Flutter ventriculaire [ Publications ]

flutter ventriculaire [ Publications ]

Publications > flutter ventriculaire

  • La signification clinique d'une tachycardie ventriculaire (TV) monomorphe rapide (supérieure à 270 batt/min) encore appelée flutter ventriculaire reste débattue chez les patients sans tachycardie ventriculaire soutenue spontanée documentée. Le but de cette étude est d'évaluer le devenir de 115 patients, atteints de cardiopathie ischémique, âgés en moyenne de 58 ± 10 ans, sans arythmie ventriculaire spontanée, mais qui déclenchaient lors de la stimulation ventriculalre programmée un flutter ventriculaire. Les patients étalent stimulés pour évaluer le pronostic après Infarctus du myocarde ou pour bilan de malaise avec ou sans perte de connaissance. Le flutter ventriculaire soutenu était la seule arythmie induite chez tous les patients. La fraction d'éjection ventriculaire gauche (FEVG) moyenne était de 42 ± 14 %. Durant un suivi moyen de 66 ± 43 mois, 31 décès dont 27 d'origine cardiaque sont survenus. La survie de l'ensemble de la population à 1, 5 et 11 ans est respectivement de 94, 79 et 64 %. En analyse univariée, la localisation antérieure de l'infarctus du myocarde, une altération de la fraction d'éjection ventriculaire gauche, la présence d'une tachycardle ventriculaire non soutenue (TVNS) sur le Holter rythmique des 24 heures, un traitement par antiarythmique de classe III sont les facteurs prédictifs d'un plus haut risque (p ≤ 0.05). En analyse multivariée, les seuls facteurs prédictifs Indépendants de mortalité globale sont l'altération de la fraction d'éjection ventriculaire gauche (p = 0,006) la présence d'une tachycardie ventriculaire non soutenue sur le Holter (p = 0,003) et l'absence de traitement bêtabloquant (p = 0.015). Un traitement antiarythmique médical comportant un bêtabloquant ou l'implantation d'un défibrillateur automatique peut se discuter chez ces patients à plus haut risque.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov