Glomerulonephrite membranoproliferative [ Publications ]

glomerulonephrite membranoproliferative [ Publications ]

Publications > glomerulonephrite membranoproliferative

  • Pré requis.: La survenue de glomérulonéphrite membrano-proliférative chez certains patients porteurs d'une hépatite virale C compliquée de cryoglobulinémie mixte a été rapportée par plusieurs auteurs. Si le traitement antiviral à base d'Interféron Alpha semble avoir un effet bénéfique sur l'évolution de la néphropathie, il reste cependant controversé. But: Les objectifs de cette étude sont de passer en revue les caractéristiques clinico-biologiques et histologiques de cette association et de rapporter les données de la littérature ainsi que les nouveautés thérapeutiques. Méthodes: Il s'agit d'une étude rétrospective concernant 11 patients présentant l'association glomérulonéphrite membrano-proliférative, hépatite virale C et cryoglobulinémie. La sérologie de l'hépatite virale C a été faite par technique ELISA. Résultats: Notre série comporte 3 hommes et 8 femmes ayant un âge moyen de 51,9 ± 15,5 ans. L'hypertension artérielle était présente dans 7 cas, un syndrome néphrotique était observé dans 9 cas et l'insuffisance rénale chronique dans 10 cas. La ponction biopsie rénale avait montré, en plus des lésions de glomérulonéphrite membrano-proliférative, des thrombi fibrinoïdes dans 8 cas. Six patients avaient une atteinte hépatique évoquant fortement une hépatopathie chronique. La biopsie hépatique faite dans 4 cas avait montré une activité virale histologique dans 2 cas. Aucun des patients n'a eu un traitement antiviral. La fonction rénale est restée stable dans 5 cas, et elle s'est dégradée dans 6 cas. Après revue de la littérature, le volet thérapeutique est dominé par le traitement antiviral à base d'Interféron Alpha et plus récemment associé à la Ribavirine avec des résultats nettement plus prometteurs. Conclusion: La présence d'une hépatite virale C doit être recherchée chez tout patient ayant une glomérulonéphrite membrano-proliférative surtout s'il y'a une cryoglobulinémie mixte associée. Maintenant que le traitement antiviral devient plus accessible en Tunisie, son utilisation nous permettra dans l'avenir, d'évaluer son effet sur le plan rénal.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Glomérulonéphrite membranoproliférative hypocomplémentaire chez un Malgache atteint de bilharziose à Schistosoma mansoni (détection d'antigène bilharzien sur les membranes basales glomérulaires par anticorps monoclonal).

  • 1 observation. L'origine bilharzienne à Schistosoma mansoni de cette néphropathie a été prouvée par immunofluorescence indirecte à l'aide d'un anticorps monoclonal antischistosome dirigé contre le caecum de Schistosoma mansoni adulte.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov