Faisceau de his [ Publications ]

faisceau de his [ Publications ]

Publications > faisceau de his

  • Une enquête rétrospective portant sur 192 patients et concernant le devenir de l'arythmie supraventriculaire après ablation de la jonction auriculo-ventriculaire permet de tirer quelques éléments de choix d'un mode de stimulation pour une primoimplantation chez ces patients. Hormis le cas des blocs auriculo-ventriculaires après ablation de la voie rapide nodale où le mode DDD simple suffit, dans tous les autres cas, un capteur d'asservissement est indispensable. Le mode VVIR sera choisi d'emblée dans le lutter auriculaire, la fibrillation auriculaire permanente, la fibrillation auriculaire subintrante mal contrôlée par le traitement médical et les fibrillations auriculaires paroxystiques du sujet âgé (plus de 70 ans) et/ou de sexe masculin, et/ou sur cardiopathie évoluée (valvulaire, ischémique ou primaire).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Aspects électrocardiographiques de la pathologie du faisceau de His.

  • Les aspects électrocardiographiques réalisés par les pathologies du faisceau de His sont particulièrement polymorphes, et l'enregistrement endocavitaire est souvent nécessaire pour confirmer un diagnostic qui peut être évoqué sur l'électrocardiogramme de surface grâce à un raisonnement rigoureux. Les blocs auriculoventriculaires tronculaires sont graves, car infranodaux, mais comportent un QRS supraventriculaire et donc souvent un banal QRS fin , ils peuvent être médians, avec une déflexion hisslenne dédoublée, mais aussi proximaux et distaux, de diagnostic plus difficile. Les extrasystoles hissiennes sont particulièrement polymorphes, soit patentes. évoquant tout à tour extrasystoles auriculaires ou ventriculaires , soit cachées, et réalisant alors des aspects trompeurs de pseudo-blocs auriculoventriculaires du 1

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ablation du faisceau de His par voie gauche après échec d'un abord droit: technique et résultats préliminaires.

  • Si l'interruption de la conduction auriculo-ventriculaire est largement utilisée depuis 10 ans chez les patients souffrant d'arythmies supraventriculaires à conduction ventriculaire rapide et rebelles aux antiarythmiques, le taux de bloc auriculo-ventriculaire obtenu en délivrant l'énergie au contact de l'anneau tricuspide varie entre 45 et 92%. Les échecs de cette technique sont le plus souvent dus à l'impossibilité d'enregistrer par voie droite des électrogrammes endocavitaires compatibles avec un succès prévisible. Nous rapportons 4 observations d'interruption de la conduction auriculo-ventriculaire effectuées chez 4 hommes (âge moyen±SD=61,5±10 ans) par voie artérielle rétrograde après une ou plusieurs (1 à 3) tentatives infructueuses d'ablation par voie veineuse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Survie après fulguration du faisceau de His pour arythmie supraventriculaire. Dix ans d'expérience avec 317 patients consécutifs.

  • Kesume La survie après fulguration du faisceau de His pour arythmie supraventriculaire est analysée sur 10 années (mai 1982-décembre 1992) chez 312 patients consécutifs (S perdus de vue) , 54 sont décédés [taux de mortalité : 17,3 % dont 13 (24 %)] par mort subite. Les taux de survie sont à 1 an : 94.5 % (n = 256), 5 ans : 80,1 % (n = 88), 8 ans : 72,8 % (n = 20), 10 ans : 51 % (n = 4) , les patients sans cardiopathie apparente ont une survie meilleure. Cette série devrait servir de comparaison arpès ablation du faisceau de His utilisant d'autres sources d'énergie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tachycardies ventriculaires polymorphes survenant trois mois après une ablation par radiofréquence du faisceau de HIS.

  • Nous rapportons le cas d'une patiente de 73 ans qui présente des tachycardies ventriculaires polymorphes de un à 3 mois après l'ablation d'un faisceau de His par radio fréquence et dès que la fréquence de stimulation est réduite à 70/min. L'histoire clinique permet d'apprendre l'existence d'un terrain de prédilection possible, cette patiente ayant présenté un an avant des torsades de pointe sous hydroquinidine. Ceci montre l'importance de choisir une fréquence minimale de stimulation suffisamment élevée après une ablation du faisceau de His.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Ablation du faisceau de His à gauche à travers un foramen ovale perméable.

  • Nous rapportons le cas d'un patient de 60 ans chez lequel une tentative d'ablation du faisceau de His par voie droite du fait d'une fibrillation auriculaire permanente très rapide s'était soldée par un échec. L'ablation du faisceau de His a pu s'effectuer très simplement dans les voies gauches grâce à la présence d'un foramen ovale perméable, ce qui a permis en outre d'éviter les risques d'un cathétérisme gauche chez ce patient.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Critères d'efficacité dans la fulguration du faisceau de His.

  • Après avoir pratiqué 29 chocs chez 18 patients atteints de tachycardies supraventriculaires rebelles aux autres thérapeutiques, seulement 19 ont été efficaces. Les auteurs en ont tiré les valeurs discriminantes permettant le succès: une amplitude hisienne supérieure à 300 mV, une énergie délivrée par kg de poids supérieure à 3 J/kg et une très bonne stabilité de potentiel.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude étiologique de 23 cas de bloc complet de la branche gauche du faisceau de His, en dehors de l'infarctus du myocarde.

  • Le cathétérisme cardiaque et l'angiocardiographie ont diagnostiqué chez 23 patients asymptomatiques, 9 cardiomyopathies et 2 sténoses coronaires.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov