Esotropie [ Publications ]

esotropie [ Publications ]

Publications > esotropie

  • Objectifs Evaluer l'efficacité de la toxine botulique en traitement de première intention dans l'ésotropie, chez des enfants de plus de trois ans. Matériels et méthodes Huit enfants (6 garçons et 2 filles) agés de 3 à 6 ans (moy. 4 ans) ont reçu une injection bilatérale de toxine botulique Botox® dans les muscles droits internes, 1,25 unité par muscle, sous anesthésie générale. Sept enfants présentaient une ésotropie précoce, et un une ésophorie décompensée, Six étaient en isoacuité et alternance de fixation préopératoire, et deux présentaient une amblyopie. Le suivi moyen est de 16,8 mois (6 à 24 mois). Résultats Une divergence transitoire a été notée dans un cas, et un ptosis transitoire dans un autre cas. La toxine botulique a permis le retour à l'orthophorie dans le cas d'ésophorie décompensée, et à l'ortho-microtropie durable dans trois cas d'ésotropie précoce (dont un enfant qui a présenté à nouveau des spasmes en vision de près). Une réduction durable de l'angle a été obtenue chez un autre enfant. Un autre enfant a présenté une récidive à 18 mois. L'injection a été un échec chez les deux enfants amblyopes. Discussion L'injection de toxine botulique a permis d'éviter une intervention chirurgicale dans 3 cas, et de réaliser un geste plus limité dans 1 cas. Conclusions L'injection de toxine botulique dans les muscles oculo-moteurs a un intérêt en première intention dans l'ésotropie précoce, même chez des enfants relativement âgés. Son succès dépend avant tout de l'absence d'amblyopie profonde ancrée et de troubles de l'élongation musculaire. Son utilisation est cependant limitée par les problèmes liés à l'anesthésie générale, et au coût du traitement.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'angle sous anesthésie et l'élongation du droit externe dans les ésotropies primitives.

  • But de l'étude Dans une série de 34 ésotropies, le « signe de l'anesthésie » a été analysé afin de déterminer le choix de l'oeil sur lequel doit porter le premier temps opératoire lors de la chirurgie des ésotropies. Il s'agissait d'étudier la variation entre l'angle à l'état de veille et l'angle sous anesthésie (avec un protocole de narcose standardisé). L'oeil opéré a toujours été l'oeil le plus convergent ou le moins divergent sous anesthésie. Méthode Pendant l'intervention, l'élongation musculaire du couple droit interne/droit externe de l'oeil opéré a été systématiquement mesurée à l'aide du myomètre de Rapp-Roth et de la réglette de Péchereau. Résultats Dans 58 % (18/31 cas) des cas et sous anesthésie, la déviation par rapport à la ligne médiane a été retrouvée presque identique pour l'oeil dominant et dominé, et dans 19% (6/31 cas) des cas, la convergence a été nettement marquée sur l'oeil dominant et seulement dans 23 % (7/31) sur l'oeil dominé. Conclusion Cette étude a par ailleurs permis de retrouver une relation significative entre l'angle de base et l'angle sous anesthésie d'une part et entre l'angle de base et l'élongation du droit externe d'autre part. Elle souligne aussi l'absence de toute relation entre l'angle sous anesthésie et l'élongation du droit externe, de même pour les élongations des deux droits.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les résultats de l'opération du fil dans les ésotropies avec incomitance loin-près non-accommodative.

  • But : Cette étude a pour but d'évaluer les résultats liés au facteur dynamique qui est le seul élément à corriger dans l'opération du fil, appliquée seule ou avec d'autres techniques conventionnelles et l'intérêt du signe de l'anesthésie dans ces ésotropies. Matériel et méthodes : Dans 54 cas d'ésotropie d'une incomitance loin-près de 10 à 20 Δ, on a appliqué une myopexie unilatérale, alors que dans 14 cas où l'incomitance était supérieure à 20 Δ, il a été pratiquée une myopexie bilatérale. Résultats: Dans tous les cas montrant un angle dynamique pur où l'opération du fil a été appliquée seule ou a obtenu de bons résultats. Alors que dans les cas montrant un angle composé des facteurs dynamique et statique et où l'opération du fil a été pratiquée avec d'autres techniques conventionnelles, les résultats ont été bons à 86 % (37 des 43 cas) avec une myopexie unilatérale et à 92 % (12 des 13 cas) avec une myopexie bilatérale. Discussion: Dans ces cas d'ésotropies avec incomitance loin-près non-accommodative, l'opération du fil aboutit à des bons résultats pour la correction de l'angle dynamique, il a été aussi souligné l'intérêt du signe de l'anesthésie pour démontrer l'existence des facteurs innervationnels.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le test d'élongation musculaire du droit interne dans les ésotropies récidivantes.

  • La quantification de toute action opératoire sur un muscle dans la chirurgie oculomotrice exige une mesure préalable de son élongation. Cette évaluation est particulièrement nécessaire dans les ésotropies récidivantes où le contentieux moteur est d'une complexité extrême du fait des altérations viscoélastiques capsulo-musculaires résultant des interventions antérieures. L'analyse d'une série de 132 cas d'ésotropies récidivantes démontre que l'affaiblissement du droit interne, en dépit de sa réputation d'innocuité, entraîne de façon quasi constante une réduction de l'élongation musculaire dont l'importance est statistiquement proportionnelle au degré de récession.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Facteurs de risque de l'ésotropie précoce

  • Afin de déterminer les facteurs de risque de l’ésotropie précoce, cette revue de littérature analyse les différents articles écrits ces dernières années sur l’ésotropie congénitale. Les auteurs distinguent ainsi les facteurs de risques majeurs tels que l’hérédité, la prématurité, la souffrance périnatale, des facteurs de risques mineurs tels que les amétropies, la microtropie primitive, les facteurs environnementaux.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Chirurgie des ésotropies par arcs asymétriques.

  • De février 1985 à mars 1987, 64 cas d'ésotropie ont été opérés par arcs asymétriques. Cette technique d'affaiblissement musculaire semble être la plus simple et le moins traumatique. Les dosages sont modulés en fonction du signe de l'anesthésie et du test d'élongation musculaire. 5 cas seulement ont nécessité une reprise en raison de la persistance d'une ésotropie supérieure à 10 dioptries.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les ésotropies précoces, troubles du réflexe de fixation monoculaire.

  • La fixation monoculaire en adduction est le signe clinique majeur des ésotropies développées au cours des quatre premiers mois de la vie. Elle est étudiée chez 3 patients: un enfant de 2 ans, un adulte et un monophtalme congénital.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Intérêt de la phospholine postopératoire dans les ésotropies.

  • La phospholine dans le traitement des ésotropies avec angle résiduel améliore un état sensorio-moteur précaire et permet de récupérer des cas limites.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Place de la phospholine dans le traitement postopératoire des ésotropies.

  • La phospholine instillée postopératoirement a une action indiscutable sur la convergence résiduelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov