Ganglioneurome [ Publications ]

ganglioneurome [ Publications ]

Publications > ganglioneurome

  • Prérequis : Le ganglioneurome est une tumeur neurogène bénigne, rare, qui se développe à partir des cellules ganglionnaires sympathiques et qui se localise essentiellement dans la région rétropéritonéale. But : Rapporter une nouvelle observation. Observation :Nous rapportons l'observation d'une patiente âgée de 36 ans qui s'est présentée pour des lombalgies droites, isolées. La tomodensitométrie abdominale a mis en évidence une masse rétropéritonéale droite, hétérogène, de 13 cm de diamètre. La patiente a eu une tumorectomie complète avec une néphrectomie droite. L'examen anatomopathologique a confirmé le diagnostic de ganglioneurome. Le recul est de 10 mois sans récidive tumorale. A travers ce cas clinique, nous discutons les aspects diagnostiques, thérapeutiques et pronostiques de cette affection.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une cytolyse hépatique révélant un ganglioneurome surrénalien.

  • Le ganglioneurome est une tumeur nerveuse bénigne rare, d'origine neuroectodermique et de localisation rétropéritonéale fréquente. Nous rapportons l'observation d'un patient de 55 ans dont la tumeur est révélée fortuitement sur une échographie abdominale demandée dans le cadre d'une cytolyse hépatique secondaire à une hépatite virale C. Le patient est opéré après la réalisation d'un scanner abdominal et d'un bilan hormonal. L'examen anatomopathologique de la pièce opératoire est en faveur d'un ganglioneurome. Devant une volumineuse masse rétropéritonéale avec état général conservé, on doit envisager le diagnostic de ganglioneurome car l'exérèse chirurgicale complète permet une guérison sans récidive. Préalablement, l'ensemble des autres diagnostics différentiels doit être éliminé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tumeur des gaines des nerfs périphériques à différenciation musculaire survenant sur un ganglioneurome: tumeur de Triton?

  • Une tumeur médiastinale postérieure est découverte fortuitement chez un jeune homme de 21 ans, à l'occasion d'un examen radiographique pulmonaire de routine. Ce patient ne présente pas d'antécédents personnels ou familiaux de neurofibromatose de Von Recklinghausen. Les données de la microscopie optique, de la microscopie électronique et de l'immunohistochimie amènent les auteurs à discuter l'hypothèse d'une tumeur de Triton de présentation inhabituelle car: - développée sur un ganglioneurome de novo pré-existant, - principalement constituée de cellules fusiformes multinucléées dont la différenciation rhabdomyoblastique n'apparaît qu'en immunohistochimie et en microscopie électronique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le ganglioneurome rétropéritonéal. A propos d'un cas.

  • Nous rapportons l'observation d'un patient âgé de 27 ans, chez qui une échographie abdominale a découvert fortuitement un processus tumoral bien limité, de 60 mm, situé en avant et en dedans du rein gauche, refoulant et comprimant la veine rénale gauche. Cette tumeur est confirmée à la tomodensitométrie. On décide de faire une laparotomie par une voie sous-costale gauche. La tumeur est molle et mobile. Une exérèse complète a été réalisée. L'étude anatomopathologique a conclu à un ganglioneurome sans signes histologiques de malignité. L'évolution est favorable avec un recul de six ans et demi. Le ganglioneurome rétropéritonéal est une tumeur bénigne de bon pronostic. Le traitement est chirurgical.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le ganglioneurome de l'os zygomatique.

  • Introduction. Le ganglioneurome est une tumeur bénigne rare, se développant à partir des cellules ganglionnaires du système nerveux sympathique. Elle constituerait moins de 1 % de tous les néoplasmes des tissus mous. Observation. Nous rapportons une localisation à l'os zygomatique chez un jeune homme de 22 ans, aux antécédents de traumatisme orhitaire dans l'enfance. La tumeur se manifestait par une simple tuméfaction asymptomatique. Le diagnostic a été posé sur l'analyse de la pièce opératoire après ostéotomie modelante. Discussion. Les sites préférentiels du ganglioneurome sont l'abdomen et le thorax, la localisation osseuse est exceptionnelle avec moins de dix cas rapportés dans la littérature, dont six cas mandibulaires. Nous discutons les causes possibles de cette localisation exceptionnelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le ganglioneurome rétropéritonéal. A propos d'un cas.

  • Le ganglioneurome est une tumeur rare chez l'adulte. Nous rapportons un cas d'une femme âgée de 26 ans admise dans notre service pour colique néphrétique droite. L'échographie et la tomodensitométrie montrent une mass rétropéritonéale hétérogène mesurant 8 x 7 cm de diamètre et refoulant en avant et en dehors la jonction pyélourétérale et le rein droit. Le diagnostic préopératoire retenu est une tumeur rétrupéritonéale. L'exploration chirurgicale retrouve une tumeur rétropéritonéale totalement réséquable. Le diagnostic histopathologique est un ganglioneurome.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ganglioneurome pelvien. A propos d'un cas.

  • Le ganglioneurome est une tumeur neurogène qui se développe à partir des cellules ganglionnaires sympathiques. Elle touche surtout les sujets de moins de 20 ans avec une prédominance féminine. La localisation pelvienne est très rare. L'imagerie est évocatrice mais non spécifique , la confirmation diagnostique ne peut être apportée que par l'histologie. Les auteurs rapportent l'observation d'un ganglioneurome pelvien découvert chez un enfant de 11 ans dans un contexte d'insuffisance rénale et d'hypertension artérielle (HTA).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le ganglioneurome pelvien. A propos d'une observation.

  • Le ganglioneurome est une tumeur bénigne rare constituant la forme la plus mature des tumeurs neurogènes. Nous rapportons l'observation d'un ganglioneurome pelvien révélé par une symptomatologie urinaire chez une femme enceinte de 24 ans. L'examen échographique avait évoqué une tumeur ovarienne. En peropératoire, il s'agissait d'une masse présacrée dont l'exérèse complète a été pratiquée. L'examen anatomopathologique avait conclu à un ganglioneurome. La patiente est vivante en rémission avec un recul de 16 mois.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Imagerie du ganglioneurome surrénalien: à propos d'un cas.

  • Les auteurs rapportent le cas d'une tumeur surrénalienne rare découverte à l'occasion du bilan d'extension d'un mélanome malin : le ganglioneurome surrénalien. Cette tumeur bénigne, non sécrétante, est développée à partir du système nerveux sympathique. Les auteurs décrivent la présentation échographique, TDM, IRM de cette tumeur dont le diagnostic est assuré par une biopsie percutanée sous TDM.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le cas clinique du mois. A propos d'un cas de ganglioneurome surrénalien: les incidentalomes.

  • Une échographie abdominale met en évidence, chez un patient de 66 ans, exploré pour ulcère gastrique récidivant, une masse surrénalienne droite, qui se révèle être un ganglioneurome. A l'occasion de ce cas, nous avons revu la littérature sur les incidentalomes, ces masses découvertes fortuitement dans la loge surrénalienne.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ganglioneurome périphérique. A propos d'un cas.

  • Nous rapportons l'observation d'un ganglioneurome périphérique révélé chez une femme de 76 ans par une quadriparésie asymétrique. Elles sont mieux différenciées que les ganglioneuroblastomes et les neuroblastomes dont elles sont proches tant du point de vue anatomopathologique que par leur origine neuronale commune.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ganglioneurome cutané primitif de la face

  • Le ganglioneurome est une tumeur bénigne du système nerveux sympathique habituellement située dans le médiastin postérieur, le rétropéritoine, les glandes surrénales ou le pelvis. Sa localisation cutanée primitive reste exceptionnelle avec dix cas décrits dans la littérature. Nous présentons l’observation d’un ganglioneurome cutané primitif de siège jugal survenant chez un homme de 42 ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ganglioneurome du médiastin. A propos d'une observation.

  • Les auteurs rapportent l'observation d'un volumineux ganglioneurome du médiastin. Il s'agit d'une tumeur neurogène du médiastin postérieur, rare, bénigne, dont l'évolution est dominée par le risque, certe faible, de compression médullaire. Son traitement est chirurgical.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov