Filtres caves [ Publications ]

filtres caves [ Publications ]

Publications > filtres caves

  • De janvier 1987 à décembre 1991, 68 patients consécutifs âgés de 71,5 ± 12,0 ans ont subi l'implantation d'un filtre cave, essentiellement LGM (n = 64), par voie percutanée , 57 patients avaient une embolie pulmonaire et 61 une thrombose veineuse profonde des membres inférieurs. La durée moyenne du suivi a été de 4,9 ± 3.3 ans (7.0 ± 2,7 ans pour les patients vivants). La surveillance a comporté une enquête téléphonique cherchant à déterminer la date et la cause du décès, l'existence de récidive de phlébite etlou d'embolie pulmonaire. Pour les patients vivants, un examen clinique (abdomen sans préparation [ASP]) face et profil couché et un écho-doppler veineux des membres inférieurs ont été réalisés afin de juger de la perméabilité du filtre. Cinquante-trois pour cent des patients sont décédés , 4 facteurs prédictifs de mortalité sont retrouvés : l'existence d'une contre-indication au traitement anticoagulant, la présence d'un coeur pulmonaire chronique postembolique, une indication d'implantation prophylactique chez le sujet âgé et la présence d'une néoplasie initiale. On dénombre 5.8 % de récidives d'embolie pulmonaire, 26.1 % de thromboses veineuses profondes des membres inférieiurs, et 25 % de thromboses du filtre. Seule la présence d'une thrombose veineuse proximale est un facteur prédictif de thrombose et s'associe à 50 % de thromboses du filtre , 70 % des ASP sont anormaux, avec 9 bascules, 9 migrations et 10 fermetures. Il existe une relation significative entre la fermeture à l'ASP et la thrombose cave, et entre les récidives de phlébites et la thrombose cave. La fréquence des complications à long terme après la pose d'un filtre cave observée dans notre étude doit inciter à ne réserver l'interruption cave qu'aux seules indications validées en présence d'une contre-indication formelle ou d'un échec avéré du traitement anticoagulant. Les autres indications doivent faire l'objet d'études prospectives randomisées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Place des filtres caves dans le traitement de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients cancéreux

  • Malgré une littérature abondante, il n’existe aujourd’hui qu’un seul essai randomisé ayant évalué les filtres caves dans le traitement de la maladie thromboembolique veineuse (MTEV). Cette étude ayant montré un effet bénéfique précoce (les trois premiers mois) sur le risque d’embolie pulmonaire (EP), mais un effet délétère tardif au-delà du sixième sur le risque de récidive de la thrombose veineuse profonde (TVP) et notamment de thrombose cave, les recommandations internationales sont contre une utilisation systématique des filtres caves en prévention secondaire de la MTEV, grade 1A. Il est seulement suggéré de mettre en place un filtre cave en cas de récidive sous traitement anticoagulant optimal ou en cas de contre-indication à un traitement anticoagulant grade 2C. Or ces deux situations sont fréquentes en cas de MTEV associée au cancer puisque le risque de récidive sous traitement optimal (héparine de bas poids moléculaire [HBPM]) est d’environ 5 à 10 % et le risque hémorragique majeur est également estimé entre 5 et 10 %. Il faut noter que les récidives de MTEV sont fréquemment précoces (le premier mois de traitement) et que les contre-indications résultant de complications hémorragiques sont le plus souvent temporaires. Dans ces conditions les filtres caves retirables, (retrait possible jusqu’au sixième mois après la pose pour certains d’entre eux) semblent utiles afin de couvrir la période à risque thromboembolique et de ne pas exposer les patients à un risque de thrombose cave. Cependant, la mise en place de ces filtres n’est pas dénué de risque (bascule, migration, infectieuse…) et en l’absence de validation rigoureuse, ils restent une option thérapeutique en cours d’évaluation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Valeur du cliché de l'abdomen sans préparation (ASP) pour apprécier la perméabilité des filtres caves LGM.

  • Objet: apprécier l'intérêt du cliché de l'abdomen sans préparation dans l'évaluation de la perméabilité du filtre LGM au cours de l'évolution. Méthode: 89 patients ont été suivis durant 2 à 6 ans dans une étude prospective ouverte après implantation d'un filtre cave LGM. La surveillance a comporté: un examen clinique, un cliché d'abdomen sans préparation (recherche d'une rétraction, d'une migration, d'une angulation, calcul de l'indice d'expansion: diamètre d'ouverture/hauteur du filtre), un écho-Doppler et/ou une cavographie. Résultats: 175 ASP, 172 écho-Doppler et 28 phlébocavographies ont été pratiqués. La sensibilité et la spécificité de la rétraction pour suspecter une obstruction du filtre sont respectivement de 82,3 % et 86,1 %. La sensibilité et la spécificité d'un indice d'expansion inférieur ou égal à 0,34 sont respectivement de 100 % et 92,1 %. Les valeurs prédictives négatives de la rétraction et de l'association rétraction-migration sont de 85,1 % et 96 %. Conclusion: la perméabilité du filtre LGM est hautement probable, au cours de l'évolution, en l'absence de rétraction ou de migration sur le cliché de l'abdomen sans préparation ce qui limite le recours à des examens complémentaires.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Simulation expérimentale des perturbations de l'écoulement sanguin engendrées par la pose de filtres caves et par les thrombi.

  • La pose de filtres caves pour la prévention du thromboembolisme est courante depuis vingt ans avec le modèle classique de Greenfield. Les géométries très variées des nombreux modèles proposés depuis lors ont entraîné des études sur leur efficacité de capture des caillots détachés et leur stabilité de fixation, mais pratiquement pas sur l'influence de leur forme sur les perturbations à l'écoulement sanguin et sur le devenir de cet écoulement selon la forme et la position des thrombi capturés. Nous avons donc réalisé un montage de simulation expérimentale du flux sanguin dans la veine cave autour de plusieurs filtres et modèles de caillots. Un écoulement permanent de référence d'un liquide de viscosité physiologique a été envoyé dans des filtres Opcetra et LGM.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Imagerie des complications mécaniques des filtres caves inférieurs.

  • La filtration cave est destinée à prévenir les récidives d'embolie pulmonaire en cas de contre-indication ou d'inefficacité du traitement anticoagulant. De nombreuses complications secondaires à la filtration cave ont été décrites, même si certaines de ces complications purement mécaniques n'ont peut-être pas de conséquence clinique grave. L'objectif de cette revue iconographique est de présenter l'imagerie des différentes complications observées après la mise en place d'un filtre cave inférieur.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Filtres caves temporaires. Notre expérience. Analyse préliminaire de 24 cas.

  • Nous avons utilisé sur 24 patients, qui présentaient une thrombose veineuse profonde (TVP) des membres inférieurs, des filtres caves temporaires (16 Filcard et 8 Lysofilter) pour la prévention de l'embolie pulmonaire (EP) et des ses récidives. Le diagnostic de la maladie thromboembolique a toujours été effectué par échodoppler couleur et confirmé par cavographie rétrograde pendant l'insertion des filtres. 19 patients présentaient des caillots d'aspect flottant au niveau cave inférieur ou iliaque ou fémoral commun, 5 patients présentaient surtout des caillots d'aspect adhérent.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov