Gammapathie monoclonale de signification indeterminee [ Publications ]

gammapathie monoclonale de signification indeterminee [ Publications ]

Publications > gammapathie monoclonale de signification indeterminee

  • Les gammapathies monoclonales de signification indéterminée (GMSI) sont fréquentes dans la population générale. Leur potentiel évolutif malin impose une surveillance clinique régulière et prolongée. Cependant, les GMSI forment un groupe très hétérogène et tous les patients n’ont pas le même risque de transformation maligne. Plusieurs critères biologiques simples, disponibles en routine, ont été identifiés comme facteurs prédictifs de la transformation. Les scores prédictifs de transformation maligne combinant plusieurs de ces facteurs permettront probablement la classification des patients en fonction de leur risque évolutif. La prise en charge pourra ainsi être adaptée au risque individuel de chaque patient.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome de Sweet récidivant compliqué de gammapathie monoclonale de signification indéterminée.

  • L’association entre syndrome de Sweet et gammapathies monoclonales de signification indéterminée (MGUS) est exceptionnelle. Nous rapportons l’observation d’une patiente âgée de 44 ans chez qui un syndrome de Sweet d’évolution récurrente, s’est compliqué par l’apparition d’une gammapathie monoclonale de signification indéterminé après 3 ans d’évolution.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Gammapathie monoclonale de signification indéterminée : suivi évolutif de 51 patients âgés de plus de 70 ans

  • L’incidence des gammapathies monoclonales de signification indéterminée (MGUS) augmente avec l’âge. Elle est estimée à 3 % chez les patients de plus de 70 ans. Nous avons étudié de façon rétrospective une population de patients de plus de 70 ans suivie pour une MGUS.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov