Fibroadenome [ Publications ]

fibroadenome [ Publications ]

Publications > fibroadenome

  • Le syringofibroadénome eccrine est une tumeur bénigne rare, une trentaine de cas en ont été décrits. Sa présentation clinique est polymorphe et aspécifique. Son diagnostic est porté par l'examen histologique de la lésion. Il se caractérise par une prolifération épithéliale en fins cordons cellulaires appendus à l'épiderme et comportant une différenciation cuticulaire. Le porome eccrine et la tumeur fibro-épithéliale de Pinkus en constituent les diagnostics différentiels principaux. Les auteurs rapportent deux nouveaux cas de syringofibroadénomes eccrines, découverts chez deux femmes de 35 et 69 ans, initialement considérés comme un histiocytofibrome et un molluscum pendulum à l'examen clinique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le fibroadénome géant juvénile chez l'adolescente. A propos d'un cas.

  • En terme de fréquence, le fibroadénome prend la première place dans la pathologie bénigne du sein chez l'adolescente. Le fibroadénome géant juvénile est une forme particulière mais rare, qu'il convient de reconnaître afin d'établir le diagnostic différentiel avec l'hyperplasie virginale dans sa forme naissante asymétrique et avec les tumeurs phyllodes dont le pronostic est différent. Nous exposerons les éléments cliniques et anatomo-pathologiques nécessaires au diagnostic ainsi qu'un résultat de reconstruction mammaire après exérèse par voie radiée latérale chez une adolescente de 14 ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Fibroadénomes vulvaires multiples, kystiques et papillaires.

  • Nous rapportons un nouveau cas de 5 fibroadénomes vulvaires survenant chez une patiente âgée de 47 ans. Il s'agit de lésions kystiques et papillaires présentant des similitudes avec l'hidradénome papillifère vulvaire et les fibroadénomes des glandes mammaires. Après en avoir décrit les caractéristiques cliniques et anatomopathologiques, nous essaierons d'en préciser l'origine et plus particulièrement ses rapports avec les glandes sudoripares ano-génitales et les glandes mammaires ectopiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov