Fractures mandibulaires [ Publications ]

#1

fractures mandibulaires [ Publications ]

Publications > fractures mandibulaires

  • Introduction : Les fractures mandibulaires sont parmi les fractures les plus courantes en traumatologie faciale. Leur traitement associe une réduction par blocage inter-maxillaire et une ostéosynthèse par mini-plaques. L'alimentation entérale par sonde naso-gastrique était systématiquement utilisée en post-opératoire dans notre service, en raison du blocage inter-maxillaire, et pour mettre au repos la muqueuse buccale afin d'en assurer la bonne cicatrisation. À partir de 2002, les patients opérés pour fractures mandibulaires simples de la portion dentée, sans délabrement muqueux, ont été réalimentés par voie orale en post-opératoire immédiat, par une alimentation semi-liquide. Le but de ce travail a été de vérifier l'intérêt de cette alimentation entérale post-opératoire par sonde naso-gastrique. Matériel et méthode: Nous avons colligé tous les patients opérés pour une ou plusieurs fractures de la portion dentée de la mandibule de janvier 1999 à octobre 2003. Les critères d'exclusion étaient les fractures ouvertes, les délabrements importants de la muqueuse buccale et l'impossibilité d'une alimentation per os. Les patients opérés entre 1999 et 2002 ont été ré-alimentés par sonde naso-gastrique jusqu'à cicatrisation des voies d'abord endo-buccales. Les patients opérés entre 2002 et 2003 ont eu une alimentation mixée per os dès le premier jour post-opératoire. Nous avons rétrospectivement comparé ces deux méthodes à partir des paramètres suivants: les dates du traumatisme et de l'intervention, le type de fracture, le mode d'alimentation post-opératoire, la durée d'utilisation de la sonde naso-gastrique, la durée d'hospitalisation et les suites opératoires. D'autre part un questionnaire a été adressé par courrier électronique pour sonder la pratique des différents services hospitaliers français de Chirurgie Maxillo-faciale. Résultats: 111 patients ont été inclus dans l'étude, 25 femmes et 86 hommes. Le premier groupe de 81 patients alimentés par sondes nasogastriques comprenait 19 femmes et 62 hommes avec un âge moyen de 29,7 ans (de 15 à 81 ans). Les fractures étaient réparties en 9 symphysaires, 42 para-symphysaires, 48 angulaires et 18 bifocales. Le délai moyen entre le traumatisme et l'intervention a été de 2,3 jours (de 0 à 5 jours), l'alimentation par sonde naso-gastrique a été maintenue en moyenne 5,9 jours après l'intervention (de 4 à 12 jours), la durée moyenne d'hospitalisation a été de 7,2 jours (de 5 à 13 jours). 11 complications immédiates ont été relevées (13,6 %). Le second groupe de 30 patients alimentés oralement dès le lendemain de l'intervention comprenait 7 femmes et 23 hommes. Ils présentaient 4 fractures symphysaires, 18 para-symphysaires, 18 angulaires et 10 patients présentaient au moins 2 fractures. Le délai moyen entre le traumatisme et l'intervention a été de 2,2 jours (de 0 à 7 jours), la durée moyenne d'hospitalisation a été de 2,5 jours (de 2 à 3 jours). Une seule complication a été retrouvée (3,3 %). Discussion: La reprise d'une alimentation orale, dès le lendemain d'une intervention, pour fracture mandibulaire simple, n'augmente pas le taux de complications post-opératoires précoces (lâchage des sutures, retard de cicatrisation ou infection). Ce mode d'alimentation est beaucoup plus confortable pour le patient et il ne présente pas tous les inconvénients de l'alimentation par sonde naso-gastrique. La réduction de la durée d'hospitalisation est significative, ce qui est un réel intérêt en terme d'économie de santé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#2

Les fractures mandibulaires. Etude rétrospective de l'activité du service de Chirurgie Maxillo-faciale et Stomatologie du CHU de Poitiers de 1978 à 1997.

  • Les modalités thérapeutiques des fractures mandibulaires privilégient les méthodes orthopédiques ou chirurgicales suivant les écoles. Ce travail rétrospectif portant sur 632 observations de fractures de mandibule au CHU de Poitiers entre 1978 et 1997 évalue les méthodes et les résultats obtenus. Après une description globale de l'échantillon, certaines localisations fracturaires sont comparées en utilisant les tests X

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#3

Evolution des traitements et des résultats des fractures mandibulaires entre 1950 et 1978 au CHU de Lyon.

  • Entre 1950 et 1978, le traitement des fractures mandibulaires au CHU de Lyon a connu une double évolution: d'une part les fractures de la portion dentée ont vu leur traitement se faire de plus en plus de façon chirurgicale avec abord endo-buccal et ostéosynthèse par plaques miniaturisées vissées et d'autre part les fractures de la région condylienne ont bénéficié de la mécanothérapie selon la technique du Professeur Delaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes

#4

Pièges radiologiques des fractures mandibulaires.

  • A partir d'une grande série de fractures mandibulaires, les auteurs rapportent six cas de pièges radiologiques. Chaque observation est analysée et les facteurs favorisant les pièges radiologiques sont mis en exergue. En cas de discordance radioclinique, il convient de multiplier les incidences radiographiques de façon à obtenir une étude aussi complète que possible de la mandibule dans les trois plans de l'espace.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov
0 Likes