Genu varum [ Publications ]

genu varum [ Publications ]

Publications > genu varum

  • Le traitement du genu varum est le plus souvent conservateur (ostéotomie tibiale de valgisation) permettant de corriger le trouble architectural afin de rétablir l'axe physiologique du membre inférieur. Le but de l’étude était d’évaluer les résultats du traitement et comparer à ceux de la littérature. Il s'est agi d'une étude rétrospective portant sur des patients présentant un genu varum qui s'est déroulée dans le Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de CHU Ibn SINA de RABAT, sur une période de 9 ans (2000 au 31 Décembre 2008). Nous avons inclus dans notre étude: les patients qui avaient un genu-varum clinique avec examen radiographique standard ainsi qu'un pangonogramme, traités par différents procédés d'ostéotomie tibiale de valgisation, avec un suivis d’ au moins deux ans. Nos critères d’évaluation ont été appréciés selon le score HSS. Nous avons colligé 115 cas de genu-varum par ostéotomie de valgisation. L’âge de nos patients variait entre 40 et 69 ans, avec une moyenne de 53 ans. Le pic de fréquence se situait entre 52et 63 ans. Le sexe féminin prédominait avec 87 cas (75,6%) avec un sex ratio 3,1. Un Indice de masse corporelle supérieur à 30 a été noté dans 44 cas (38%). Quant aux antécédents chirurgicaux,18 patients de la série (soit 14%) ont été opérés pour le genu varum d'un autre genou. Le délai de consultation a varié entre 4 mois à 6 ans, avec une moyenne de 2 ans. La douleur était le principal motif de consultation et était de siège médial dans 70% des cas et bicompartimental dans 30% cas. Il s'agissait d'une douleur mécanique dans 76% des cas, mixte 21% des cas et inflammatoire 4% des cas. La déformation du genou appréciée par l’écart intercondylien a été en moyenne de 8,7 cm avec des extrêmes de 3 cm et 33cm. Le bilan de l'imagerie médicale reposait essentiellement sur les radiographies standards du genou de face et de profil, ainsi que la goniométrie. Ces clichés nous ont permis de classer l'arthrose du genou selon Ahlbäck. 72,5% des patients, présentaient une arthrose débutante. Le pangonogramme a été réalisé pour mesurer la déviation axiale du génu varum. La déviation angulaire: HKA (angle entre le centre de la tête fémorale et le milieu de la cheville) préopératoire a varié entre 163° et 176°, soit une moyenne de 175,46°. Une correction moyenne de déviation de 11,3° a été réalisée avec des extrêmes de 7 à 19°. Cet angle de correction (DAC) qui variait de 7 à 19° a été supérieur à 15° dans 57,39%s inférieur à 15° chez 38%. 27,4% des patients avaient une déviation angulaire importante avec une arthrose avancée. Après un bilan préopératoire et une planification opératoire 73% des patients ont été opérés sous anesthésie loco-régionale. Pour l'ostéotomie tibiale de fermeture, la voie d'abord a été la voie de Gernez antérolatérale, utilisée chez 56 cas (48,6%), l'ostéotomie tibiale d'ouverture (la voie d'abord était Gernez antéro-médiale) effectuée dans 20 cas (17,3%),et l'ostéotomie curviplane, a été réalisée p...

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Doubles ostéotomies assistées par ordinateur dans les grands genu varum: résultats préliminaires à propos de 16 cas.

  • L'objectif de ce travail était d'évaluer les résultats radiologiques de la double ostéotomie (fémorale distale et tibiale proximale) réalisée dans le cadre de grands genu varum. Entre août 2001 et février 2006, nous avons réalisé 16 doubles ostéotomies parmi 197 ostéotomies du genou assistées par ordinateur, soit 8,1 %. Nous avons opéré 5 femmes et 9 hommes âgés en moyenne de 51,19 +/-11,15 ans (20 à 63), 2 hommes ont été opérés des 2 côtés. Le côté droit était intéressé dans 9 cas (7 côtés gauches). Les critères d'inclusion étaient un genu varum supérieur à 10° et/ou un angle mécanique fémoral inférieur ou égal à 90° dans un contexte d'axe mécanique tibial en varus. Les critères d'exclusion étaient un angle mécanique fémoral supérieur à 90° et un angle mécanique tibial supérieur à 88°. Il s'agissait, selon la classification de Ahlbäck modifiée, d'un stade 2, de 9 stades 3, de 4 stades 4 et d'un stade 5. Une patiente n'avait pas d'arthrose mais une déformation particulièrement inesthétique. Langle fémoro-tibial mécanique (angle HKA) radiologique moyen préopératoire était de 168,4° +/- 2,2° (164° à 173°). L'angle mécanique fémoral préopératoire moyen était de 87,38° +/- 2,45° (81° à 90°) et l'angle mécanique tibial de 84,5° +/- 2,19° (80° à 88°). L'objectif principal était d'obtenir un axe fémoro-tibial mécanique à 182°+/- 2° sans interligne oblique soit un angle mécanique tibial à 90°+/- 2°. Lobjectif secondaire était d'avoir un angle mécanique fémoral inférieur ou égal à 95° (93°+/- 2°). Toutes les interventions ont été réalisées avec assistance par le système de navigation Orthopilot

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La correction chirurgicale du genu varum arthrosique par la technique de l'hémicallotasis.

  • A propos du traitement de 160 cas, les auteurs ont cherché à confirmer la validité de «l'hemicallotasis» dans la correction du genu-varum arthrosique. L'intervention a consisté à mettre en place sous contrôle radioscopique un Fixateur Axial Dynamique muni d'un distracteur et à réaliser une corticotomie tibiale sus-tubérositaire associée à une ostéotomie basse du péroné. Après une période de neutralisation de 10-12 jours la distraction graduelle et progressive est débutée jusqu'à l'obtention d'une hypercorrection de 2°-3° degrés sur un cliché en charge. Le temps moyen de distraction a été de 14 jours, le fixateur a été enlevé en moyenne 3 mois après l'intervention. Les résultats ont été évalues sur 58 genoux ayant un recul supérieur à 18 mois. Les résultats cliniques subjectifs (douleur et fonction) ont été satisfaisants pour 80 p. 100 des cas. Dans les cas ou, à la fin de la distraction on avait obtenu une hypercorrection égale ou supérieure à 3° degrés, la perte de correction n'a été que de 1° degré. Cette technique présente des avantages sensibles par rapport aux techniques conventionnelles et un taux faible de complications parmi lesquelles nous citons 2 cas d'arthrite septique du genou, résolue par ablation du F.A.D., traitement médical et orthopédique et 10 cas d'intolérance aux fiches proximales du F.A.D. avec ostéite guérie par un traitement antiinflammatoire et antibiotique local.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prothèse totale et ostéotomie tibiale de correction simultanées, pour gonarthrose sur genu varum excessif constitutionnel.

  • Quatre patients présentant une arthrose fémorotibiale interne de stade 3 ou 4, sur un genu varum constitutionnel excessif avec une déformation de plus de 15°, ont subi une intervention débutant par une ostéotomie de valgisation tibiale par addition interne associée, dans le même temps opératoire, à la mise en place d'une prothèse totale du genou, tricompartimentaire de type HLS-évolution. Le trait d'ostéotomie étant ponté par une quille prothétique tibiale longue, nous n'avons pas associé de fixation complémentaire. Ceci nous a permis d'obtenir dans 3 cas un bon alignement mécanique sans qu'il ait été nécessaire d'effectuer de libération interne importante des parties molles. Dans un cas la correction angulaire a été insuffisante avec persistance d'un varus de 9°. Dans 3 cas, nous avons constaté, en per-opératoire, un trait de refend vertical dans l'épiphyse tibiale externe (stabilisé lors du cimentage de la prothèse, sans utilisation de matériel d'ostéosynthèse). Il est donc nécessaire de réaliser le trait d'ostéotomie le plus à distance possible de la surface articulaire, de manière à obtenir une tranche de section (entre trait d'ostéotomie et coupe prothétique) la plus épaisse possible.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ostéotomie tibiale haute de valgisation pour gonarthrose sur genu varum. A propos d'une série de 193 cas revus après 6 à 10 ans de recul.

  • Les auteurs analysent les résultats d'une série de 193 ostéotomies tibiales de valgisation revues avec un recul moyen de 8 ans (6 à 10 ans). Le taux global de bons résultats a été de 71 p. 100. 14 (7,2 p. 100) patients ont étés réopérés pour échec de leur ostéotomie. L'axe fémorotibial mécanique post-opératoire optimal se situait entre 3° et 5° valgus. L'analyse de la série a mis en évidence des critères de bons résultats, permettant d'orienter la décision opératoire. Il s'agissait: d'une hauteur de l'interligne fémorotibial interne pré-opératoire supérieure ou égale à 50 p. 100 de la normale, d'un varus tibial constitutionnel supérieur à 5°, d'un axe mécanique fémoro-tibial pré-opératoire inférieur ou égal à 10° de varus, d'une absence de laxité radiologique majeure dans le plan frontal, ainsi que d'une absence de subluxation des épines tibiales.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov