Etat de mal epileptique [ Niveau Expert ]

etat de mal epileptique [ Niveau Expert ]

Expert > etat de mal epileptique

  • \La relation entre état de mal (EM) épileptique et dégénérescence neuronale est complexe et difficile à étudier. Les travaux sur l'animal suggèrent que l'état de mal induit une souffrance neuronale progressive. Les observations chez l'humain sont plus difficiles à interpréter : il semble que l'EM généralisé puisse favoriser une sclérose hippocampique, mais que d'autres formes (EM partiel complexe, partiel-simple) soient moins délétères. D'autre part, plusieurs affections neurodégénératives peuvent présenter un EM lors du décours, qui souvent est associé à des tableaux cliniques sévères. Il semble donc que l'EM représente un signe, plutôt qu'une étiologie, de gravité. De ce fait, si un traitement rapide de tout EM est primordial, l'agressivité de la stratégie thérapeutique devrait être modulée selon les conditions médicales sous-jacentes.\

  • Source : revmed.ch

La prise en charge d'urgence du patient pédiatrique en état de mal épileptique convulsif généralisé - Paediatr Child Health 2011,16(2):98-104

  • Les présentes lignes directrices portent sur la prise en charge d'urgence de l'état de mal épileptique convulsif (ÉMÉC) généralisé chez les enfants et les nourrissons de plus d'un mois. Il remplace le document de 1996 et inclut un nouvel algorithme de traitement et un nouveau tableau des médicaments recommandés qui reflètent les nouvelles données probantes et l'évolution de la pratique clinique depuis 15 ans. Le document s'attarde sur la prise en charge pharmacologique aiguë de l'ÉMÉC, mais certaines questions relatives aux soins de soutien, à la démarche diagnostique et au traitement de l'ÉMÉC réfractaire sont abordées

  • Source : cps.ca

Prise en charge médicamenteuse des convulsions tonicocloniques aiguës, y compris de l'état de mal épileptique convulsif chez l'enfant

  • Contexte : Les convulsions tonicocloniques (grand mal) et l'état de mal épileptique convulsif (actuellement défini comme une convulsion tonicoclonique durant au moins 30 minutes) constituent des urgences médicales et exigent un traitement anticonvulsivant approprié dans les plus brefs délais. Les benzodiazépines (midazolam, diazépam, lorazépam), le phénobarbital, la phénytoïne et le paraldéhyde peuvent tous être considérés comme des médicaments de premier choix. Ceci est une mise à jour d une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2002 et précédemment mise à jour en 2005.

  • Source : cochrane.org

Prodilantin® (fosphénytoïne) Guide posologique destiné au traitement d urgence de l état de mal épileptique Réservé aux enfants âgés de 5 ans et plus uniquement - NE PAS administrer aux enfants âgés de moins de 5 ans

  • Mode d emploi : Ce guide posologique a été conçu pour vous aider à administrer une dose de charge de fosphénytoïne. Utilisez lesnéquations et/ou consultez le tableau ci-dessous afin de déterminer la dose de charge ainsi que le temps de perfusion appropriés ennfonction du poids du patient...

  • Source : ansm.sante.fr

Prodilantin® (fosphénytoïne) Guide posologique destiné au traitement d urgence de l état de mal épileptique Réservé à l adulte uniquement

  • Mode d emploi : Ce guide posologique a été conçu pour vous aider à administrer une dose de charge de fosphénytoïne. Utilisez lesnéquations et/ou consultez le tableau ci-dessous afin de déterminer la dose de charge ainsi que le temps de perfusion appropriés ennfonction du poids du patient...

  • Source : ansm.sante.fr

Convulsions u2013 État de mal épileptique

  • La crise convulsive généralisée est une urgence très fréquente, de l'ordre de 3 % des patients examinés dans les services d'urgence. Les crises convulsives peuvent être occasionnelles, uniques ou très espacées , le plus souvent, elles sont symptomatiques d'une affection qu'elles révèlent éventuellement. Elles peuvent aussi s'intégrer dans le cadre d'une maladie épileptique connue.

  • Source : cnerea.fr

Convulsions - Etat de mal épileptique

  • La crise convulsive généralisée est une urgence très fréquente, de l'ordre de 3 % des patients examinés dans les services d'urgence. Les crises convulsives peuvent être occasionnelles, uniques ou très espacées , le plus souvent, elles sont symptomatiques d'une affection qu'elles révèlent éventuellement. Elles peuvent aussi s'intégrer dans le cadre d'une maladie épileptique connue.

  • Source : wiki.side-sante.fr

Place de l'EEG dans l'état de mal épileptique

  • Contribution de l'EEG au diagnostic syndromique de l'état de mal (présentation électroclinique des différents états de mal épileptiques), au diagnostic étiologique de l'état de mal, au diagnostic différentiel de l'état de mal, aide à la prise en charge thérapeutique et au suivi évolutif de l'EME, quand doit-on réaliser l'EEG dans un EME ?, influence des médicaments sur l'EEG, les différents types d'EEG

  • Source : urgences-serveur.fr

Prise en charge de l'état de mal épileptique - enfants - adultes

  • 14è conférence de consensus en réanimation et médecine d'urgence, organisée par la Société de Réanimation de Langue Française le 23 juin 1995, Le Kremlin Bicêtre , définition, problèmes diagnostiques posés, bases du traitement, conduite à tenir devant un cas, particularités de la prise en charge chez le nouveau né et l'enfant , autre accès

  • Source : samudeparis.aphp.fr

Propofol versus thiopental sodique pour le traitement de l'état de mal épileptique réfractaire

  • Comparer l'efficacité, les effets indésirables et les résultats à court et long terme de l'EMER traité avec l'un des deux agents anesthésiques que sont le thiopental sodique et le propofol.

  • Source : cochrane.org

Pharmacologie des agents utilisés dans l'état de mal épileptique

  • Benzodiazépines, phénytoïne, acide valproïque/valproate de sodium, barbituriques, propofol, topiramate, lévétiracétam, autres agents, stratégies non médicamenteuses

  • Source : urgences-serveur.fr

Recherche étiologique lors d'un état de mal épileptique

  • Classification des étiologies, pathologies particulières, démarches pour la recherche étiologique, conclusion, références

  • Source : urgences-serveur.fr