Grossesse ovarienne [ Publications ]

grossesse ovarienne [ Publications ]

Publications > grossesse ovarienne

  • La grossesse ovarienne (GO) est une forme rare de grossesse extra-utérine (GEU) , son incidence est estimée à 1 pour 7 000 grossesses et de 1 à 6% des grossesses ectopiques. Son étiopathogénie diffère de celle de la grossesse tubaire. C'est en règle générale un évènement unique qui survient chez une femme saine. Le diagnostic précoce des grossesses extra-utérines reste une priorité pour le clinicien , depuis l'utilisation de l'échographie endovaginale associée au dosage des β-hCG plasmatiques, ce diagnostic précoce de localisation est permis. Les formes anatomopathologiques de la GO sont variées. Macroscopiquement, on peut distinguer 4 formes : l'hématome « banal ». l'oeuf clair, l'oeuf embryonné et le placenta avec foetus. Seule l'histologie permet d'affirmer le diagnostic et de distinguer 4 variantes : la grossesse intrafolliculaire, juxtafollicullaire juxtacorticale et interstitielle. Si pour de nombreux auteurs, la laparotomie s'impose dans tous les cas, le traitement conservateur ovarien est possible, la plupart de ces grossesses étant nidées superficiellement. Nous décrivons un cas de GO après stimulation de l'ovulation, diagnostiqué précocement et topographiquement par l'échographie endovaginale et traité de manière conservatrice par laparoscopie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Grossesse ovarienne: à propos de 3 cas et une revue de la littérature

  • La grossesse ovarienne représente une entité rare parmi les grossesses ectopiques où l'ovaire est le siège de la nidation. Son diagnostic nécessite une démarche bien codifiée. Les particularités des facteurs déterminant, des caractéristiques histopathologiques et évolutives des grossesses ovariennes nous a conduit à porter un intérêt pour cette forme de grossesse ectopique. Nous rapportons 3 cas de grossesse ovarienne diagnostiqués dans notre service. Les trois femmes ont entre 30 à 42 ans et un terme de 13 à 37 semaines d'aménorrhée. Elles sont toutes révélées par des douleurs abdominales d'intensité variable avec un état de choc. L'examen anatomopathologique de l'annexe droite, siège caractéristique des grossesses ovariennes, a permis de confirmer le diagnostic. Elles sont toutes des grossesses ovariennes primitives juxta-corticales. La grossesse ovarienne est une entité très rare de la grossesse extra-utérine qui présente certaines particularités. Son diagnostic est difficile et se base sur des constations per-opératoires. La présence de la zone de nidation ovarienne à l'examen histopathologique est optimale pour confirmer le diagnostic. Actuellement, on admet que la grossesse ovarienne est la forme de grossesse ectopique qui peut aller à terme ou même jusqu'à une naissance vivante.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Grossesse ovarienne, à propos de 3 cas.

  • Prérequis: La grossesse ovarienne représente une entité rare parmi les grossesses ectopiques. Son diagnostic et sa prise en charge ne sont pas toujours aisés. But: Etayer les particularités cliniques et thérapeutiques de la grossesse ovarienne. Méthodes: Il s'agit d'une étude rétrospective menée sur 04 ans. Nous avons colligé les cas de grossesse ovarienne. Le diagnostic s'est basé sur les données opératoires confirmées par l'examen anatomopathologique. Résultats: Nous avons colligé trois cas de grossesse ovarienne. Toutes nos patientes ont présenté des douleurs abdominales d'intensité variables. Le diagnostic préopératoire a été évoqué à l'échographie dans un cas. Une laparotomie a été réalisée dans un cas devant un état de choc et une c?lioscopie dans les deux autres cas. Le traitement chirurgical a été conservateur dans tous les cas. Nous n'avons pas eu recours au traitement médical. Conclusion: La grossesse ovarienne est une entité rare de la grossesse extra-utérine qui présente certaines particularités sémiologiques. Son diagnostic est difficile et se base sur des constatations per- opératoires. Sa prise en charge thérapeutique reste pour le traitement des grossesses extra-utérines, malgré le progrès de traitement médical, chirurgicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La grossesse ovarienne: le point en 2003. A propos de 4 cas et revue de la littérature.

  • Son incidence étant estimée entre 1 et 6 % des grossesses extra-utérines (GEU), la grossesse ovarienne (GO) reste une forme rare de GEU. Nous rapportons 4 observations de GO colligées dans la clinique universitaire de gynécologie obstétrique de Nabeul (Tunisie) durant une période de 4 ans. A partir de ces observations, et à la lumière des données de la littérature, nous avons essayé de faire le point sur la question. Contrairement à la grossesse tubaire, la GO est un évènement unique qui survient chez une femme saine. La GO n'a pas de spécificité clinique, échographique ou biologique permettant de la différencier de la grossesse tubaire. Évoquant fréquemment à la coelioscopie une hémorragie du corps jaune ou une rupture de kyste ovarien, la GO est diagnostiquée en général à l'histologie. La rupture de GO est souvent plus hémorragique que celle de la grossesse tubaire, mais le traitement conservateur est le plus souvent possible. La récidive est exceptionnelle, et la fertilité antérieure est en général conservée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La grossesse ovarienne. A propos de quatre observations.

  • La grossesse Ovarienne est une affection rare, sa fréquence habituelle dans la littérature varie de 0,7% à 4% de l'ensemble des GEU. Nous rapportons quatre observations de grossesse ovarienne répondant aux critères de SPIEGEL-BERG survenant pendant une période de sept ans, soit une fréquence de 3%. La symptomatologie clinique ne diffère en rien de celle de la GEU tubaire. La sémiologie Echographique de la grossesse ovarienne, n'est pas encore bien établie, mais nous pensons, que l'avènement de l'échographie par sonde vaginale de haute résolution et de l'Echographie doppler, permettra d'identifier une sémiologie spécifique à la grossesse ovarienne. néanmoins la coelioscopie reste le meilleur moyen pour évoquer le diagnostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov