée par césarienne dans 11 cas. La morbidité maternelle est dominée par l'éclampsie et les troubles de l'hémostase, et la morbidité néonatale est imputable à la prématurité induite. Conclusion: La prise en charge idéale consiste principalement en une bonne réanimation médicale ainsi qu'une évacuation en urgence.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mortalité périnatale et prééclampsie/éclampsie: influence du HELLP syndrome sur la primigeste.

  • Nous rapportons les résultats périnatals chez 37 prééclamptiques/éclamptiques, dont 13 présentaient un HELLP syndrome. Dix-sept étaient primigestes et 20 multipares. Seulement 23 nouveau-nés survécurent (62,2%) , en éliminant 4 grossesses de moins de 28 semaines, le taux de mortalité périnatale était de 27 %. Par rapport à la mortalité périnatale locale, le risque de mortalité périnatale est en moyenne 6 fois plus élevé lorsque la grossesse est compliquée de prééclampsie/éclampsie, avec ou sans HELLP sundrome surajouté. Pour des raisons qui nous échappent, la mortalité périnatale est plus élevée dans le HELLP syndrome de la primipare par rapport au cas survenant chez la multipare.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Importance de la thrombopénie dans la prise en charge du HELLP syndrome: à propos de 104 cas.

  • Objectif. Évaluer l'importance de la thrombopénie dans la prise en charge du HELLP syndrome (Hemolysis, Elevated Liver enzymes, Low Platelets count). Matériels et méthodes. Une étude rétrospective a été réalisée dans les trois services de la maternité de l'hôpital Pellegrin de Bordeaux, incluant toutes les patientes ayant présenté un HELLP syndrome entre janvier 1993 et décembre 2001. 104 patientes ont été incluses Les patientes ont été classées en deux groupes fonction de l'importance de la thrombopénie: classe 1 (plaquettes

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le HELLP syndrome : diagnostic et prise en charge thérapeutique

  • La prise en charge du HELLP syndrome fait encore l'objet de nombreuses controverses. Dans le but d'améliorer le pronostic fœtal sans majorer la morbidité maternelle, deux attitudes thérapeutiques se discutent : interruption rapide de la grossesse avec risques de morbidité et mortalité fœtales liés à la prématurité ou traitement conservateur avec risques maternels, notamment complications hémorragiques hépatiques et cérébro-méningées. La prise en charge thérapeutique doit être instaurée après évaluation de la balance bénéfices/risques pour la mère et l'enfant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pseudo-HELLP syndrome par carence en folates et/ou en vitamine B12: à propos d'un cas.

  • Plusieurs pathologies médicales peuvent interférer avec la grossesse et mimer le tableau biologique de HELLP syndrome. L’évolution naturelle de ce syndrome est d'une particulière gravité pour la mère et le fœtus, il convient d’éliminer rapidement les autres diagnostics afin d’éviter une extraction fœtale prématurée injustifiée. Nous rapportons le cas d'une parturiente qui s'est présentée avec un tableau évocateur d'un HELLP syndrome, rapporté finalement à une carence en folates et en vitamine B12.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

HELLP syndrome et toxémie surajoutée.

  • Les auteurs rapportent un cas de HELLP syndrome survenant dans un contexte de toxémie surajoutée. La grarité est soulignée par la révélation sur le mode éclamptique, l'hypertension artérielle maligne et les complications nombreuses de mort in utero, insuffisance rénole, hémorragie rétinienne. La recherche du HELLP syndrome fait partie de tout bilan de néphropathie gravidique quelle que soit sa forme et justifie une prise en charge spécifique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le HELLP syndrome : à propos de neuf cas traités à la maternité Joséphine-Bongo

  • Introduction: le but de ce travail a été d'évaluer la prise en charge thérapeutique du HELLP syndrome à la maternité Joséphine-Bongo (MJB). Population d'étude et méthode: l'étude a été rétrospective. Toutes les patientes hospitalisées dans l'unité de réanimation de la MJB entre le 1

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Transplantation hépatique pour hématome sous-capsulaire rompu lors d’un HELLP Syndrome

  • L’hématome sous-capsulaire rompu, dans le contexte d’un HELLP syndrome est une pathologie rare dont la prise en charge n’est pas clairement codifiée. Nous rapportons un cas d’hématome sous-caspulaire rompu qui a nécessité, après plusieurs chirurgies d’hémostase, une transplantation hépatique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

HELLP syndrome.

  • Le HELLP syndrome (Hemolysis, Elevated Liver enzymes, Low Plateled count) est une des expressions cliniques d'une affection polymorphe induite par une anomalie de la placentation. La gravité des signes biologiques et du pronostic à court terme rend d'autant plus pertinente la recherche de facteurs prédictifs afin d'assurer au mieux la prophylaxie de cette affection récidivante, leadership en terme de mortalité et de morbidité foeto-maternelles.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

HELLP syndrome et hématome sous-capsulaire du foie rompu. Stratégie thérapeutique à partir d'un cas clinique

  • Nous rapportons un cas de rupture spontanée d'un hématome sous-capsulaire (HSC) du foie compliquant un HELLP syndrome. L'évolution a été favorable grâce à une polytransfusion et un

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov