Enteropathie exsudative [ Publications ]

enteropathie exsudative [ Publications ]

Publications > enteropathie exsudative

  • Le lupus érythémateux systémique (LES) est une cause exceptionnelle d'entéropathie exsudative (EE). Nous rapportons deux observations qui illustrent les difficultés diagnostiques et thérapeutiques que peut poser cette association. La première observation est celle d'une patiente âgée de 45 ans, hospitalisée pour LES, chez laquelle la biologie a montré une hypoprotidémie sans protéinurie. Le diagnostic d'EE a été retenu sur une augmentation de la clairance de l'apha-I-antitrypsine. L'endoscopie - gastro-intestinale et l'étude histologique des biopsies sont normales. L'évolution a été favorable sous prednisone (lmg/kg/,). La seconde patiente, âgée de 47 ans, s'est plainte quatre mois après le diagnostic d'un LES et alors qu'elle recevait 35 mg de prednisone/j et du cyclophosphamide en bolus mensuels, d'une diarrhée. A la biologie, il existait une hypoprotidémie avec une hypoalbuminémie sans protéinurie significative. L'endoscopie gastro-intestinale était normale et l'étude histologique des biopsies a révélé une inflammation non spécifique du chorion. La clairance de l'alpha-1 -anti trypsine était augmentée. L'augmentation de la posologie de la prednisone à 1 mg/Kg/j a entraîné une disparition rapide de la diarrhée et une normalisation de la protidémie. Seules 26 observations d'une telle association ont été publiées dans la littérature. L'association possible à une glomérulonéphrite lupique participant à l'hypoprotidémie et l'absence de spécificité des manifestations cliniques peuvent faire méconnaître le diagnostic de l'atteinte digestive. Cette dernière est confirmée par la mesure de la clairance de l'alpha-1-antitrypsine ou par l'utilisation de macromolécules (albumine)marquées par des isotopes radioactifs. L'histologie ne montre pas de lésion spécifique mais permet d'éliminer d'autres causes d'EE. Le traitement repose sur la corticothérpie à fortes doses. L'évolution est habituellement favorable.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Entéropathie exsudative révélant un lymphome digestif B diffus.

  • INTRODUCTION: Les lymphomes digestifs primitifs se révèlent le plus souvent par des signes généraux fréquemment associés a des douleurs abdominales. Les diarrhées sont rares et peuvent relever de plusieurs mécanismes. Nous rapportons un cas de lymphome digestif primitif étendu révélé par une entéropathie exsudative. OBSERVATION : Une femme de 68 ans est hospitalisée pour des diarrhées profuses évoluant depuis 15 jours. Le bilan biologique montre une hypoalbuminémie profonde, il n'y a pas de malabsorption. Le bilan infectieux est négatif. Les biopsies réalisées sur l'ensemble du tube digestif montre un envahissement muqueux par un lymphome B de type MALT. L'évolution initiale est favorable sous chimiothérapie. COMMENTAIRES : La classification des lymphomes digestifs permet de différencier essentiellement les lymphomes B de type MALT les plus fréquents dans les pays occidentaux, les lymphomes méditerranéens, et les lymphomes T compliquant généralement une maladie coeliaque. Les lymphomes de type MALT peuvent être associés à l'infecton par Helicobacter pylori , leur siège le plus fréquent est l'estomac. Les localisations multiples sont rares, l'atteinte diffuse de l'ensemble du tube digestif comme dans notre observation semble exceptionnelle. Cette extension explique probablement l'entéropathie exsudative qui a régressé avec la chimiothérapie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Rémission précoce et durable d'une entéropathie exsudative par corticothérapie.

  • Objectif Signaler la possibilité d'obtenir une rémission de bonne qualité et durable par la corticothérapie au cours d'une entéropathie exsudative sévère idiopathique. Observation Une femme de 39 ans est hospitalisée pour œdèmes des membres inférieurs liés à une hypoalbuminémie secondaire à une entéropathie exsudative démontrée par mesure de la clairance de l'alpha-1 antitrypsine. Le diagnostic de lupus, évoqué, n'est pas confirmé. Un traitement diététique échoue. Une corticothérapie par bolus puis per os induit très rapidement une rémission apparemment complète, durable, toujours présente 22 mois plus tard. Discussion La corticothérapie est un traitement classique de l'entéropathie exsudative associée au lupus érythémateux disséminé, éventualité peu fréquente. En l'absence de lupus, quelques cas de rémissions d'entéropathie exsudative sont signalés, mais le délai d'action est plus long que dans notre cas et le recul généralement moins important. Conclusion La corticothérapie peut être un traitement efficace de l'entéropathie exsudative idiopathique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Lymphangiome kystique du duodénum révélé par une hémorragie digestive et associé à une entéropathie exsudative.

  • Le lymphangiome kystique est une tumeur vasculaire rare, bénigne, d'origine congénitale, pouvant se révéler à tout âge. Les localisations intra-abdominales, qui représentent moins de 10% des cas, atteignent préférentiellement le mésentère. Nous rapportons ici un cas de lymphangiome kystique intra-abdominal diffus, atteignant le foie, la rate, le rein et l'intestin grêle, et responsable d'une hémorragie digestive et d'une entéropathie exsudative. Les manifestations digestives, bien que sévères, ont été spontanément résolutives. Cette observation: a) ajoute le lymphangiome kystique duodénal à la liste des causes d'hémorragie digestive et d'entéropathie exsudative, b) montre que l'abstention thérapeutique peut être justifiée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome de Churg et Strauss avec localisation rectale et entéropathie exsudative.

  • Les auteurs rapportent l'observation d'un patient âgé de 61 ans, présentant un syndrome de Churg et Strauss révélé par un syndrome douloureux abdominal. Les explorations digestives ont mis en évidence une atteinte inflammatoire diffuse du tube digestif, documentée par voie endoscopique, et une entéropathie exsudative. Seule, une biopsie rectale profonde a révélé une vascularite au niveau d'un rectum macroscopiquement sain. Un traitement médical associant corticothérapie et cyclophosphamide, institué en urgence devant une évolution aiguë et menaçante de la maladie, a permis une régression rapide des manifestations cliniques, biologiques et radiologiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Entéropathie exsudative au cours du lupus érythémateux disséminé.

  • Nous rapportons l'observation d'une jeune femme ayant présenté une entéropathie exsudative au cours d'un lupus érythémateux disséminé. Cette complication exceptionnelle du lupus ne s'associe qu'à des manifestations fonctionnelles digestives souvent frustes et doit être systématiquement recherchée devant une hypoalbuminémie non expliquée par une glomérulopathie lupique. La corticothérapie à fortes doses (≥1 mg/kg/j de prednisone) entraîne habituellement la guérison et doit être le traitement de première intention.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Un cas d'ascite chyleuse associée à une entéropathie exsudative compliquant une pancréatite chronique d'origine alcoolique.

  • Une ascite chyleuse est habituellement due à une néoplasie intra-abdominale ou une cirrhose. Nous rapportons le cas d'un patient ayant une pancréatite chronique alcoolique se compliquant d'une ascite chyleuse associée à une entéropathie exsudative par compression des vaisseaux lymphatiques abdominaux et de la veine mésentérique supérieure par la fibrose. Il s'agit du deuxième cas de cette association publié dans la littérature.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome d'entéropathie exsudative dû à une localisation d'un sarcome de Kaposi au cours du SIDA.

  • Une hypoalbuminémie est fréquente au cours du syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA). Cette hypoalbuminémie peut être due à une dénutrition, une malabsorption ou une insuffisance hépato-cellulaire. Nous rapportons l'observation d'un patient présentant un syndrome d'entéropathie exsudative en rapport avec une localisation digestive d'un sarcome de Kaposi (SK).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov