Enterocolite [ Publications ]

enterocolite [ Publications ]

Publications > enterocolite

  • Le syndrome d’entérocolite induit par les protéines alimentaires (SEIPA) est une réaction allergique alimentaire trop souvent méconnue, survenant chez les petits enfants. Il se manifeste habituellement par des vomissements prolongés et/ou des diarrhées qui apparaissent généralement 1 à 4 heures après l’ingestion de l’aliment responsable. Le lait de vache et le soja sont les aliments le plus souvent impliqués, mais le SEIPA peut aussi être causé par des aliments solides (blanc d’œuf, blé, riz, poulet, poisson). Nous rapportons le cas d’une fillette de 12 mois qui se présente, déshydratée, avec des vomissements et des diarrhée apparus 2 heures après l’ingestion de poisson. Des antibiotiques sont administrés et un remplissage vasculaire est entrepris. La patiente s’améliore rapidement et le diagnostic de gastro-entérite est posé. À l’âge de 15 mois, l’enfant est, à nouveau, admise pour les mêmes symptômes, survenus approximativement 2 heures après l’ingestion de poisson. Elle reçoit le même traitement et récupère rapidement. Le diagnostic d’une allergie au poisson est posé et un régime d’exclusion est conseillé jusqu’à une évaluation approfondie. À l’âge de 31 mois, une provocation orale au poisson est réalisée. L’épreuve est positive. Les tests cutanés et les IgE spécifiques pour le poisson sont négatifs. Le diagnostic de SEIPA est établi et une éviction stricte est recommandée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une gastroentérocolite collagène.

  • Introduction La colite collagène est une cause rare de diarrhée chronique, de description relativement récente, qui soulève encore de nombreux problèmes nosologiques et diagnostiques. Observation Il s'agit d'une femme de 41 ans hospitalisée pour une diarrhée importante chez qui le diagnostic de gastroentérocolite collagène a été porté. La gastroscopie et l'iléocoloscopie étaient macroscopiquement normales, mais une bande collagène sous épithéliale de 20 à 40 μm d'épaisseur était mise en évidence sur les biopsies gastriques, duodénales et coliques. Une nutrition parentérale et un traitement par salazopyrine et prednisolone permettaient une normalisation progressive du transit. À trois mois, seule une bande collagène de la muqueuse colique de 30 μm persistait. Toutes les biopsies étagées prélevées lors d'une gastro-coloscopie de contrôle 2 ans après le diagnostic étaient histologiquement normales. Après 5 ans de suivi et en l'absence de traitement, la malade n'avait plus de diarrhée ni d'anomalie biologique. Commentaires Cette observation exceptionnelle permet de rappeler que les dépôts de collagène sous épithéliaux ne sont pas toujours limités au côlon, ce qui justifie, chez des malades ayant une colite collagène, des biopsies systématiques gastro-duodénales et de l'iléon.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'entérocolite a cytomégalovirus: une cause rare d'ischémie et d'hémorragie digestive.

  • Les infections à cytomégalovirus (CMV) sont classiques dans les cas d'immunodépression sévère. Nous rapportons un cas d'atteinte digestive isolée chez une jeune malade initialement immunocompétente. La malade présentait un état de choc secondaire à une pneumopathie d'inhalation puis une entérocolite dont l'origine restait inexpliquée pendant près de trois semaines. L'évolution était marquée par la nécessité de réaliser plusieurs gestes de résections digestive avant de parvenir au diagnostic. L'examen anatomopathologique était à l'origine du diagnostic dans le cas que nous rapportons. Le diagnostic histologique était confirmé par marquage immuno-histochimique et par la cinétique de l'antigénémie et des anticorps circulants anti-CMV. Nous insistons sur les différentes caractéristiques de cette pathologie qui peut avoir de graves conséquences si elle reste longtemps méconnue.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Présence du médiateur de l'inflammation paf-acéther dans les selles de patients atteints d'entérocolite inflammatoire.

  • Le paf-acéther (facteur activant les plaquettes, paf) est un médiateur majeur de l'inflammation. Il est libéré et agit sur la plupart des cellules inflammatoires. Il induit l'apparition de lésions inflammatoires et ulcérées sur l'ensemble du tube digestif ce qui en fait le plus puissant ulcérogène jusqu'ici décrit. Récemment, une excrétion fécale de paf a été trouvée chez des patients présentant une inflammation du réservoir iléal après anastomose iléo-anale. Ceci nous a conduit à mesurer le paf dans les selles de malades atteints d'entérocolite inflammatoire: maladie de Crohn et rectocolite ulcéro-hémorragique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les sténoses digestives post-entérocolite ulcéro-nécrosante.

  • Durant une période de 10 ans, les auteurs ont suivi l'évolution de 112 nouveau-nés traités pour entérocolite ulcéro-nécrosante primitive. Dix cas de sténose digestive ont été diagnostiqués, tout traitement initial confondu, avec un délai de 20 jours à 6 mois. Le siège de la sténose était colique chez 6 malades, iléal chez trois autres et à la fois iléal et colique chez le dernier. Le traitement de la sténose a été chirurgical chez 9 malades (6 fois une résection-anastomose, 2 fois une résection avec dérivation digestive et une fois une dérivation digestive seule). Chez un patient, le lavement baryté de contrôle a montré la disparition spontanée de la sténose. Avec un recul moyen de 5 ans, le résultat global a été jugé bon dans 7 cas et mauvais dans un cas. Deux décès ont été observés, l'un au 10

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Intolérance aux protéines du lait de vache révélée par une entérocolite ulcéro-nécrosante chez un nourrisson né à terme.

  • L'entérocolite ulcéro-nécrosante est rarement associée à une intolérance aux protéines du lait de vache. Observation. Une fille, née à terme et pesant 3 150 g, a reçu successivement différents laits à cause de vomissements et de diarrhée persistants, certains de ces laits contenaient des protéines du lait de vache. A l'âge de 5 semaines, la malade a présenté une distension abdominale aiguë et un tableau subocclusif. La laparotomie a montré une distension intestinale et une perforation du grêle nécessitant une résection avec iléostomie transitoire. L'examen histologique du segment réséqué a montré une nécrose étendue de la muqueuse et de la sous-muqueuse avec une atteinte de la musculeuse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Entérocolite nécrosante en fin de grossesse chez une femme opérée à l'âge de six mois d'une maladie de Hirschsprung.

  • L'entérocolite nécrosante est une complication rare et grave de la maladie de Hirschsprung. La grossesse est une circonstance aggravante d'une maladie de Hirschsprung méconnue ou incomplètement traitée dans l'enfance. Nous rapportons la première observation, à notre connaissance, combinant ces deux éléments : une entérocolite nécrosante en fin de grossesse chez une femme de 20 ans opérée pour maladie de Hirschsprung à l'âge de six mois. Le diagnostic de cet épisode qui a mis en jeu le pronostic vital a été retardé de 24 heures. Le traitement définitif a été une anastomose iléo-anale en trois temps.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Perforations iléales précoces sans signes d'entérocolite ulcéronécrosante : à propos de quatre cas survenus chez des prématurés

  • Une perforation iléale est survenue rapidement après la naissance chez quatre grands prématurés. Le premier signe clinique a été une distension abdominale. La radiographie a montré un pneumopéritoine. Aucun de ces enfants n'avait de signes biologiques, radiologiques ou histologiques d'entérocolite ulcéronécrosante. L'évolution a été favorable. La pathogénie de ces perforations iléales est mal définie. La littérature, relativement pauvre, ne rapporte que quelques facteurs de risque. La description de ce syndrome, relativement homogène dans nos cas, mais sans les facteurs de risque déjà décrits, nous paraît utile à connaître, compte tenu de son évolution simple.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Entérocolite ulcéronécrosante chez un nouveau-né à terme. Rôle de l'acyclovir ?

  • L'acyclovir est un analogue nucléosidique utilisé pendant la grossesse et à la naissance en traitement préventif et curatif des infections à herpes simplex virus. Nous rapportons ici le cas d'une entérocolite ulcéronécrosante précoce survenue chez un nouveau-né à terme traité par acyclovir mis en place dès la naissance. La mère avait présenté une infection herpétique génitale à herpes simplex de type 2 (HSV2) à 32 semaines d'aménorrhée (SA), survenue après une rupture prématurée des membranes à 31 SA. Elle a été traitée par acyclovir jusqu'à l'accouchement. Le rôle possible de l'acyclovir reçu par l'enfant en pré- et post-natal dans l'apparition de l'entérocolite ulcéronécrosante est discuté.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Tuberculose congénitale. A propos d'un cas révélé au décours d'une entérocolite nécrosante.

  • Nous rapportons l'observation d'un prématuré (31 semaines d'aménorrhée, 1440 g) présentant une entérocolite nécrosante et une tuberculose congénitale. Le diagnostic de cette affection rare, transmise par voie hématogène ou plus probablement par inhalation ou déglutition de liquide amniotique infecté, est porté après découverte d'une miliaire pulmonaire chez sa mère. L'enfant présente alors un mauvais état général, une pneumopathie traînante et un syndrome inflammatoire rebelle à un traitement antibiotique à large spectre. Un traitement spécifique antituberculeux permet une amélioration rapide de l'ensemble de la symptomatologie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Entérocolite compliquant une maladie de Hirschsprung diagnostiquée tardivement

  • L’entérocolite est la complication la plus grave de la maladie de Hirschsprung. Une prise en charge précoce permet une diminution de sa sévérité. La maladie de Hirschsprung est plus fréquente chez les patients atteints de trisomie 21 que dans la population générale et, de plus, les risques de développer une entérocolite y sont plus élevés. Nous rapportons l’observation d’un nourrisson porteur d’une trisomie 21 ayant présenté une entérocolite compliquant une maladie de Hirschsprung dont le diagnostic avait été fait tardivement devant un tableau de choc septique conduisant au décès de l’enfant.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Entérocolite sévère chez deux nourrissons présentant un laparoschisis

  • L’entérocolite ulcéronécrosante (Ecun) est rare chez le nouveau-né à terme ou proche du terme. Nous présentons deux cas d’Ecun survenus chez des nourrissons ayant comme seul facteur de risque un laparoschisis. Dans les deux observations, l’Ecun est survenue à distance du sevrage de la nutrition parentérale, respectivement à l’âge de 1,5 et 4,5 mois de vie. L’évolution était favorable sous traitement médical (nutrition parentérale, réalimentation progressive). La survenue de troubles digestifs à distance de la période néonatale immédiate chez un enfant présentant un laparoschisis doit faire évoquer une Ecun.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Sténoses intestinales au cours des entérocolites ulcéronécrosantes

  • Les sténoses des entérocolites ulcéronécrosantes (ECUN) s'obserent à la fois chez les nouveau-nés traités chirurgicalement pour perforation et chez les patients traités médicalement, l'occlusion étant alors révélatrice. En raison des risques de perforation à distance et de septicémie, il para't intéressant de dṕrister ces sténoses par un laverment opaque avant toute alimentation. L'objectif de ce travail est de comparer les délais, les caractéristiques cliniques et anatomopathologiques des cas chirurgicaux et des cas médicaux, d'une part révélées par une occlusion et, d'autre part, par une opactification systématique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Entérocolite aiguë nécrosante au cours d'un traitement prolongé par neuroleptiques.

  • Un patient de 32 ans, traité par phénothiazine pour une psychose ancienne, a eu une entérocolite aiguë ayant nécessité une colectomie totale, en urgence. L'hypothèse de la responsabilité des neuroleptiques a été confortée par l'absence d'autre prise médicamenteuse et par les données histologiques associant une nécrose diffuse de la muqueuse digestive sans obstacle intraluminal, avec intégrité des vaisseaux mésentériques. L'évolution a finalement été favorable au prix d'une lourde sanction chirurgicale et d'une longue prise en charge en réanimation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Entérocolites chroniques idiopathiques et grossesse. Répercussions mutuelles et traitement.

  • A la suite d'une étude rétrospective qui collige 23 grossesses compliquées de rectocolite hémorragique ou de maladie de Crohn, les auteurs tentent de définir, à partir d'une revue de la littérature, la répercussion de ces maladies sur la fertilité et sur la grossesse, les effets de la grossesse sur ces maladies, et les traitements qui leur sont opposables durant la gestation. Dans l'état actuel des connaissances la fertilité des patients est subnormale en cas de maladie de Crohn, et conservée en cas de rectocolite hémorragique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Syndrome d’entérocolite induite par les protéines alimentaires (SEIPA) : à propos d’une observation de diarrhée avec choc hypovolémique et méthémoglobinémie

  • Nous rapportons l’observation d’un jeune nourrisson qui a présenté une diarrhée traînante qui s’est aggravée et compliquée d’un choc hypovolémique avec méthémoglobinémie (MHG). Cette observation permet de rappeler et de discuter les principales caractéristiques du syndrome d’entérocolite induite par les protéines alimentaires (SEIPA). Ce syndrome fait partie des allergies aux protéines de mécanisme non réaginique impliquant le

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Place de l'examen anatomo-pathologique dans le diagnostic des entérocolites compliquées à Yersinia pseudo-tuberculosis.

  • 3 cas. L'importance d'une orientation diagnostique précise à partir des considérations peropératoires topographiques, puis histologiques et a fortiori sérologiques est d'autant plus grande que les infections à Yersinia pseudotuberculosis exposent à des complications graves (abcès, perforations) dont la fréquence quoique faible tend à être sous-estimée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La fistule digestive : une complication inhabituelle de l’entérocolite ulcéronécrosante du nouveau-né prématuré

  • La fistule digestive est une complication rare de l’entérocolite ulcéronécrosante (ECUN), classiquement associée à une sténose digestive concomitante. Nous rapportons le cas d’un nouveau-né prématuré ayant présenté un tableau d’ECUN sévère compliquée d’une fistule iléosigmoïdienne isolée, traitée chirurgicalement, et associée dans un 2

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Entérocolites médicamenteuses

  • Les entéropathies d’origine médicamenteuse sont des pathologies fréquentes mais souvent méconnues par les cliniciens et les pathologistes. Les signes cliniques et les lésions endoscopiques et histologiques sont habituellement peu spécifiques en dehors de cas particuliers et l’entérocolite médicamenteuse demeure le plus souvent un diagnostic d’élimination. Nous détaillons dans cet article les caractéristiques anatomo-pathologiques et étiologiques des différentes entérocolites médicamenteuses actuellement identifiées.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Fréquence accrue et difficultés diagnostiques des sténoses intestinales après entérocolite ulcéronécrosante

  • La fréquence de la sténose digestive est passée en 10 ans de 15 à 57 % chez les nouveaunés (NN) présentant une entérocolite ulcéronécrosante (ECUN) dans notre unité. Le but de ce travail est de souligner les difficultés diagnostiques et thérapeutiques et d'étudier les facteurs susceptibles d'expliquer cette augmentation.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov