Enophtalmie [ Publications ]

enophtalmie [ Publications ]

Publications > enophtalmie

  • Illustrée par 5 cas cliniques, les auteurs proposent une revue de la littérature faisant la synthèse des connaissances actuelles sur l'énophtalmie post-traumatique (EPT). La prise en charge des 5 patients est exposée, et les résultats à long terme sont évalués. Après définition clinique de l'EPT, sa physiopathologie est expliquée, en insistant sur le rôle de la méga-orbite post-traumatique et sur celui de l'atteinte postérieure des parois médiale et inférieure. Le rôle des parties molles intra-orbitaires est souligné, avec les rétractions de la périorbite et des annexes orbitaires. Le bilan pré-thérapeutique est capital avec notamment examen clinique ophtalmologique exhaustif si possible et surtout tomodensitométrie orbitaire : celle-ci analyse qualitativement et quantitativement (mesure volumétrique) la déformation. Les auteurs présentent leurs orientations thérapeutiques en insistant, à l'instar des publications actuelles, sur le rôle de la correction de la mégaorbite post-traumatique par l'apport des greffons osseux, essentiellement calvariaux. Dans certains cas, à cet apport volumique peuvent être associées des ostéotomies orbito-malaires, totales ou partielles selon les cas. Enfin, les auteurs insistent sur l'importance de la précocité de la prise en charge de l'EPT que ce soit «prophylactiquement», immédiatement après le traumatisme, ou au stade de séquelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le silent sinus syndrome : une cause rare d'énophtalmie.

  • Introduction : Les causes d'énophtalmies spontanées, sans facteur traumatique, chirurgical ou maladie de système, sont rares. Il existe dans ce cadre nosologique une entité particulière appelée « silent sinus syndrome » dans la littérature anglo-saxonne. Il s'agit du retentissement à long terme d'une hypoventilation du sinus maxillaire responsable d'une attraction des parois sinusiennes. Il en résulte un affaissement du plancher de l'orbite responsable de l'énophtalmie. Cas clinique: Nous rapportons le cas d'une femme de 29 ans, présentant depuis 2 mois une énophtalmie gauche spontanée, associée à des douleurs de type sinusien. L'examen clinique dévoile une diplopie horizontale dans le regard latéral gauche. L'imagerie tomodensitométrique permet de mettre en évidence une sinusite maxillaire homolatérale avec attraction caractéristique des parois sinusiennes. Le drainage de la collection sinusienne par méatotomie inférieure entraîne la résolution des douleurs. L'énophtalmie et la diplopie sont stabilisées. Conclusion: Après avoir éliminé les causes orbitaires d'énophtalmies, il faut rechercher des causes loco-régionales notamment sinusiennes pauci-symptomatiques comme le « silent sinus syndrome ». La reconnaissance de ce syndrome permet de stopper l'évolution de l'énophtalmie par une reperméabilisation du sinus maxillaire. Une reconstruction chirurgicale du plancher de l'orbite peut être proposée pour corriger les anomalies oculomotrices et esthétiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Varice orbitaire survenant avec énophtalmie. À propos d’un cas

  • Les varices orbitaires sont des anomalies vasculaires, représentant 2 % des tumeurs orbitaires. Ils se révèlent en général par l’apparition d’une exophtalmie intermittente ou par une hémorragie orbitale. Nous rapportons un cas clinique d’un homme, âgé de 23 ans, admis pour une rétraction du globe de l’œil gauche. L’examen ophtalmologique était sans particularité, excepté une énophtalmie de 3 mm mesurée à l’aide l’exophtalmomètre de Hertel et une exophtalmie intermittente observée lors de manœuvre de Valsalva. L’imagerie mit en évidence une masse orbitaire d’allure vasculaire. L’artériographie carotidienne montrait une tumeur avec des éléments vasculaires évoquant une varice orbitaire. L’écho-doppler couleur révéla une masse anéchogène, de volume augmentant lors de manœuvre de Valsalva. En présence de ces données, le diagnostic de varice orbitaire fut posé. Une attitude conservatrice fut choisie en raison d’absence des complications comme une exorbitisme avec exposition cornéenne, une compression du nerf optique ou un préjudice esthétique important. Le développement d’une énophtalmie, comme nous avons observé, est rare, lors de la progression clinique de ces tumeurs.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Enophtalmie acquise associée à une hypoplasie du sinus maxillaire et à une sinusite maxillaire chronique asymptomatique.

  • Cas : Nous présentons le cas d'une jeune femme avec énophtalmie progressive et hypoplasie du sinus maxillaire avec signes radiologiques de sinusite maxillaire. Il n'y avait pas d'antécédents de chirurgie du sinus ni de traumatisme facial et il n'y avait aucun symptôme relevant de sinusite. Nous proposons une chirurgie fonctionnelle du sinus maxillaire, par endoscopie, en vue de rétablir la communication entre le sinus maxillaire et la fosse nasale. Discussion : L'aspect particulier de la maladie asymptomatique du sinus maxillaire ainsi que les causes d'hypoplasie du sinus maxillaire avec énophtalmie sont discutés. L'obstruction du complexe ostéoméatal moyen est dans ce cas précis responsable d'une pression négative dans le sinus maxillaire provoquant des remaniements osseux. Ces remaniements osseux sont à leur tour à l'origine de l'hypoplasie maxillaire et de l'énophtalmie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov