Faux anevrisme [ Publications ]

faux anevrisme [ Publications ]

Publications > faux anevrisme

  • Le faux anévrisme du ventricule gauche est une complication tardive peu fréquente de l’infarctus du myocarde. Des formes dites non coronaires ont été décrites chez le sujet jeune. Dans ce cadre, nous rapportons trois observations. Monsieur M.B., 20 ans, a consulté pour des précordialgies associées à des palpitations. L’examen cardiovasculaire retrouvait une voussure précordiale battante expansive et un souffle systolo-diastolique mésocardiaque. On notait un rythme sinusal avec des extrasystoles ventriculaires à l’ECG. La radiographie thoracique de face montrait une cardiomégalie et une déformation anévrismale de l’arc inférieur gauche. L’échocardiographie-Doppler montrait un volumineux faux anévrisme apical ventriculaire gauche. Mme O.B., 23 ans, a été admise pour une insuffisance cardiaque globale chez qui l’examen retrouvait un souffle systolique apexien. L’ECG inscrivait une tachycardie sinusale régulière, une hypertrophie auriculaire gauche et ventriculaire gauche. La radiographie thoracique de face montrait une cardiomégalie et une déformation anévrismale des arcs moyen et inférieur gauches. L’échocardiographie-Doppler révélait un volumineux faux anévrisme apical du ventricule gauche. Monsieur I.S., âgé de 24 ans, admis pour la prise en charge d’une insuffisance cardiaque globale. Le patient avait un syndrome inflammatoire non spécifique à la biologie, une tachycardie sinusale et des extrasystoles à l’ECG. La radiographie du thorax de face montrait une solution de continuité au niveau de l’arc postérieur de la sixième cote, une cardiomégalie et une dilatation anévrismale de l’arc inférieur gauche. À l’échocardiographie-Doppler, on notait un volumineux faux anévrisme du ventricule gauche de siège apical.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme post-traumatique de l’artère temporale superficielle : à propos d’un cas

  • Nous rapportons une observation de faux anévrisme post-traumatique de l’artère temporale superficielle (ATS) chez un homme de 87 ans, traité chirurgicalement après échec d’un traitement par compression écho-guidée. Cette observation est l’occasion d’un rappel des conditions de survenue, des éléments diagnostiques et des moyens thérapeutiques de ces lésions. Les faux anévrismes post-traumatiques de l’ATS sont rares, secondaires dans trois quarts des cas à un traumatisme crânien fermé survenant chez un homme (80 %), âgé de 20 à 40 ans (60 %). Le délai moyen entre le traumatisme et le diagnostic est de quelques semaines. Le diagnostic clinique est facile devant une masse douloureuse pulsatile et des antécédents traumatiques. Lorsque le tableau clinique est incomplet, le diagnostic est précisé par les examens complémentaires, en premier lieu par l’écho-doppler qui montre que le faux anévrisme est en continuité directe avec l’ATS et qu’il existe en son sein des turbulences avec un flux en « va-et-vient ». Le scanner crânien et l’IRM ont été proposés à titre diagnostique. La chirurgie reste le traitement de choix de ces faux anévrismes. Elle comporte la ligature de l’ATS et la mise à plat de l’anévrisme. Des alternatives thérapeutiques visant à obtenir une thrombose anévrismale ont été proposées : injection écho-guidée de thrombine intra-anévrismale, compression écho-guidée de l’ATS, embolisation endovasculaire par des

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Traitement d'un anévrisme et d'un faux anévrisme spléniques par embolisation artérielle percutanée.

  • Les anévrismes spléniques, autrefois considérés comme des affections rares, sont rapportés avec une plus grande fréquence à l'heure actuelle. La survenue d'une rupture, quelquefois fatale, les rend particulièrement dangereux. Cette rupture pouvant en être par ailleurs le seul et unique symptôme. Les auteurs rapportent l'observation de deux cas d'anévrismes spléniques traités par embolisation artérielle. L'évaluation radiographique initiale comportait une échographie, une artériographie et les traitements bi et tri dimensionnels des données acquises par scanographie volumique. Ces différentes explorations permettaient l'analyse des caractéristiques de ces formations anévrismales, indispensables entre autres au choix de la taille des coils. Les artériographies de contrôle après procédure démontraient l'occlusion des deux anévrismes ainsi traités. La scanographie volumique réalisée neuf mois après, confirmait la thrombose complète des anévrismes ainsi qu'une morphologie et une densité pancréaticosplénique tout à fait conservées. Ainsi, le traitement des anévrismes spléniques par embolisation percutanée semble être une technique de choix et doit être envisagé dans la décision thérapeutique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Thrombose veineuse profonde et faux anévrisme poplité révélant une exostose fémorale chez une enfant

  • Une thrombose veineuse récente poplitée gauche ambulatoire et symptomatique était diagnostiquée en échodoppler chez une enfant de neuf ans. Un traitement par héparine de bas poids moléculaire puis relais AVK et contention était institué. Lors du contrôle à deux mois et demi, l’échodoppler mettait en évidence un faux-anévrisme du tiers distal de l’artère fémorale superficielle gauche. La radiographie montrait une exostose de l’extrémité inférieure du fémur gauche. L’IRM précisait les rapports entre le faux-anévrisme et l’exostose. La scintigraphie osseuse éliminait l’existence d’autres localisations. Une résection du faux-anévrisme associée à un pontage court termino-terminal fémoro-poplité gauche en greffon veineux saphène et une exostosectomie étaient effectuées dans le même temps. L’analyse anatomopathologique de l’exostose excluait une transformation maligne. Les complications vasculaires d’une exostose sont rares et l’association d’une thrombose veineuse et d’un faux anévrisme est exceptionnelle. Ce cas souligne l’intérêt d’une radiographie de la région gonale chez l’enfant ou l’adulte jeune devant ce tableau clinique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prise en charge des faux anévrismes de l’artère poplitée associés aux ostéochondromes et ceux dus aux traumatismes des membres ou secondaires à la chirurgie orthopédique

  • La majorité des publications en ligne concernant les faux anévrismes de l’artère poplitée (FAAP) sont des cas cliniques et en anglais. Dans ce contexte, aucune étude avec des données robustes n’a été précédemment publiée. L’épidémiologie exacte de ces FA reste difficile à établir et leur prise en charge n’est pas encore codifiée. Nous avons voulu établir une mise au point concernant les aspects diagnostiques et thérapeutiques des FAAP associés aux ostéochondromes et ceux dus aux traumatismes des membres ou secondaires à la chirurgie orthopédique. Une recherche de références bibliographiques à travers les bases de données médicales en ligne (MEDLINE, EMBASE) entre 1953 et mars 2015 était réalisée, en utilisant les mots clés «

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rupture d’un faux anévrisme de l’artère poplitée révélant une exostose du tibia : à propos d’un cas et revue de littérature

  • L’ostéochondrome constitue la tumeur osseuse la plus fréquente. Exceptionnellement, elle est responsable de complications vasculaires dont les faux-anévrismes constituent l’entité la plus fréquente. Nous rapportons le cas d’un jeune patient âgé de 20 ans qui présentait une douleur brutale du genou gauche à la suite d’un accident de sport. L’échodoppler artériel objectivait un faux anévrisme rompu de l’artère poplitée basse. Une artériographie a permis de confirmer le diagnostic en montrant une extravasation du produit de contraste au niveau de l’artère poplitée basse en regard d’une image radiologique d’ostéochondrome. Le traitement était chirurgical et a consisté en une mise à plat du faux anévrisme avec un remplacement veineux, complété par une résection de la tumeur osseuse. Malgré la rareté de ses complications vasculaires, le diagnostic de l’exostose ostéogénique doit être évoqué devant tout anévrisme poplité chez un sujet jeune. Le traitement des faux anévrismes sur exostose est plutôt chirurgical.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Infection aspergillaire et faux anévrisme mycotique fémoral au cours d'un descellement de prothèse totale de hanche avec migration intra-pelvienne de l'implant acétabulaire.

  • Nous rapportons le cas d'une infection mycotique à Aspergillus fumigatus sur prothèse totale de hanche. Cette infection rarissime a été mise en évidence lors de la reprise chirurgicale d'un descellement prothétique avec migration intra-pelvienne de l'implant acétabulaire associée à un faux anévrisme de l'artère fémorale pour lequel un temps vasculaire a été nécessaire avant la révision orthopédique. Nous voulons attirer l'attention sur l'importance du bilan préopératoire dans les cas de migration intra-pelvienne d'implant acétabulaire. Un double abord est nécessaire lors de la reprise chirurgicale, notamment pour le contrôle des structures vasculaires. Nous abordons également la difficulté du traitement d'une infection mycotique à Aspergillus fumigatus.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme de la voie d’éjection du ventricule droit compliquant une endocardite infectieuse après réparation d’une cardiopathie congénitale

  • Le cas d’un énorme faux anévrisme de la voie d’éjection du ventricule droit secondaire à une endocardite infectieuse est rapporté chez une enfant âgée de 12 ans qui a eu la réparation d’une cardiopathie congénitale selon la technique de Rastelli en utilisant un conduit jugulaire bovin (Contegra). Le faux anévrisme s’accompagnait d’une désinsertion du patch de la communication interventriculaire et comprimait le ventricule droit à l’origine d’une insuffisance cardiaque globale avec état de choc. Un traitement chirurgical a été réalisé en urgence mais l’enfant est décédé au décours de l’intervention. Le faux anévrisme du ventricule droit d’origine infectieuse après chirurgie de reconstruction de la voie d’éjection du ventricule droit est très rare. À notre connaissance, trois cas seulement ont été rapportés dans la littérature. Nous rapportons ici un autre cas.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Complication tardive d’un traitement chirurgical par interposition prothétique d’une coartation aortique : rupture d’un faux anévrisme anastomotique traitée par implantation endoluminale d’endoprothèse couverte

  • La coarctation de l’aorte est une maladie vasculaire congénitale fréquente nécessitant souvent un traitement chirurgical précoce. Les complications tardives de ce traitement peuvent être fatales comme dans le cas de la rupture du faux anévrisme anastomotique. Nous présentons le cas d’un malade de 49 ans traité avec succès par implantation de deux endoprothèses couvertes dans l’aorte descendante suite à la rupture d’un faux anévrisme anastomotique plusieurs années après la chirurgie correctrice de la coarctation de l’aorte. Ces cas illustrent la faisabilité du traitement endoluminal qui s’avère très efficace entre des mains expérimentées et moins invasif en comparaison à la chirurgie classique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme de l’aorte ascendante. Complication rare d’une chirurgie valvulaire aortique

  • Le faux anévrisme de l’aorte ascendante constitue une complication rare, voire exceptionnelle de la chirurgie cardiaque dont l’étiologie, la physiopathologie et l’évolution naturelle sont encore mal connues. Le diagnostic est souvent fortuit. Le polymorphisme clinique de l’affection impose le recours aux explorations morphologiques pour établir un diagnostic précoce et déterminer l’attitude thérapeutique adéquate. Cette complication de la chirurgie cardiaque reste grevée d’une mortalité périopératoire, peropératoire et postopératoire élevée, malgré les progrès de la chirurgie cardiovasculaire. Nous rapportons le cas d’un pseudoanévrisme de l’aorte ascendante, diagnostiqué fortuitement six mois après un remplacement valvulaire aortique effectué dans le cadre d’un rétrécissement aortique serré. Nous discuterons dans cet article des aspects diagnostiques et thérapeutiques de ce cas.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme d’une artère utérine après césarienne : une cause atypique d’hémorragie du post-partum

  • Nous rapportons le cas d’une hémorragie du post-partum tardive due à un pseudoanévrisme d’une artère utérine, secondaire à une lésion vasculaire survenue lors d’une césarienne en urgence quatre semaines auparavant. Évoquer cette étiologie est important car le traitement est assuré de façon sûre et efficace par embolisation artérielle alors que des manœuvres chirurgicales habituellement recommandées lors d’une hémorragie de post-partum immédiat telle la révision utérine peuvent aggraver le saignement. Le diagnostic doit être évoqué devant des métrorragies abondantes sans cause évidente dans un contexte de post-partum et conduire à la réalisation d’une échographie utérine avec analyse doppler puis d’une artériographie diagnostique et thérapeutique éventuellement précédée d’une IRM diagnostique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme iliaque et spondylodiscite L5-S1 septiques au décours d’une plaie pénétrante abdominale avec corps étranger (écharde de bois)

  • Nous présentons le cas d’un patient de 46 ans, admis aux urgences au décours d’une petite plaie pénétrante de l’abdomen. Hémodynamiquement stable, une première exploration chirurgicale a été réalisée sous anesthésie locale aux urgences et n’a pas mis en évidence d’effraction péritonéale. Six semaines plus tard, la tomodensitométrie montrait un corps étranger jouxtant un faux anévrisme septique de l’artère iliaque associé à une spondylodiscite L5-S1 motivant la réalisation d’une laparotomie exploratrice en urgence, qui a confirmé les images radiologiques, mis en évidence une perforation jéjunale et permis une prise en charge chirurgicale des lésions.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme rénal après chirurgie conservatrice du rein pour cancer : à propos d’un cas et revue de la littérature

  • Le faux anévrisme rénal (FAR) est une complication connue de certaines interventions rénales percutanées (biopsie, néphrostomie, néphrolithotomie) ainsi que de certains traumatismes abdominaux. Dans la littérature, peu de cas de FAR ont été décrits au décours d’une chirurgie rénale conservatrice pour cancer. Nous rapportons ici un cas de FAR après néphrectomie partielle ouverte pour cancer. Responsable d’une hémorragie aiguë, ce cas a été traité avec succès par embolisation sélective. Cette complication peut donc être potentiellement grave et nous en décrivons son diagnostic clinique et radiologique, sa prise en charge thérapeutique et réalisons une revue de la littérature récente.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme de l’artère poplitée secondaire à une exostose fémorale chez un enfant : à propos d’un cas opéré

  • L’exostose osseuse ou ostéochondrome est une tumeur bénigne pouvant être sporadique ou héréditaire développée à la surface de l’os, qui peut se manifester par des complications des structures vasculaires de voisinage dont les faux anévrismes artériels. Nous rapportons un cas de faux anévrisme de l’artère poplitée secondaire à une exostose isolée du fémur droit traité chirurgicalement chez une fille âgée de 17 ans. La chirurgie a consisté en une mise à plat du faux anévrisme avec interposition d’un greffon veineux, complétée par une résection de la tumeur osseuse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme du ventricule gauche. Une découverte parfois tardive.

  • Le faux anévrisme du ventricule gauche est une complication rare de l'infarctus du myocarde, plus fréquemment de topographie inférieure. La constitution est en général brutale, signant une rupture cardiaque contenue par le sac péricardique. L'évolution est habituellement rapidement fatale, par rupture du coeur en deux temps, ou par adiastolie. Nous rapportons un cas de faux anévrisme ventriculaire de 3,5 cm de diamètre. révélé au décours d'un infarctus du myocarde inférieur limité, chez un patient diabétique aux antécédents d'infarctus du myocarde inférieur, il y a 38 ans. L'intérêt de cette observation repose sur le caractère longtemps silencieux du développement du faux anévrisme asymptomatique et très vraisemblablement ancien.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme du ventricule gauche et anévrismes coronaires au cours d'une maladie de Behçet.

  • Chez un malade de 29 ans ayant une maladie de Behçet, ont été découverts un faux anévrisme du ventricule gauche et des anévrismes coronaires. L'intervention sous circulation extracorporelle a consisté à fermer par voie endo-anévrismale le collet du faux anévrisme grâce à une plaque de Goretex. Aucun geste n'a été fait sur les anévrismes coronaires. Les suites opératoires ont été simples. Les manifestations cardiaques de la maladie de Behçet sont exceptionnelles (6%). L'originalité de notre observation tient à l'association de deux pathologies anévrismales: des anévrismes coronaires et un anévrisme ventriculaire dû à la fois à la vascularite et à la fragilité myocardique provoquée par l'ischémie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome de Claude Bernard-Horner révélant un faux anévrisme spontané de l’artère vertébrale

  • Les faux anévrismes de l’artère vertébrale (FAAV) extracrânienne sont rares en raison du trajet de l’artère au niveau du foramen transversaire. Ils sont souvent secondaires à des traumatismes cervicaux pénétrants, spontanés dans le cadre d’une angiopathie telle que le syndrome d’Ehlers-Danlos, ou être iatrogènes. Nous rapportons le cas d’une femme de 31 ans qui a présenté un syndrome de Claude Bernard-Horner en rapport avec un FAAV spontané. L’angioscanner a confirmé le diagnostic et la patiente a eu une mise à plat du faux anévrisme et ligature de l’artère vertébrale avec une bonne évolution.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme du ventricule gauche après un traumatisme fermé du thorax (à propos d’un cas)

  • La pathologie anévrismale du ventricule gauche (VG) est dans la majorité des cas d’origine ischémique , néanmoins, l’étiologie traumatique, quoique rare, doit être suspectée dans un contexte particulier. Nous rapportons le cas d’un patient opéré dans le service de chirurgie cardiovasculaire et thoracique de l’hôpital La-Rabta pour un faux anévrisme du VG découvert devant une dyspnée d’effort, et ce, six ans après un traumatisme fermé du thorax. Les suites ont été simples. En conclusion, devant tout traumatisme thoracique, même fermé, une exploration par une échocardiographie ou un scanner thoracique est souhaitable pour détecter à temps cette complication.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Complications tardives d'un faux anévrisme du ventricule gauche : infection du thrombus et péricardite purulente

  • Les faux anévrismes sont une complication rare des infarctus du ventricule gauche. L'évolution spontanée se fait le plus souvent vers la rupture avec mort subite par tamponade. Ces lésions sont donc éminemment chirurgicales. Les cas de survie prolongée sans cure chirurgicale sont rares. La surinfection du thrombus est une autre complication possible. Nous rapportons le cas d'un patient porteur d'un faux anévrisme du ventricule gauche compliqué de surinfection du thrombus et de péricardite purulente à peptostreptocoque. La surinfection est une éventualité qui doit être prise en compte dans le suivi des faux anévrismes du ventricule gauche.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Faux anévrisme iatrogène de l’artère splénique après duodénopancréatectomie céphalique

  • Les anévrismes de l’artère splénique sont rares et présentent de multiples étiologies. Ce sont des lésions pouvant mettre en jeu le pronostic vital au stade de rupture, survenant le plus souvent pour des anévrismes de plus de 2 cm de diamètre. Cependant, une rupture est possible pour des anévrismes de taille inférieure, surtout en cas de faux anévrisme. C’est la situation rencontrée dans l’observation présentée, concernant un faux anévrisme iatrogène de l’artère splénique consécutif au drainage percutané d’une collection rétrogastrique dans les suites d’une duodénopancréatectomie céphalique (DPC). Le traitement chirurgical par splénectomie a permis d’obtenir la guérison.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov