Goitre endemique [ Publications ]

goitre endemique [ Publications ]

Publications > goitre endemique

  • Dans le cadre d’un projet associatif d’aide au développement, une enquête de prévalence sur les troubles dus à la carence en iode a été réalisée dans l’aire sanitaire d’un village du Burkina Faso (Zitenga, province d’Oubritenga) pour évaluer leur importance au sein d’une population de plus de 20 000 habitants. Elle a concernée 210 personnes tirées au sort par un sondage en grappes, âgées de 0 à 45 ans pour les femmes et de 0 à 25 ans pour les hommes. Une enquête clinique, biologique (dosages de la TSH et de la T4 plasmatiques et iodurie) et alimentaire a été réalisée auprès de cet échantillon.Le taux de prévalence de goitre, tous stades confondus, atteignait 55,2 %. Les résultats d’iodurie ont permis de classer le secteur en zone de carence iodée moyenne. La thyroxinémie était basse chez 63 % des sujets et la TSH élevée chez 69,3 % de ces mêmes sujets. Les concentrations de ces deux hormones n’étaient pas corrélées à l’iodurie ou à la présence d’un goitre. L’ensemble de la population du secteur sanitaire de Zitenga semble donc sous le joug d’une carence iodée, mais chez une partie d’entre elle seulement se manifestent cliniquement des troubles sous forme d’un goitre.En dehors de l’identification d’autres facteurs susceptibles d’intervenir dans la genèse des TDCI, un apport en iode apparaît donc nécessaire dans cette région.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La consommation de manioc n’intervient pas dans la genèse du goitre endémique en zone rurale sénégalaise

  • À l’occasion d’une enquête épidémiologique sur la carence en iode au Sénégal oriental et en Casamance, une étude ancillaire a été menée chez 585 ménages résidant dans 3 zones d’endémie goitreuse afin de déterminer la part respective de la carence en iode (définie par l’iodurie moyenne des membres du ménage) et de la consommation de manioc (estimée par la fréquence de consommation d’aliments à base de manioc) dans l’apparition du goitre. La consommation d’aliments à base de manioc, même régulièrement, ne paraît pas en cause ni comme facteur isolé, ni comme facteur de risque additionnel dans la genèse du goitre endémique dans cette région d’Afrique en raison des méthodes traditionnelles de préparation auxquelles les racines de manioc sont soumises avant consommation. Seule la carence en iode joue un rôle déterminant dans cette genèse. Cette endémie devrait donc rapidement disparaître grâce à la commercialisation de sel iodé, dont la mise en place est actuellement en cours au Sénégal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prévalence du goitre endémique dans une région du nord ouest de la Tunisie -1993.

  • Mille six cent soixante quinze élèves appartenant aux délégations de Jendouba, et 61 élèves à Bizerte, tous âgés entre 8 à 10 ans ont participé à cette étude visant à évaluer le programme de prévention de la carance iodée mis en place dans le gouvernorat de Jendouba depuis 1984. L'échantillon des élèves appartenant à Bizerte a été choisi comme groupe témoin. Tous les élèves ont bénéficié d'un examen clinique de la thyroïde à la recherche de goitre, parmi les 1675 élèves de Jendouba, 221 ont été tirés au sort selon un sondage pseudoaléatoire et ont bénéficié d'un dosage de l'iode urinaire. Les 61 élèves de Bizerte ont bénéficié de cet examen. La prévalence du goitre était nettement plus élevée à Jendouba, comparée à Bizerte (36,2% VS 3,3% p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov