Emetiques [ Publications ]

emetiques [ Publications ]

Publications > emetiques

  • Afin d’établir un état des lieux de la prise en charge des nausées et vomissements chimio-induits (NVCI), la commission technique anticancéreux (COTECH) de l’OMEDIT d’Auvergne a mis en place une évaluation des pratiques professionnelles (EPP) sur les prescriptions d’antiémétiques en oncologie, hors protocoles de pédiatrie et d’induction de greffe en hématologie. L’EPP régionale est réalisée de novembre 2013 à janvier 2014 sur 14 établissements de santé. Les prescriptions sont comparées au référentiel antiémétique régional basé sur les recommandations MASCC. Sur 346 prescriptions analysées, sont observées respectivement 81 % et 42 % de conformité pour les prises en charge des NVCI en phase aiguë et retardée pour les chimiothérapies hautement émétisantes (HE), 86 % et 35 % pour les modérément émétisantes (ME), 66 % et 85 % pour les faiblement émétisantes (FE). Ces résultats mettent en évidence des lacunes dans le suivi des référentiels, notamment dans la prise en charge des NVCI en phase retardée pour les protocoles HE et ME. La sous-prescription d’anti-NK1 dans les protocoles HE, la sous-prescription de corticoïde tout protocole confondu et la sur-prescription de sétron en phase retardée sont les trois axes d’amélioration prioritaires retenus par le COTECH.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Efficacité insuffisante de l'utilisation d'un seul comprimé de 8 mg d'ondansétron dans la prévention des troubles émétiques induits par une chimiothérapie de type FEC.

  • Cette étude a porté sur 89 malades traitées pour cancer du sein par une chimiothérapie moyennement émétisante de type FEC (5-fluorouracile, épirubicine, cyclophosphamide). Le but était d'évaluer l'efficacité antiémétique d'une prise unique d'un comprimé d'ondansetron (OND), puis en cas d'échec, d'évaluer le taux de rattrapage par la forme injectable. Un comprimé de 8 mg d'OND a été administré avant la première cure. Un contrôle précoce complet ou majeur sur les épisodes émétiques (0 à 2 épisodes) durant les 24 premières heures a été obtenu chez 55 patientes (62%), un contrôle précoce complet ou majeur sur les nausées (absentes ou mineures) chez 46 patientes (52%).

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Utilisation des antiémétiques par le praticien.

  • Les nausées sont un symptôme retrouvé fréquemment en consultation chez les patients atteints de maladies chroniques et/ou traités par certains médicaments. L’absence de spécificité des nausées doit faire ouvrir un large diagnostic différentiel à explorer. Le mécanisme physiopathologique fait intervenir de nombreux neurotransmetteurs, que 5 familles d’antiémétiques antagonisent (antisérotoninergiques, antidopaminergiques, antagonistes du récepteur NK-1, antihistaminiques, anticholinergiques). Les glucocorticoïdes et les benzodiazépines sont également utilisés pour traiter certains types de nausées. Le choix du traitement le plus adéquat amène une amélioration de la qualité de vie et une meilleure compliance thérapeutique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Méthodologie de l'évaluation des antiémétiques.

  • La prévention des nausées et vomissements chimio-induits a fait l'objet depuis quelques années de nombreuses études cliniques. Ceci est dû en grande partie à l'arrivée de nouvelles drogues efficaces représentées par les antagonistes aux récepteurs 5-HT

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov