Endometrite [ Publications ]

endometrite [ Publications ]

Publications > endometrite

  • Les infections endométriales à virus Herpes simplex sont rares, moins de dix cas ayant été rapportés dans la littérature. La relation entre les endométrites herpétiques et les avortements n'est pas résolue. Nous présentons et discutons deux cas d'avortements, dont l'examen histologique du matériel de curetage a montré des inclusions intranucléaires, évoquant une infection herpétique. Ces inclusions ont été positivement marquées à l'examen immunohistochimique utilisant des anticorps polyclonaux anti-herpès. Il en a été de même avec l'hybridation in situ avec des sondes biotinylées. L'accumulation de la biotine dans les cellules endométriales de la femme enceinte entache cependant la valeur de tels résultats dans un examen post-abortum. En effet, l'interaction entre la biotine endogène, intranucléaire et le complexe avidine-biotine-peroxydase peut expliquer la positivité des contrôles effectués sans anticorps anti-herpès. De même, les sondes biotinylées expliqueraient le faux marquage de l'hybridation in situ. Nous en déduisons que, chez les femmes enceintes, le diagnostic d'endométrite herpétique nécessite des précautions méthodologiques qui permettent d'éviter certains pièges dus à la biotine endogène.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Endométrite tuberculeuse post-ménopausique simulant un cancer de l'endomètre: à propos d'un cas.

  • La tuberculose génitale est une affection rare dans les pays développés mais reste fréquente dans notre pays malgré la généralisation de la vaccination et la codification du traitement anti-bacillaire. La tuberculose génitale féminine est caractérisée par la fréquence des formes latentes inapparentes. Le mode de contamination est dominé par la voie hématogène provenant d’un autre foyer, avec une atteinte initiale des trompes réalisant un tableau de salpingite à partir de laquelle l’infection progresse vers les autres organes génitaux. Des cas exceptionnels sont rapportés durant la ménopause, ils sont le plus souvent secondaires à d’autres localisations extra-génitales, avec une grande latence entre le foyer initial souvent pulmonaire et la localisation génitale. Notre travail porte sur l’observation d’une patiente de 60 ans, suivie pour cancer du sein traité puis fut mise sous tamoxifène depuis 4 ans. Dans le cadre de son bilan de surveillance une échographie pelvienne de control a été réalisée, objectivant une collection intra-utérine et chez qui l’examen direct bactériologique après évacuation a objectivé une infection à

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Endométrite chronique pseudolymphomateuse

  • L’endométrite chronique est une pathologie rare, caractérisée par la présence microscopique d’un infiltrat lymphoplasmocytaire de l’endomètre. Cet infiltrat peut être très intense et en imposer pour un lymphome utérin. Nous rapportons deux cas d’endométrite chronique pseudolymphomateuse chez des patientes ménopausées de 79 et 89 ans, souffrant de leucorrhées abondantes. L’échographie endovaginale révélait dans les deux cas une lésion endocavitaire. Histologiquement, l’infiltrat, à prédominance plasmocytaire, détruisait les glandes endométriales et infiltrait le myomètre superficiel dans le premier cas. L’étude immunohistochimique a montré une population lymphocytaire polymorphe à prédominance T. L’étude de la clonalité de la population lymphoïde B a écarté le diagnostic de lymphome de type MALT dans la première observation. Nous discutons les facteurs étiologiques des endométrites chroniques. La pathologie inflammatoire pseudolymphomateuse du tractus génital féminin doit être distinguée, même sur un matériel biopsique, des rares cas de lymphomes primitifs de l’utérus.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Isolement de Chlamydia trachomatis dans l'endomètre et endométrite. A propos d'une série de 42 patientes.

  • La plupart des études se sont intéressées à l'isolement de Chlamydia trachomatis (CT) au niveau de l'endocol d'une part, des annexes d'autre part et à son rapport avec la pathologie infectieuse du haut appareil génital. Notre travail a concerné l'endomètre. 42 femmes ont été colligées: 22 présentaient une annexite (groupe I), 14 étaient soit suspectes d'endométrite, soit à risque d'infection à CT, ou avaient une cervicite (groupe II), 6 constituaient le groupe témoin (groupe III). L'infection endométriale à CT a engendré des lésions d'endométrite retardées qui persistent malgré l'antibiothérapie adaptée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Endométrite tuberculeuse: à propos d'un cas et revue de la littérature.

  • La tuberculose constitue encore un problème de santé préoccupant, aussi bien dans les pays en voie de développement que dans les pays développés, en partie du fait de l’éclosion de l’épidémie mondiale de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine. Dans sa localisation génitale assez rare (6-10% des localisations tuberculeuses), la tuberculose pose des problèmes diagnostiques. Les symptômes communément rencontrés sont non spécifiques, ce qui contribue au retard thérapeutique et majore le risque d’infertilité qui reste la séquelle quasi inéluctable. A travers une observation d’endométrite tuberculeuse et une revue de la littérature nous étudions les aspects épidémio-cliniques, thérapeutiques et pronostiques de cette localisation tuberculeuse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Une endométrite peu banale

  • Nous rapportons ici le cas d’une pyométrie, sans facteur de risque individualisé, à l’origine d’un choc septique. L’évolution a été favorable après hystérectomie totale non conservatrice. Les pyométries sont une pathologie rare touchant essentiellement la femme âgée. Elles surviennent principalement après manœuvre intra utérine ou dans le cadre d’une néoplasie. Le pronostic de ces pathologies reste réservé en cas de retard de prise en charge.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Etude rétrospective de l'endométrite post-césarienne. 1992-1993, Hôpital Notre-Dame, Montréal, Canada.

  • Objectif de l'étude. Trouver s'il existe certaines variables qui représentent un facteur de risque pour l'endoimétrie après césarienne. Modalités de l'étude. Révision de toutes les césariennes effectuées à l'hôpital Notre-Dame (Montréal, Canada) du 1

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Endométrite histiocytaire. A propos de deux cas.

  • Deux observations exceptionnelles d'endométrie histiocytaire massive sont rapportées chez des patientes de 68 ans et 82 ans. L'une d'elle est associée à un carcinome endométrioïde étendu et comporte aussi des massifs histiocytaires intramyométriaux.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov