Escarre [ Publications ]

escarre [ Publications ]

Publications > escarre

  • ■ Le traitement local: il doit respecter l'écosystème bactérien de la plaie et éviter l'utilisation d'antiseptiques ou d'antibiotiques locaux il repose sur une détersion, si possible chirurgicale, sinon autolytique naturelle par l'utilisation de pansements hydrocolloides, alginates ou hydrogels. Les stades de bourgeonnement et l'épithélialisation sont traités également par des pansements gras ou humides ou des pansements plus modernes comme les hydrocellulaires, les hydrocolloïdes, les films de polyuréthane. Certains traitements comme l'utilisation de moyens physiques (pression négative, stimulations electriques) ou des facteurs de croissance recombinants sont en cours d'évaluation. Le traitement général: La réparation chirugicale par utilisation de lambeaux ou de greffes n'est souvent pas indiquée chez les sujets âgés fragiles. La prise en charge de toutes les pathologie associées (diabète, insuffisance cardiaque etc.) et une nutrition hypercalorique et hyperprotidique sont essentielles. L'objectif est de 35 calories/kg/jour dont 1,25 à 1,5 gramme de protéines/kg/jour. ■ Le traitement des complications: L'infection de la plaie est suspectée devant l'apparition d'un placard inflammatoire autour de la plaie, d'une fièvre, d'un retard à la cicatrisation et se traite comme une cellulite par une antibiothérapie systémique. Elle se distingue de la colonisation des plaies par des germes retrouvés au prélèvement bacténologique local. Une ostéite est suspectée devant l'existence d'un contact osseux dans une plaie. En cas d'ostéite confirmée au mieux par la biopsie osseuse avec histologie et mise en culture, le traitement est une antibiothérapie orale prolongée. Les rétractions tendineuses sont traitées par la rééducation et la chirurgie en cas d'échec du traitement médical. Les soins d'escarres peuvent nécessiter un traitement antalgique continu ou au moment des changements de pansements.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude multicentrique de la survenue d'escarres par un modèle de Cox basé sur une approche marginale.

  • Position du problème : Nous présentons l'utilisation d'une approche marginale dans le modèle de Cox pour l'analyse des temps de survie corrélés. Méthodes : Cette méthode formule les distributions marginales des temps de survie par le modèle à risques proportionnels de Cox en laissant la nature de la dépendance complètement non spécifiée. Des estimateurs « robustes » de la matrice de variance-covariance des estimateurs des coefficients de régression sont construits pour prendre en compte cette corrélation intra-groupe. Un programme informatique (MULCOX2) implémentant cette méthode est appliqué à l'analyse des données d'un essai multicentrique (dans 19 services hospitaliers) visant à étudier les effets d'une intervention consistant en une supplémentation nutritionnelle sur la survenue d'escarres chez des personnes âgées atteintes d'affections aiguës. Nous comparons les résultats obtenus avec ceux du modèle de Cox classique. Résultats: On constate que l'écart-type de l'effet de l'intervention est sous-estimé par le modèle de Cox habituel qui ne prend pas en compte le regroupement des participants. Conclusions: Les résultats obtenus par l'approche marginale ne modifient pas, dans notre exemple, les conclusions concernant l'effet de la supplémentation qui reste significativement associée à une diminution de la formation d'escarres. Cependant, dans d'autres situations, ne pas tenir compte de la dépendance intra-groupe pourrait conduire à des inférences statistiques erronées. L'estimation des paramètres de variabilité par MULCOX2 peut être néanmoins sensible au nombre de groupes inclus dans l'échantillon et à la taille de ces groupes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Couverture d’une escarre ischiatique et trochantérienne récidivante par un lambeau fasciocutané antérolatéral de cuisse pédiculée

  • Les escarres ischiatiques, fréquentes chez le patient paraplégique, sont les plus difficiles à traiter, de mauvais pronostic et associées à un fort taux de récidive postopératoire. De nombreuses techniques chirurgicales de couverture par lambeaux musculaires ou musculocutanés ont été décrites. Nous rapportons l’utilisation originale d’un lambeau fasciocutané antérolatéral de cuisse pédiculée (ALCp) pour la couverture d’une escarre ischiatique dépassée, au-delà de toute solution thérapeutique classique, associée à une escarre trochantérienne. Il s’agissait d’un patient âgé de 45 ans, paraplégique, présentant une escarre ischiatique et trochantérienne, qui avait déjà bénéficié d’une couverture par un lambeau musculaire de biceps fémoral et de grand fessier. À un an, le résultat est satisfaisant, avec une bonne qualité de couverture, sans récidive. Le lambeau fasciocutané ALCp peut être une solution pour la couverture des escarres ischiatiques récidivantes échappant aux procédés classiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Optimisation de la cotation dans la prise en charge des escarres : oui, mais à quel prix ?

  • La prise en charge chirurgicale de l’escarre en France demeure très coûteuse même si les mesures de prévention et l’amélioration du parcours de soins ont permis de limiter les dépenses dans ce domaine ces dernières années. Depuis 2004, le mode de financement des établissements de santé français par la tarification à l’acte (TAA) et la maîtrise médicalisée des dépenses de soins hospitaliers nous obligent forcément à nous intéresser à ces considérations purement économiques et parfois à nuancer nos besoins en durée d’hospitalisation ou en soins spécialisés pour optimiser le groupe homogène de séjour (GHS) d’un patient. Cela ne risque-t-il pas à l’avenir d’obliger le chirurgien à biaiser les réels besoins du patient au profit de l’établissement hospitalier ? Au travers d’une analyse médico-économique de nos pratiques, réalisée dans le service de chirurgie plastique du CHU de Toulouse, nous avons tenté d’identifier comment optimiser la prise en charge chirurgicale de l’escarre en termes de valorisation de séjour. L’objectif étant néanmoins de rester critique sur les dérives que cela pourrait instaurer à l’avenir pour notre activité clinique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Couverture d’une escarre trochantérienne par lambeau pédiculé fasciocutané antéro-latéral de cuisse

  • Le lambeau antéro-latéral de cuisse est habituellement utilisé en lambeau libre pour la couverture et la reconstruction à distance. La couverture d’une escarre trochantérienne profonde fait en général appel à des lambeaux régionaux musculaires ou musculocutanés comme le lambeau de tenseur du fascia lata ou le lambeau de vaste latéral. Nous rapportons l’utilisation originale d’un lambeau fasciocutané antéro-latéral de cuisse dans sa version pédiculée, précédée d’une thérapie par pression négative pour la couverture d’une escarre trochantérienne. Il s’agissait d’un patient âgé de 58 ans, paraplégique complet, ayant des escarres multiples, dont une trochantérienne droite avec exposition osseuse. Au recul de six mois, une bonne qualité de couverture trochantérienne était obtenue, avec des séquelles minimes du site donneur. Le lambeau fasciocutané antéro-latéral de cuisse dans sa version pédiculée est une alternative possible aux traitements habituellement proposés pour la couverture des escarres trochantériennes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Couverture des escarres trochantériennes par lambeau musculo-cutané de fascia lata en V-Y.

  • Les auteurs rapportent leur expérience de l'utilisation du lambeau musculo-cutané en V-Y d'avancement de fascia lata dans la couverture des escarres trochantériennes à propos de 9 cas. L'escarre trochantérienne est une lésion grave pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Le traitement doit être complet, consistant en une excision drastique de tous les tissus nécrosés et infectés cutanés, mais aussi osseux, puis en un comblement par un lambeau parfaitement vascularisé et suffisamment épais. La technique d'avancement en V-Y du fascia lata est un procédé simple et fiable, avec suture de première intention de la zone donneuse, qui permet d'utiliser la partie la plus épaisse et la mieux vascularisée du lambeau. Celui-ci peut être resoulevé en cas de récidive, ce qui permet l'abord de l'articulation coxo-fémorale en cas d'arthrite sous-jacente et présente le capital musculo-cutané local et régional.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Variante des lambeaux en îlot pour couverture d'escarres: le lambeau en hachette. A propos de 31 cas.

  • Les auteurs proposent une modification du dessin classique des lambeaux en îlot pour couverture d'escarre, appliquée aux muscles grand fessier et tenseur du fascia lata: le lambeau en hachette. 31 lambeaux ont été utilisés dont 13 de fessier supérieur pour escarre sacrée, 9 de fessier inférieur pour escarre ischiatique et 9 de fascia lata pour escarre trochantérienne. Une petite nécrose partielle et deux sepsis sont à déplorer sur cette série, n'ayant pas entraîné de reprise chirurgicale. Ils soulignent l'intérêt de cette modification du dessin des lambeaux classiques, qui préserve encore mieux le capital cutanéo-musculaire de ces patients souvent déjà multi-opérés. La remise en charge très rapide des malades les confortent dans leur idée de cette application des lambeaux en hachette à la chirurgie des escarres, qu'ils pensent étendre à d'autres lambeaux musculo-cutanés dans l'avenir.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Escarres en gériatrie: place de la prise en charge nutritionnelle.

  • Malnutrition is frequent in geriatric patients: it affects 30 to 60% of elderly residents of institutions and 30 to 70% of patients admitted for short-term hospitalization. Malnutrition is a risk factor for developing pressure sores, and patients with them are more often and more severely malnourished than patients without them. In elderly subjects, multiple and interlinked factors may trigger or aggravate malnutrition, they may be physical, psychological or social and may be worsened by drugs and some diets. Malnutrition has been recognized as a risk factor for the onset and perpetuation of pressure sores. Of the dietary factors, protein intake seems most important. A low body mass index (BMI), low serum albumin, and weight loss are associated with an increased risk of pressure sores. A physician observing pressure sores must conduct a nutritional assessment, using clinical and laboratory screening tools. The criteria for malnutrition in elderly subjects are weight loss >

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Urétroplastie par treillis de polyglactine pour les fistules urétrales par escarre du périnée chez le blessé médullaire. A pros de sept cas.

  • Sept patients blessés médullaires présentant une fistule urétro-cutanée avec perte de substance de 4 à 10 cm d'urètre par escarrification du périnée antérieur ont pu être cicatrisés par une technique d'urétroplastie par manchonnage d'une sonde modelante par un treillis de polyglactine résorbable recouvert par un lambeau musculo-cutané de biceps fémoral bien vascularisé. Un recul de plusieurs années permet d'affirmer la fiabilité du procédé qui peut parfaitement s'appliquer à d'autres cas d'urétroplasties.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Myocutanéoplastie par lambeau combiné tenseur du fascia lata-moyen fessier dans les escarres du grand trochanter. A propos d'un cas clinique.

  • Les auteurs présentent un lambeau musculocutané utilisable dans les escarres du grand trochanter chez le paraplégique. Initialement décrit par Little et Lyons (1983), ce lambeau associe la partie proximale musculaire dutenseur du fascia lata (TFL) au moyen fessier dans une palette musculocutanée de forme arrondie, à pédicule circonflexe fémoral latéral. Les fondements anatomiques de cette association musculaire se basent sur la vascularisation anastomotique entre l'artère fessière supérieure qui irrigue le moyen fessier et l'artère circonflexe fémorale latérale, pédicule nourricier principal du TFL.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude multicentrique infirmière évaluant l'intérêt d'un soutien nutritionnel dans la prévention des escarres chez la personne âgée à risque.

  • La responsabilité de la dénutrition a été récemment mise en évidence dans l'analyse des facteurs de risque de survenue d'une escarre. Cette étude prospective, multicentrique, randomisée a pour objectif d'étudier l'influence de la prise en charge nutritionnelle dans la prévention des escarres chez les personnes âgées hospitalisées, atteintes d'affections aiguès. Cette recherche fait suite aux audits prévention d'escarres et au protocole nutritionnel mis en place dans un service de médecine interne gériatrie au Centre Régional de Gériatrie de Bordeaux.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Personne âgée et escarres: prévention et traitement.

  • Chez la personne âgée hospitalisée, les escarres sont une pathologie particulièrement fréquente. Dépistage du risque et prévention doivent être systématiquement entrepris à l'arrivée du patient. En cas d'escarre constituée, le traitement, outre l'application des mesures préventives, se basera sur le débridement de la plaie et une cicatrisation dirigée en milieu humide. Dans ce cadre d'intervention, en interdisciplinarité, d'autres partenaires de soins (ergothérapeutes, physiothérapeutes, diététiciens) peuvent se révéler particulièrement utiles. En fonction de l'ampleur de l'atteinte, le recours à la chirurgie réparatrice sera nécessaire. Enfin, il faut se rappeler que seule l'approche globale du patient permettra une prise en charge optimale de l'escarre.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Pigmentation des oreilles, escarres et atteinte rhumatismale: ochronose alcaptonurique.

  • L'ochronose alcaptonurique est une maladie due au dépôt dans tous les tissus conjonctifs d'un pigment dérivé de l'acide homogentisique. Elle est due à un déficit congénital en acide homogentisique oxydase. Cette maladie peut se compliquer de manifestations ostéoarticulaires, cardiovasculaires, uronéphrologiques et d'hypoacousie. Bien que très anciennement reconnue, elle est rare: seule une cinquantaine de cas ont été décrits en France, pour environ un million de cas dans le monde (1). Les signes cutanéo-muqueux de l'ochronose sont les signes les plus précoces et permettent d'en faire le diagnostic (au premier coup d'oeil!) comme dans notre observation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Transposition d'un lambeau de grand droit de l'abdomen par un trajet trans-osseux iliaque pour la couverture d'une escarre sacrée.

  • Le lambeau de grand droit à pédicule inférieur offre une possibilité de couverture des escarres pelviennes lorsque les possibilités locales sont épuisées. Dans les localisations sacrées, l'aile iliaque est un obstacle à la transposition qui peut être évité par la réalisation d'un tunnel transosseux donnant au lambeau le trajet le plus direct. C'est ce que tente de démontrer le cas présenté.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L’apport de la télémédecine dans la prise en charge des escarres en soins palliatifs

  • L’apport de la télémédecine en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes a été démontré, notamment en présence d’escarres. Celle-ci donne la possibilité aux professionnels de santé d’établir des échanges soutenus. Véritable outil d’assistance et de formation, elle leur permet d’améliorer leurs compétences et contribue à la diffusion des bonnes pratiques parmi l’ensemble des résidents.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une échelle d’évaluation pour la prévention de l’escarre de l’enfant

  • La survenue d’escarres chez l’enfant est un événement rare. Celles-ci ont toutefois des retentissements non négligeables. Des professionnels de services les accueillant ont pris conscience de l’importance d’évaluer le risque d’escarre et ont élaboré une échelle d’évaluation d’escarre spécifique à l’enfant. Cette réflexion, menée en partenariat hôpital-école, donne toute sa dimension au raisonnement clinique dans les pratiques soignantes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Chapitre H - Spécificités cliniques du blessé médullaire (escarres, HRA, spasticité)

  • La prise en charge des patients blessés médullaires suppose la connaissance de quelques spécificités non urologiques qui exposent ces patients à des complications particulières : les escarres, le développement d’une spasticité ou la survenue d’une hyperréflexie autonome.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Un séjour hospitalier sans escarre

  • La peau de la personne âgée est fine et fragile. Suite à un alitement prolongé, le capital cutané s’appauvrit rapidement. Le risque de survenue d’une escarre devient imminent. Mais une collaboration pluridisciplinaire de qualité peut éviter toute escarre à un patient âgé polypathologique. Exemple autour d’un cas clinique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Savoir gérer la peau périlésionnelle des escarres

  • La peau du sujet âgé est très fragile et sèche ce qui altère sa fonction barrière et la rend plus exposée aux agressions externes, les complications péri-lésionnelles autour des escarres sont souvent liées à plusieurs mécanismes intriqués

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prévention et traitement des escarres de l'adulte et du sujet âgé.

  • Ce document présente les différents points abordés lors de la conférence de consensus qui s'est tenue les 15 et 16 novembre 2001, à l'hôpital Européen Georges Pompidou, à Paris.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov