Fievre q [ Niveau Expert ]

fievre q [ Niveau Expert ]

Expert > fievre q

  • INTRODUCTION : La fièvre Q (FQ), ou infection à Coxiellaburnetii, est décrite pour la première fois en Guyane en 1955. Les pneumopathies aiguës communautaires (PAC) représentent environ 90 % des FQ symptomatiques en Guyane française. Les médecins généralistes (MG) étant en première ligne dans la prise en charge de ces deux pathologies, l\ objectif de cette thèse était d\ évaluer les connaissances et perceptions des MG de Guyane sur ces deux sujets liés. MÉTHODE : Un auto-questionnaire a été distribué aux MG de Guyane entre février et juillet 2017. Ont été exclus de l\ étude les MG exerçant en milieu hospitalier. RÉSULTATS : Parmi les 113 MG identifiés sur la période d\ étude, 54 (47,8%) ont répondu au questionnaire. La moyenne d\ âge était de 47.9 ans (± 11.6) et le sex ratio (H/F) de 1.25. En ce qui concerne les PAC, ils voyaient

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Pneumopathie aiguë communautaire de l adulte immunocompétent et fièvre Q : connaissances et perceptions des médecins généralistes de Guyane française

  • INTRODUCTION : La fièvre Q (FQ), ou infection à Coxiellaburnetii, est décrite pour la première fois en Guyane en 1955. Les pneumopathies aiguës communautaires (PAC) représentent environ 90 % des FQ symptomatiques en Guyane française. Les médecins généralistes (MG) étant en première ligne dans la prise en charge de ces deux pathologies, l objectif de cette thèse était d évaluer les connaissances et perceptions des MG de Guyane sur ces deux sujets liés. MÉTHODE : Un auto-questionnaire a été distribué aux MG de Guyane entre février et juillet 2017. Ont été exclus de l étude les MG exerçant en milieu hospitalier. RÉSULTATS : Parmi les 113 MG identifiés sur la période d étude, 54 (47,8%) ont répondu au questionnaire. La moyenne d âge était de 47.9 ans (± 11.6) et le sex ratio (H/F) de 1.25. En ce qui concerne les PAC, ils voyaient

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr

Fièvre Q : une zoonose souvent méconnue

  • La fièvre Q est une zoonose causée par une bactérie Gram négative intracellulaire stricte, Coxiella burnetii. Les animaux représentent le réservoir principal et la transmission aux hommes se fait généralement par inhalation d'aérosols contaminés. La fièvre Q aiguë est le plus souvent bénigne. Symptomatique, elle peut se manifester sous la forme de trois tableau cliniques majeurs : un syndrome pseudo-grippal, une hépatite granulomateuse ou une pneumonie atypique. Les sujets présentant des facteurs de risque tels que des patients porteurs de valvulopathies, de prothèses vasculaires, les femmes enceintes ainsi que les personnes immunosupprimées, représentent une population à risque d'infection chronique, dont la forme la plus fréquente est l'endocardite.

  • Source : revmed.ch

La fièvre Q : une cause d'état fébrile sans foyer en Suisse

  • ous décrivons deux cas de fièvre Q qui se sont présentés avec une fièvre prolongée sans foyer clinique chez des femmes en bonne santé habituelle. Le diagnostic n'a été établi qu'à l'issue de plusieurs jours d'investigation. La présentation clinique de la fièvre Q, infection intracellulaire par Coxiella burnetii, est variable et peu spécifique, tant en phase aiguë que chronique. Ainsi, la fièvre Q entre dans le diagnostic différentiel d'une fièvre d'origine indéterminée et doit être recherchée par sérologie. Cet article fait un rappel de la clinique de la fièvre Q et de l'utilisation des sérologies pour le diagnostic et le suivi.

  • Source : revmed.ch

Coxiella burnetii, agent de la fièvre Q

  • nnLa fièvre Q est une zoonose de répartition mondiale excepté la Nouvelle-Zélande. Elle est due à une bactérie intracellulaire : Coxiella burnetii. Cette infection passe souvent inaperçue car la manifestation principale de la forme aiguë de la maladie est un syndrome pseudogrippal spontanément résolutif. C est l épidémie qui a eu lieu aux Pays-Bas qui a attiré l attention sur cette maladie qui était moins étudiée auparavant. Cette synthèse résume la description de la bactérie (taxonomie, cycle intracellulaire et génomique) mais également la maladie (description, diagnostic, pathogénie et épidémiologie). Enfin, la vaccination de l humain et des animaux est également analysée.n

  • Source : nrcresearchpress.com

Étude sur les maladies transmises par les tiques, Franche-Comté, 2010-2012 - Borréliose de Lyme, encéphalite à tique, anaplasmose granulocytaire, TIBOLA, LAR, tularémie, fièvre Q

  • Cette première étude en Franche-Comté a pour objectif principal d estimer l incidence de sept maladies transmises par les tiques (borréliose de Lyme, encéphalite à tique, anaplasmose granulocytaire, TIBOLA, LAR, tularémie, fièvre Q)

  • Source : invs.santepubliquefrance.fr

Fièvre Q. Recommandations de prise en charge

  • Le Haut Conseil de la santé publique a réalisé un bilan des connaissances disponibles concernant les risques de transmission à partir des élevages excréteurs, de complications pour les femmes enceintes et leurs foetus, de formes chroniques et les personnes susceptibles d'en développer. Il émet des recommandations sur la prise en charge diagnostique et thérapeutique des personnes infectées et une conduite à tenir vis-à-vis des personnes exposées.

  • Source : hcsp.fr

Fièvre Q et milieu professionnel : où en est-on ?

  • La fièvre Q, bien que pouvant être grave pour certaines catégories de populations et concerner de nombreux salariés au contact des animaux (surtout bovins, caprins, ovins) et de leur environnement, reste une maladie méconnue peu souvent évoquée par les médecins. Les éleveurs, vétérinaires, inséminateurs, personnels d'abattoir et d'équarrissage sont principalement exposés.

  • Source : rst-sante-travail.fr

Epidémie de fièvre Q dans la vallée de Chamonix (Haute-Savoie) - Juin-septembre 2002

  • investigation de l'épidémie humaine (matériel et méthodes, résultats, discussion), investigations vétérinaires (matériel et méthode, résultats, mesures prises) conclusion, recommandations, références, annexes , 68 pages

  • Source : invs.santepubliquefrance.fr

La fièvre Q - Module 02 : Les infections materno-foetales bactériennes

  • Projet mère-enfant , fièvre Q : épidémiologie, épidémie dans les Alpes, formes cliniques aiguës et chroniques, fièvre Q et femme enceinte, diagnostic sérologique, autres techniques de diagnostic, traitement, prophylaxie

  • Source : umvf.cerimes.fr

Investigation sur des cas groupés de fièvre Q. Montoison (Drôme)

  • introduction, matériel et méthodes, résultats (études descriptive des cas, étude cas-témoin, enquêtes des services vétérinaires), mesures prises, discussion et conclusion, propositions de recommandations, références, annexes, 44 pages

  • Source : invs.santepubliquefrance.fr

Fièvre Q

  • extrait du document concernant les zoonoses, maladies animales transmises à l'homme , présentation générale de la maladie, agent, épidémiologie, manifestations chez l'animal, mode de transmission, manifestations chez l'homme, diagnostic et traitement, prévention chez l'animal et chez l'homme

  • Source : cnrs.fr

Fièvre Q - Réponses du Service de renseignements du CCHST

  • la fièvre Q et sa cause, transmission, symptômes, tests de détection, traitement recommandé, problème pour les travailleurs, métiers à risque, prévention en milieu de travail

  • Source : cchst.ca

Fièvre Q

  • dossier grand public (agent responsable, réservoir, répartition géographique, mode de contamination, signes cliniques, diagnostic, traitement, prévention), dossier professionnels de santé : conduite à tenir devant une fièvre Q

  • Source : social-sante.gouv.fr

Fièvre Q

  • Quel agent responsable ? Quelle maladie chez l'homme ? Quelle maladie chez l'animal ? Quelles mesures collectives de prévention ? Quelle conduite à tenir pour éviter d'être contaminé ? ...

  • Source : agriculture.gouv.fr

Fièvre Q

  • La fièvre Q (signifiant « Query fever ») est une zoonose due à Coxiella burnetii, une petite bactérie à Gram négatif, intracellulaire strict.

  • Source : orpha.net

Fièvre Q

  • Agent pathogène, données épidémiologiques, pathologie, que faire en cas d'exposition ? Démarche médico-légale, éléments de référence

  • Source : inrs.fr