Fibrillation auriculaire [ Niveau Expert ]

#1

fibrillation auriculaire [ Niveau Expert ]

Expert > fibrillation auriculaire

  • \Les anticoagulants sont des médicaments qui sont prescrits, entre autres, aux personnes atteintes d\ un trouble du rythme cardiaque appelé fibrillation auriculaire, pour diminuer leur risque d\ accident vasculaire cérébral (AVC). Depuis quelques années, de « nouveaux anticoagulants oraux » ou NOAC sont arrivés sur le marché. Leur usage est plus pratique que celui des « anciens » puisqu\ ils ne nécessitent plus de prises de sang de contrôle tous les mois. Mais leur prix est aussi nettement plus élevé : ils représentent pour notre assurance maladie un coût annuel supplémentaire qui avoisine les 100 millions d\ euros. Le Centre fédéral d\ Expertise des Soins de santé (KCE) a mené une analyse critique des données existantes sur ces médicaments et a découvert que leurs avantages ne sont pas aussi évidents qu\ il y paraît. En effet, si leur efficacité est supérieure à celle des anciens médicaments\u2026 ce n\ est que de quelques dixièmes de pourcents, et à condition qu\ ils soient bien utilisés. Trois problèmes se posent en effet : (1) Parmi les patients sous anticoagulants, certains n\ en retirent aucun bénéfice parce que le risque d\ AVC que l\ on cherche à éviter est à peu près équivalent, chez eux, au risque d\ hémorragie dû au traitement. (2) De nombreux patients reçoivent des doses de NOAC réduites, dont nous ne savons pas si elles sont efficaces. (3) Comme les NOAC ne nécessitent plus de prises de sang de contrôle tous les mois, les médecins ne sont plus en mesure de vérifier si leurs patients ont une anticoagulation suffisante. Le KCE appelle donc à la vigilance : il se peut que bon nombre de patients sous NOAC ne soient en réalité pas correctement protégés...\

  • Source : kce.fgov.be
0 Likes

#2

PLAVIX (clopidogrel), antiagrégant plaquettaire - Intérêt clinique insuffisant en association à l aspirine, dans la prévention des événements athérothrombotiques et thromboemboliques dans la fibrillation auriculaire

  • PLAVIX 75 mg, comprimé pelliculé a une nouvelle AMM en association à l aspirine, dans la prévention des événements athérothrombotiques et thromboemboliques secondaires à une fibrillation auriculaire (FA) associée à au moins un facteur de risque d événements vasculaires, chez des patients qui ne peuvent être traités par un antivitamine K (AVK) et qui présentent un faible risque de saignements. n L association clopidogrel/aspirine a été moins efficace qu un traitement par AVK dans la prévention des événements cardiovasculaires majeurs.n L intérêt d une double anti-agrégation plaquettaire par clopidogrel + aspirine par rapport à l aspirine seule n a pas été démontré.n L ajout du clopidogrel a réduit le risque d AVC ischémiques, sans démontrer de bénéfice sur la réduction des infarctus du myocarde ou des embolies systémiques, ni sur la mortalité totale ou d origine cardiovasculaire. Les hémorragies majeures ont été plus fréquentes dans le groupe clopidogrel + aspirine (en particulier les hémorragies intracrâniennes), de même que les hémorragies mineures...

  • Source : has-sante.fr
0 Likes

#3

L'Afssaps rappelle les conditions d'utilisation et les précautions d'emploi des nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire - Communiqué

  • Suite à des signalements d'accidents hémorragiques graves, l'Afssaps souhaite rappeler les précautions d'emploi s'attachant à ces deux spécialités dans cette nouvelle indication. Bien que ces médicaments constituent une alternative aux anti-vitamine K (AVK) dans la prévention des accidents thromboemboliques en cas de fibrillation auriculaire, ils présentent néanmoins, un profil de tolérance similaire, principalement en ce qui concerne le risque hémorragique. Par ailleurs, l'Afssaps rappelle que, si ces médicaments ne nécessitent pas de surveillance biologique systématique, il n'existe pas actuellement de test de coagulation spécifique pour apprécier le niveau d'anticoagulation de ces traitements. La fibrillation auriculaire est une affection cardiaque fréquente (1 à 2 % de la population française). Le traitement de ses complications thromboemboliques repose toujours sur les AVK et, en pratique, il n'y a pas d'argument pour changer le traitement des patients stabilisés sous un tel traitement...

  • Source : ansm.sante.fr
0 Likes

#4

Mise en garde de l'Afssaps sur l'utilisation de la dronedarone (Multaq®) chez les patients atteints de fibrillation auriculaire - Lettre aux professionels de santé - Information importante - Multaq® (dronédarone) : Arrêt d'un essai clinique dans la fibrillation auriculaire permanente

  • L'Afssaps, en charge de l'autorisation et du suivi des essais cliniques, a été informée de la survenue d'événements cardiovasculaires sévères justifiant l'arrêt d'un essai (de phase IIIb PALLAS) par le promoteur (Sanofi). Cet essai, où Multaq® était comparé à un placebo dans le traitement de la fibrillation auriculaire (FA) permanente, est donc immédiatement interrompu. Dans l'attente de l'analyse des données de l'étude PALLAS, et de la prochaine réévaluation du rapport bénéfice / risque de la dronedarone (Multaq®)actuellement en cours à l'Agence européenne du médicament, l'Afssaps souhaite dès à présent adresser une mise en garde à tous les professionnels de santé sur son utilisation chez les patients atteints de fibrillation auriculaire...

  • Source : ansm.sante.fr
0 Likes

#5

Multaq (dronédarone) - Renseignements sur une hausse des événements affectant le coeur chez les patients avec une fibrillation auriculaire permanente - Pour les professionnels de la santé - Multaq (dronedarone) - Information on Increase in Heart-Related Events in Patients with Permanent Atrial Fibrillation

  • Ces renseignements sont fondés sur les résultats préliminaires des données de l'étude PALLAS qui a été interrompue récemment. L'étude, qui avait pour but de comparer Multaq (dronédarone) à un placebo chez des patients présentant une fibrillation auriculaire permanente et d'autres facteurs de risque, a été arrêtée en raison du trop grand nombre d'événements cardiovasculaires graves notés dans le groupe dronédarone. Dans le cadre de cette étude, la fibrillation auriculaire permanente a été définie par la présence d'une fibrillation ou d'un flutter auriculaire (FA/FLA) pendant au moins 6 mois avant la répartition aléatoire d'un patient pour qui le médecin et le patient lui-même ont décidé de ne pas entreprendre de mesures supplémentaires visant à régulariser le rythme sinusal...

  • Source : healthycanadians.gc.ca
0 Likes

#6

Fibrillation auriculaire et syndrome d apnées du sommeil: une association fortuite ?

  • La fibrillation auriculaire (FA) est une arythmie fréquente et associée à une morbi-mortalité importante. On la retrouve chez 3 à 5% des patients souffrant d un syndrome d apnées obstructives du sommeil (SAOS). Un lien physiopathologique est établi entre les apnées répétées et les modifications cardiaques structurelles, inflammatoires ou les déséquilibres du système nerveux autonome. Un nombre grandissant d études démontre une association entre ces deux pathologies, et ce indépendamment des facteurs de risque cardiovasculaires habituels ou d autres éléments confondants. La sévérité du SAOS semble aussi influencer l apparition de la FA, et elle rend sa prise en charge plus compliquée. En effet, le taux de succès de thermo-ablation d une FA semble inférieur chez les patients souffrant d un SAOS. En attendant des études plus robustes permettant de définir le rôle du SAOS dans la FA, la littérature actuelle établit déjà un lien convaincant entre ces deux pathologies.

  • Source : revmed.ch
0 Likes

#7

Les inhibiteurs directs de la thrombine par rapport aux antagonistes de la vitamine K chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire pour prévenir l'accident vasculaire cérébral (AVC)

  • Objectifs : nnÉvaluer (1) l'efficacité des traitements anticoagulants de longue durée utilisant des IDT par rapport à ceux utilisant des AVK, ceci au niveau des décès d'origine vasculaire et des évènements ischémiques chez les patients souffrant de FA non valvulaire, et (2) l'innocuité des traitements chroniques par anticoagulants utilisant des IDT par rapport à ceux utilisant des AVK, ceci au niveau (a) des événements hémorragiques majeurs mortels et non mortels, y compris les AVC hémorragiques, (b) des effets indésirables autres que les saignements et les événements ischémiques conduisant à un arrêt du traitement et (c) de la mortalité toutes causes confondues chez les patients souffrant de FA non valvulaire.n

  • Source : cochrane.org
0 Likes

#8

Erreur lors de la prise en charge des patients atteints de fibrillation auriculaire et traités avec des médicaments anticoagulants oraux - Les événements qui ne devraient jamais arriver - Never Events

  • Les AVK sont un élément essentiel de la prise en charge de pathologies thrombotiques courantes (fibrillation auriculaire, valvulopathies, thrombophlébitesu2026). Les AVK commercialisés en France sont :nn l acénocoumarol (Sintrom®, Minisintrom®),n la warfarine (Coumadine®),n la fluindione (Préviscan®).nnDes études épidémiologiques ont montré cependant que ces médicaments arrivent en France au premier rang des accidents iatrogènes entraînant une hospitalisation.nnPour limiter ce risque, des recommandations, conseils pratiques d'aide à la prise en charge des patients sous AVK et des outils permettant de les accompagner (carnet patient AVK, didacticielu2026) ont été publiés...

  • Source : ansm.sante.fr
0 Likes

#9

Anticoagulants oraux directs versus warfarine pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux et les événements emboliques systémiques chez les patients atteints de maladie rénale chronique et présentant une fibrillation auriculaire

  • Les patients atteints de maladie rénale chronique (MRC) sont à risque accru de fibrillation auriculaire (FA), ce qui peut conduire à un accident vasculaire cérébral (AVC) ou une embolie systémique. Le traitement conventionnel préventif de la FA est une dose ajustée de warfarine, mais cette dernière pouvant augmenter le risque de saignement, elle nécessite une surveillance thérapeutique étroite. Récemment, les anticoagulants oraux directs (AOD) ont été développés comme une alternative à la warfarine. Nous avons examiné les preuves des AOD par rapport à la warfarine pour la prévention des AVC et des événements emboliques systémiques chez les patients atteints de MRC et présentant une FA...

  • Source : cochrane.org
0 Likes

#10

Fibrillation auriculaire non valvulaire - Quelle place pour les anticoagulants oraux non antivitamine K : apixaban (Eliquis®), dabigatran (Pradaxa®) et rivaroxaban (Xarelto®) - Fiche BUM

  • Les AVK sont la référence dans la prévention des accidents thrombo-emboliques en cas de fibrillation auriculaire. Il n'existe à l'heure actuelle aucun argument scientifique pour remplacer un traitement par antivitamine K efficace et bien toléré par un autre anticoagulant oral. Dans la plupart des cas, les AVK restent les anticoagulants oraux de référence. Les anticoagulants oraux non AVK représentent une alternative. Ils sont, eux aussi, susceptibles d'induire des hémorragies graves. Le choix sera fait au cas par cas, en fonction des facteurs suivants : âge, poids, fonction rénale, qualité prévisible de l'observance, souhait du patient après information adaptée, etc...

  • Source : has-sante.fr
0 Likes

#11

Risques hémorragique et thromboembolique associés à la double anticoagulation par AVK et héparinothérapie (HBPM) lors de l'initiation de l AVK dans la fibrillation auriculaire sans complication : les résultats d une étude de l ANSM - Point d'Information

  • Une étude de pharmaco-épidémiologie réalisée par l ANSM a évalué les risques associés à la double anticoagulation antivitamine K (AVK) - héparinothérapie par HBPM, lors de l initiation d un traitement par AVK en milieu ambulatoire. Ces résultats font l objet d une publication dans le numéro de novembre du « Journal of the American Heart Association »...

  • Source : ansm.sante.fr
0 Likes

#12

Fermeture percutanée de l'auricule gauche : un nouvel espoir pour le patient en fibrillation auriculaire ?

  • La fibrillation auriculaire (FA) est l'arythmie cardiaque la plus fréquente et comporte un risque cardio-embolique important augmentant significativement avec l'âge. A l'heure actuelle, la seule approche potentiellement curative est l'isolation des veines pulmonaires. Seuls les anticoagulants oraux tels que les antivitamines K, ou plus récemment les inhibiteurs des facteurs IIa et Xa, se sont révélés capables de diminuer le risque d'événements thromboemboliques (TE) au prix d'un risque hémorragique non négligeable. Les thrombi à l'origine des accidents TE dans la FA non valvulaire se forment préférentiellement dans l'auricule gauche dans plus de 90% des cas. Une occlusion de cet appendice par un système de fermeture percutanée permet ainsi de réduire les événements TE tout en évitant les risques d'une anticoagulation au long terme.

  • Source : revmed.ch
0 Likes

#13

Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu'il faut savoir - Point d'Information

  • Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine, et le rivaroxaban (XARELTO), inhibiteur direct du facteur Xa, sont indiqués dans la prévention des événements thromboemboliques veineux post-intervention chirurgicale programmée pour prothèse totale de hanche ou de genou. Ils viennent d'obtenir une extension d'indication pour la prévention de l'accident vasculaire cérébral et de l'embolie systémique dans la fibrillation auriculaire non valvulaire. Suite à des signalements d'accidents hémorragiques graves, l'Afssaps souhaite rappeler les précautions d'emploi s'attachant à ces spécialités...

  • Source : ansm.sante.fr
0 Likes

#14

XARELTO (rivaroxaban), anticoagulant oral - Pas d'avantage clinique démontré par rapport aux AVK en prévention des AVC et des embolies systémiques associés à la fibrillation auriculaire

  • XARELTO (15 et 20 mg) a l'AMM en prévention des AVC et des embolies systémiques chez les patients ayant une fibrillation atriale non valvulaire et au moins un autre facteur de risque d'AVC. Il est non-inférieur à la warfarine et son risque hémorragique semble similaire. L'absence de surveillance de l'hémostase des patients traités par rivaroxaban ne doit pas conduire à privilégier sa prescription par rapport à celle d'un AVK, en particulier chez les patients les plus âgés (au delà de 75 ans) et/ou en cas de risque hémorragique élevé. Il n'existe pas d'antidote au rivaroxaban...

  • Source : has-sante.fr
0 Likes

#15

Traitement par antiagrégants plaquettaires pour prévenir l'accident vasculaire cérébral (AVC) chez les patients atteints de fibrillation auriculaire non valvulaire et sans antécédents d'AVC ou d'accident ischémique transitoire (AIT)

  • La fibrillation auriculaire (FA) non valvulaire est associée à un risque plus important d'AVC. Il a été démontré que le traitement par antiagrégants plaquettaires (TAP) prévient efficacement l'AVC chez la plupart des patients présentant un risque d'événements vasculaires, mais sa valeur pour la prévention de l'AVC primaire chez des patients souffrant de FA non valvulaire mérite d'être étudiée indépendamment en raison du mécanisme cardio-embolique suspecté de la plupart des AVC chez les patients souffrant de FA.

  • Source : cochrane.org
0 Likes

#16

Étude observationnelle, du rapport bénéfice-risque des anticoagulants oraux directs dans la fibrillation auriculaire non valvulaire (AOD), en comparaison aux anti-vitamines K (AVK), au sein d'une population arcachonnaise

  • Objectif : l objectif principal de cette étude était d évaluer l efficacité des anticoagulants oraux directs (AOD), le dabigatran et le rivaroxaban, dans la prévention des accidents thrombo u2013 emboliques dans le cadre de la fibrillation auriculaire non valvulaire, comparativement aux anti u2013 vitamines K (AVK), traitement de référence. L objectif secondaire était d évaluer la tolérance des AOD en évaluant le risque hémorragique, principale complication, toujours comparativement aux AVK

  • Source : dumas.ccsd.cnrs.fr
0 Likes

#17

Sport d'endurance, nouveau facteur de risque pour la fibrillation auriculaire ?

  • On parle de fibrillation auriculaire idiopathique ou lone AF lorsque l'arythmie apparaît chez des sujets de moins de 60 ans sans pathologies cardiopulmonaires. Alors qu'aucune étiologie n'était identifiée dans le passé, de récents travaux suggèrent une possible association entre une pratique sportive d'endurance et l'apparition de cette arythmie. Un remodelage à l'étage atrial et une dysautonomie liée à une pratique sportive d'endurance intensive restent les principales hypothèses physiopathologiques. La prise en charge thérapeutique optimale doit encore être déterminée et l'ablation par radiofréquence avec isolation des veines pulmonaires pourrait devenir le traitement de choix chez ce type de patient.

  • Source : revmed.ch
0 Likes

#18

Dronédarone pour les patients à haut risque souffrant de fibrillation auriculaire permanente: étude PALLAS - Évaluation critique de la documentation scientifique

  • L'étude PALLAS, faisant l'objet de la présente critique, avait pour objectif de vérifier si la dronédarone était bénéfique pour une population exposée à un risque élevé d'événements cardiovasculaires et souffrant de fibrillation auriculaire permanente. Ces avantages potentiels auraient porté sur une réduction des événements vasculaires majeurs (accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde, embolie systémique, décès de cause cardiovasculaire), des hospitalisations non planifiées pour cause cardiovasculaire ou des décès...

  • Source : pharmactuel.com
0 Likes

#19

Outil d'usage optimal sur l'anticoagulothérapie par le dabigatran (PradaxMC) dans le traitement de la fibrillation auriculaire

  • L'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) a élaboré un guide d'usage optimal sur l'anticoagulothérapie par le dabigatran (PradaxMC) dans le traitement de la fibrillation auriculaire (FA). Le dabigatran est un nouvel anticoagulant oral utilisé en FA. Le 20 avril 2011, l'INESSS a recommandé son inscription aux doses de 110 mg et de 150 mg comme médicament d'exception pour les personnes qui présentent de la FA non valvulaire nécessitant une anticoagulothérapie, selon certaines conditions.

  • Source : inesss.qc.ca
0 Likes

#20

Suivi à très long terme après ablation par radiofréquence de la fibrillation auriculaire : expérience à Genève

  • L ablation par cathéter est devenue une modalité de traitement de premier choix dans le traitement de la fibrillation auriculaire (FA), en raison des effets secondaires associés aux médicaments antiarythmiques et à leur efficacité limitée. Cependant, il n existe actuellement aucune recommandation concernant la prophylaxie des événements thromboemboliques (TE) à plus de deux ans de suivi. Le but de notre étude était d évaluer le risque TE, ainsi que le résultat de l ablation de la FA après >

  • Source : revmed.ch
0 Likes