Granulome eosinophile [ Publications ]

granulome eosinophile [ Publications ]

Publications > granulome eosinophile

  • Objectifs: l'histiocytose langerhansienne est une pathologie proliférative cellulaire aux formes cliniques variées caractérisées par des atteintes osseuses, cutanées et ganglionnaires et viscérales. Le granulome éosinophile représente la forme localisée de l'histiocytose X ou l'histiocytose à cellules de Langerhans, il s'agit d'une forme bénigne, d'étiologie inconnue. Au niveau ORL, la localisation à l'os temporal est la plus fréquente, elle s'associe le plus souvent à d'autres localisations. Cependant, la forme isolée peut exister touchant uniquement l'os mastoïdien. Nous proposons de discuter les caractéristiques d'une telle localisation, ses modalités diagnostiques et thérapeutiques. Méthodes: les auteurs rapportent le cas d'une patiente de 16 ans présentant une localisation isolée d'un granulome éosinophile limité à la mastoïde pris en charge dans les services d'ORL et de radiothérapie. Résultats: le scanner a montré une lésion avec destruction osseuse mastoïdienne. La biopsie et l'étude immunohistochimique ont confirmé le diagnostic. Une chirurgie suivie de radiothérapie (20 Gy) a permis la stabulation avec un an de recul. Conclusion: le granulome éosinophilie de l'os temporal dans sa forme unifocale représente une forme bénigne de l'histiocytose Langerhansienne, il pose un problème diagnostic lorsque l'atteinte est isolée. Son traitement dépend principalement de son extension et des risques qui en découlent, son pronostic est bon mais ne dispense pas d'une surveillance régulière.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Histiocytose langerhansienne congénitale cutanée auto-involutive avec atteinte osseuse (granulome éosinophile).

  • Introduction. La classification en 5 formes des histiocytoses langerhansiennes (HL) ne recouvre pas l'ensemble des formes cliniques. Nous rapportons une observation d'HL congénitale avec atteinte cutanée et osseuse, d'évolution bénigne au cours de ses deux premières années de vie. Observation. L'affection cutanée était présente dès la naissance et a régressé spontanément mais a récidivé à deux reprises sous une forme plus bénigne. L'histologie optique a montré un infiltrat « en bande » du derme papillaire constitué de cellules de Langerhans en contact avec la couche basale de l'épiderme, accompagnées de quelques éosinophiles. L'intense positivité de l'immunomarquage de la protéine S100 a confirmé le diagnostic d'HL. Le bilan d'extension a mis en évidence une lésion lytique de la partie inférieure du tibia gauche qui a été traitée par curetage. Discussion. L'« histiocytose langerhansienne » comporte à notre avis un spectre clinique très large. Notre observation est originale par son évolution bénigne alors qu'il s'agissait d'une forme congénitale avec atteinte cutanée disséminée et atteinte osseuse. Une surveillance prolongée des HL nous paraît obligatoire en l'absence de facteurs pronostiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le granulome eosinophile de l'orbite. A propos d'un cas et revue de la littérature.

  • L'histiocytose X est due à une prolifération de cellules très indifférenciées du système réticulo-histiocytaire qui possèdent dans leur cytoplasme une inclusion X caractéristique. Le granulome éosinophile est une tumeur essentiellement de l'enfant, touchant plus fréquemment la voûte que la base du crâne avec comme siège de prédilection le corps du sphénoïde, la selle turcique et les parois osseuses orbitaires. La chirurgie suivie d'une chimiothérapie et/ou d'une radiothérapie est conseillée par la majorité des auteurs essentiellement pour les formes multiples. Les auteurs rapportent une observation de granulome éosinophile de la paroi externe de l'orbite droit chez une fille de 8 ans, se manifestant par une discrète exophtalmie ainsi qu'une tuméfaction latéro-orbitaire droite dure et douloureuse à la pression. Le diagnostic d'une tumeur des parois orbitaires a été établi par la TDM et l'IRM. La nature granulomateuse a cellules éosinophiles a été confirmée par l'examen histo-pathologique. L'évolution après chirurgie est favorable. Le bilan d 'extension n'a pas révélé d'autres localisations.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Granulome éosinophile ischiatique et histiocytose pulmonaire d'évolution régressive.

  • L'histiocytose de Langerhans ou histiocytose X est une maladie rare, intrinsèquement bénigne et de nature tumorale à caractère destructeur, hétérogène dans sa présentation clinique et souvent capricieuse dans son évolution. Si les formes focales, comme le granulome éosinophile osseux, ne nécessitent qu'une prise en charge limitée, la gravité des formes multisystémiques avec dysfonctionnement d'organes justifie parfois l'utilisation d'une chimiothérapie agressive. L'atteinte osseuse est la plus fréquente et touche préférentiellement l'enfant et le jeune adulte à prédominance masculine, de façon sporadique et chronique. Nous rapportons le cas d'un adolescent de 17 ans présentant l'association rare d'une lésion destructrice osseuse du bassin associée à une forme pulmonaire étendue asymptomatique, cette dernière ayant permis d'orienter nettement le diagnostic initial et d'effectuer une prise en charge radiologique, anatomo-pathologique et chirurgicale optimale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le granulome éosinophile ganglionnaire. A propos de deux cas d'histiocytose langerhansienne à localisation ganglionnaire isolée.

  • Les auteurs rapportent deux cas d'histiocytose langerhansienne à détermination purement ganglionnaire, découverts chez deux jeunes enfants. Le diagnostic histologique repose sur la présence dans les sinus ganglionnaires de grandes cellules d'allure histiocytaire, associées à des polynucléaires éosinophiles, l'étude immunohistochimique, effectuée sur coupes en paraffine et pour un cas sur coupes à congélation, a retrouvé le phénotype classique des cellules de Langerhans avec une expression de la PS100 et du CDla et une négativité du lysozyme et de a1 anti-chymotrypsine. Actuellement, avec un recul de deux et quatre ans, ces enfants sont en rémission complète, l'un spontanément, l'autre après chimiothérapie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le granulome éosinophile des os chez l'enfant.

  • Le granulome éosinophile des os ou histiocytose Langerhansienne se traduit généralement par une lacune osseuse isolée des os longs et des os plats très bien visible sur les radiographies conventionnelles. Le scanner est utile pour préciser l'atteinte de la corticale et la localisation exacte pour les segments anatomiques complexes (hanche, rachis, base du crâne). L'IRM est d'un grand intérêt dans les formes étendues pour juger de l'extension aux parties molles. Le diagnostic différentiel se pose avec les ostéites subaiguës et les tumeurs dans les formes agressives. L'évolution des formes isolées est le plus souvent favorable spontanément ou sous l'effet du traitement. Il n'en est pas de même dans les formes multiples où le pronostic est plus réservé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Granulome éosinophile vertébral lombaire isolé avec instabilité rachidienne chez un adolescent.

  • Nous rapportons un cas rare de granulome éosinophile isolé de localisation vertébrale L3 chez un adolescent de 15 ans. Une progression de l’ostéolyse avec instabilité vertébrale sans signe neurologique a été observée sous corset. Le traitement chirurgical a permis de corriger la déformation et de stabiliser le rachis. Une chimiothérapie postopératoire par vinblastine et corticoïde a été prescrite selon le protocole de prise en charge des histiocytoses langheransiennes (HL2010). Aucune récidive n’a été observée à 5 ans de recul.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Granulome éosinophile révélé par un torticolis : à propos d'une observation

  • L'histiocytose langerhansienne est une affection rare en pédiatrie. Elle a un spectre clinique très divers, allant du simple granulome éosinophile à la forme grave multiviscérale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Granulome éosinophile de la vulve.

  • Le granulome éosinophile de la vulve (GEV) est une forme particulière de l'histiocytose X, rare, qui s'associe, en général, à d'autres lésions cutanées ou muqueuses, à des lésions osseuses ou à une atteinte systémique (1, 2). Il nous semble intéressant de rapporter un cas d'histiocytose X, initialement purement cutanée, ayant comme point de départ la région vulvaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov