Gastrostomie [ Publications ]

gastrostomie [ Publications ]

Publications > gastrostomie

  • Objectif - La gastrostomie percutanée endoscopique (GPE) est la méthode de choix pour la nutrition entérale prolongée. Elle a été peu évaluée chez le sujet âgé hospitalisé. L'objectif de ce travail était l'étude de la survie des malades de plus de 65 ans sur une période d'un an après la pose d'une GPE. Malades et méthodes - Les dossiers de 73 malades d'âge moyen 83 ans porteurs d'une GPE ont été analysés. Les données suivantes ont été recueillies : âge, sexe, présence d'une démence, d'escarres ou de pathologies infectieuses au moment de la pose de la GPE, indication et complications de la GPE et décès du malade. Résultats - La principale indication de la GPE était le refus alimentaire ou l'anorexie (49 %). Au moment de la pose, 44 % des malades avaient des escarres, 30 % une pathologie infectieuse, 45 % une démence. Une complication secondaire à la pose de la GPE a été observée chez 51 malades. Les taux de survie à 2, 6 et 12 mois étaient respectivement de 0,68 [intervalle de confiance à 95 % -IC95 % : 0,56-0,78] , 0,48 [IC95 % : 0,36-0,59] et 0,37 [IC95 % : 0,26-0,48]. La présence d'une infection et d'escarres au moment de la pose de la GPE étaient les deux facteurs indépendants de mortalité, avec une médiane de survie de 32 jours [IC95 % : 11-98] en présence de ces deux facteurs. Conclusion - Il paraît souhaitable de poser l'indication de la GPE à distance d'un épisode infectieux et si possible avant la constitution d'escarres.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Distension gastrique aiguë nécessitant une gastrostomie après induction anesthésique pour correction chirurgicale d'une atrésie de l'œsophage de type III

  • L'atrésie de l'oesophage (AO) de type III (90 %) est une malformation congénitale qui comporte une fistule entre la trachée et le segment distal de l'œsophage. La ventilation contrôlée est indiquée au cours de l'anesthésie pour chirurgie de ces AO. Cependant, elle peut entraîner une distension gastrique (DG) responsable d'une ascension diaphragmatique, une compression de la veine cave inférieure, un arrêt cardiaque, une rupture gastrique. Nous rapportons le cas d'un nouveau-né atteint d'AO avec fistule œsotrachéale, ayant eu une DG aiguë lors de l'anesthésie, avec apparition d'une hypoxie sévère provoquant un retour en circulation fœtale. L'état précaire de l'enfant a nécessité une décompression par gastrostomie. Ce geste a amélioré immédiatement l'état respiratoire, permettant d'achever l'intervention. Des précautions sont à respecter pour éviter une DG. Cependant certaines configurations anatomiques de la fistule (carène, bronche souche) sont difficiles à obturer par la sonde d'intubation. Le cas clinique rapporté illustre l'intérêt d'une gastrostomie en cas de distension gastrique aiguë, lors de l'anesthésie, avec retentissement ventilatoire et/ou hémodynamique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Résultats de la gastrostomie percutanée endoscopique chez le sujet âgé

  • Objectifs - Rechercher des facteurs pronostiques après pose d'une gastrostomie percutanée endoscopique (GPE) en particulier en terme de complications, bénéfices nutritionnels et conséquences sur la qualité de vie. Méthodes - Cette étude prospective menée dans un hôpital gériatrique a porté sur 59 malades consécutifs ayant une GPE. Les complications, la tolérance de la nutrition entérale, l'état nutritionnel, les infections pulmonaires et urinaires, les escarres, les scores de dépendance et de qualité de vie ont été évalués dans un cahier de suivi, initialement, à 1 mois, puis tous les 3 mois pendant 1 an ou jusqu'au décès. Une analyse multivariée a été effectuée à la recherche de facteurs prédictifs de mortalité précoce avant 1 mois. Résultats - La GPE a toujours pu être posée. La mortalité à 1 mois était de 25 %, jamais en rapport avec la GPE. Une infection pulmonaire dans la semaine précédant la pose de GPE était un facteur indépendant de mortalité précoce (odds-ratio : 8,77 [1,63-47,2], P = 0,01). Le suivi prospectif n'a pas mis en évidence de complication locale. La nutrition entérale était bien tolérée. Après 3 mois, les taux sériques d'albumine et de préalbumine augmentaient significativement (P

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Technique de gastrostomie percutanée radiologique : évaluation coût/bénéfice chez les patients porteurs d’un cancer des voies aérodigestives supérieures

  • Le but de cette étude rétrospective menée de 1995 à 1998 sur 70 patients porteurs d’un cancer des voies aérodigestives supérieures est d’effectuer une analyse économique du coût de la gastrostomie percutanée radiologique (GPR) et de son efficacité, jugée sur l’évaluation du bénéfice nutritionnel (évalué par la mesure du poids et l’indice de masse corporelle), et de la possibilité de mener à terme un traitement par radiochimiothérapie concomitante à haute dose. Les résultats obtenus trois semaines après la mise en place de la gastrostomie nous montrent l’absence de complication majeure liée à l’acte radiologique, le maintien de l’état nutritionnel initial ainsi que le déroulement satisfaisant des traitements en cours. Le coût relatif d’un tel acte représente 2 % du coût d’hospitalisation totale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Greffe tumorale sur le trajet d'une gastrostomie percutanée endoscopique chez un malade traité pour un cancer épidermoïde du sinus piriforme.

  • La mise en oeuvre d'un soutien nutritionnel efficace chez les malades atteints d'un cancer ORL améliore la qualité et l'efficacité de la prise en charge thérapeutique [1]. La nutrition artificielle via une gastrostomie percutanée endoscopique (GPE) est une technique dont l'efficacité et la relative innocuité sont reconnues chez certains malades atteints de cancers ORL. Nous rapportons l'observation d'un malade traité pour un carcinome épidermoïde du sinus piriforme qui a développé une métastase sur le trajet de la GPE posée 12 mois auparavant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pancréato-jéjunostomie ou pancréato-gastrostomie après duodéno-pancréatectomie céphalique ? Discussion

  • Le risque de fistulisation d'une anastomose pancréato-jéjunale constitue le principal facteur de mortalité et de morbidité après duodéno-pancréatectomie céphalique. La pancréato-gastrostomie constitue une alternative technique qui bien que connue depuis plus de 50 ans, n'est pas très souvent utilisée. L'objectif de notre étude est d'évaluer les résultats de la pancréato-gastrostomie en comparant 15 malades opérés selon cette technique avec 52 pancréato-jéjunostomies réalisées après duodéno-pancréatectomie céphalique pour néoplasme.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Gastrostomies et jéjunostomies coelioscopiques.

  • Une technique de gastrostomie et de jéjunostomie sous cœlioscopie est décrite. Elle a été utilisée pour 23 malades. De mai 1991 à août 1992, il a été fait 13 gastrostomies cœlioscopiques (GC) et 10 jéjunostomies cœlioscopiques (JC). Les interventions ont été faites sous anesthésie générale. La mortalité opératoire a été nulle, nous avons noté une complication per-opératoire et 3 complications post-opératoires. A la fin de l'étude, 12 malades étaient décédés, 7 malades utilisaient toujours leur sonde et 4 malades se nourrissaient normalement. La durée moyenne d'utilisation des sondes a été de 4 mois pour les GC et de 43 jours pour les JC.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La gastrostomie percutanée endoscopique.

  • La nutrition entérale est indiquée chez les patients ne pouvant s'alimenter par voie orale mais qui possèdent un tube digestif fonctionnel. La sonde nasogastrique est le moyen d'administration de nutrition entérale le plus courant. Pour les patients nécessitant une nutrition par sonde de façon prolongée, la mise en place d'une sonde de gastrostomie par voie endoscopique doit être considérée. En effet, cette technique est simple et bien tolérée. La décision de poser une gastrostomie percutanée doit tenir compte de facteurs médicaux, nutritionnels, et dans certains cas, éthiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Gastrostomie Percutanée Radiologique.

  • La gastrostomie est utilisée principalement pour la nutrition entérale de longue durée. Les techniques percutanées sont désormais préférées à la chirurgie en dehors de certains cas spécifiques. La gastrostomie percutanée radiologique (GPR), actuellement moins développée que l'abord endoscopique (GPE), est une technique simple, fiable et qui 1 présente des avantages dans la prise en charge de patients souvent fragilisés. Nous décrivons les différents aspects de la GPR: indications, contre-indications, réalisation, suivi, principales complications et variantes techniques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Erreurs dans l'administration des médicaments par les dispositifs des gastrostomies : étude chez 109 enfants

  • La fréquence d'utilisation de la gastrostomie pour administrer des médicaments est inconnue et les modalités d'administration des médicaments sont mal définies.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov