Encephalopathie spongiforme bovine [ Publications ]

encephalopathie spongiforme bovine [ Publications ]

Publications > encephalopathie spongiforme bovine

  • L’appréciation des risques liés à l’émergence dans les années 1980 de l’encéphalopathie spongiforme bovine a été considérablement modifiée avec l’apparition du variant de la maladie Creutzfeldt-Jakob chez l’homme, ces deux maladies étant manifestement causées par le même agent infectieux. Les progrès réalisés dans les tests de dépistage de la maladie bovine fondés sur la mise en évidence de la protéine prion anormale ont permis d’amplifier de façon considérable la surveillance de cette maladie. Ceci a révélé une prévalence de l’infection plus élevée que celle qui était suspectée. Cependant les mesures de contrôle de l’alimentation paraissent de nature à permettre à terme l’éradication de la maladie bovine, et montrent d’ores et déjà des résultats très importants en particulier au Royaume-Uni. Les possibilités diagnostiques restent cependant très limitées chez les bovins en l’absence de toute possibilité de diagnostic du vivant de l’animal et au cours de la longue période d’incubation. L’identification de la transmission de l’agent infectieux à d’autres espèces humaines ou animales constitue également un enjeu majeur, la reconnaissance de cet agent infectieux ne pouvant être assurée que par des expériences de transmission de la maladie à la souris. Ces questions se posent aussi bien en médecine vétérinaire, avec l’éventualité d’une infection par l’agent bovin des petits ruminants, que chez l’homme, où l’apparition de formes moins aisément identifiables que le variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob ne peuvent être exclues.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'encéphalopathie spongiforme bovine et la tremblante naturelle.

  • La Tremblante du Mouton et de la Chèvre et l'Encéphalopathie Spongiforme Bovine sont des maladies neurodégénératives qui appartiennent au groupe des encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles. Elles sont dues à des agents transmissibles non conventionnels qui pourraient être purement protéiques (maladies à prions). La tremblante est une maladie enzootique de répartition mondiale, connue depuis plus de deux siècles. Elle présente une certaine diversité clinique, lésionnelle et physiopathologique liée à l'existence de nombreuses souches d'agent causal et à des facteurs génétiques de l'hôte. Il n'a jamais été démontré de lien entre cette maladie et les encéphalopathies spongiformes transmissibles humaines. L'encéphalopathie spongiforme bovine se présente comme une maladie d'apparition récente, liée à une contamination orale par des farines de viande et d'os produites au Royaume Uni, où l'agent causal a été sélectionné et massivement amplifié. Cette maladie présente un caractère très homogène (une seule souche connue, pas ou peu de facteurs de sensibilité génétique). Elle est plus facilement transmissible par voie orale que les autres ESST. Elle est probablement liée à l'apparition d'une nouvelle forme de maladie de Creutzfeldt-Jakob. Son éradication est en cours mais subsiste la question d'éventuels variants de cette maladie et de sa possible transmission aux petits ruminants.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L'encéphalopathie spongiforme bovine.

  • Une nouvelle affection du groupe des encéphalopathies spongiformes sub-aiguës transmissibles (ESST) est apparue en 1986 dans l'espèce bovine et a principalement touché la Grande-Bretagne, où plus de 100 000 cas ont été identifiés à ce jour. Cet article décrit les critères ayant permis de démontrer l'appartenance de cette nouvelle maladie à ce groupe particulier d'affections ainsi que les hypothèses actuellement envisagées concernant les origines de son apparition, en Grande-Bretagne et dans les autres pays dans lesquels elle a été reconnue. Enfin, les risques de son évolution dans l'espèce bovine ainsi que de sa transmission à d'autres espèces animales ou à l'homme, sont discutés à la lueur des données expérimentales actuellement connues.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov