Embolie pulmonaire [ Niveau Expert ]

embolie pulmonaire [ Niveau Expert ]

Expert > embolie pulmonaire

  • Introduction: La stratégie diagnostique de l\ EP au cours de la grossesse est incertaine du fait du manque d\ études solides d\ un point de vue méthodologique, et du risque lié à l\ irradiation des examens diagnostiques (angioscanner thoracique et scintigraphie pulmonaire). L\ enjeu est donc de valider des stratégies performantes d\ une part, et d\ identifier des marqueurs cliniques permettant de réduire le recours aux examens irradiants d\ autre part. Notre premier objectif a été d\ identifier les pièges au cours de la stratégie diagnostique de l\ EP (baisse de la performance du dosage des D\u2010dimères, des scores de probabilité clinique et de l\ imagerie) au cours de la grossesse. Le deuxième objectif a été de comparer les performances diagnostiques et les risques des deux examens d\ imagerie de référence que constituent la scintigraphie pulmonaire et l\ angioscanner thoracique. Le troisième objectif a été de valider une stratégie diagnostique permettant une réduction du recours aux examens irradiants (ajustement du taux de D-dimères sur la probabilité clinique). Le dernier objectif a été de mettre en place un programme de recherche centré sur le poids des antécédents familiaux de MVTE, paramètre lui aussi susceptible de réduire le recours aux examens paracliniques. Conclusion : Au terme de ces analyses, nous avons développé un programme de validation d\ une stratégie diagnostique de l\ EP chez la femme enceinte , en outre, l\ identification d\ un ajustement du taux de D\u2010dimères sur la probabilité clinique ainsi que, en termes de perspective, sur les antécédents familiaux de MVTE a le potentiel de conduire à des stratégies diagnostiques moins irradiantes et plus performantes chez les femmes enceintes ayant une suspicion d\ EP.

  • Source : theses.fr

Evolution des techniques d imagerie dans le diagnostic de l embolie pulmonaire

  • Les stratégies diagnostiques modernes de l embolie pulmonaire se basent sur l utilisation séquentielle de la probabilité clinique, des D-dimères et si nécessaire d une imagerie thoracique. L angioscanner représente actuellement la modalité d imagerie de choix. Cependant, l utilisation à large échelle de l angio-scanner soulève des inquiétudes concernant l irradiation et le surdiagnostic qui ont ouvert la voie de la recherche de nouvelles modalités d imagerie. La tomoscintigraphie par émission monophotonique (TEMP) ou single photon emission computed tomography (SPECT) de ventilationu2009/u2009perfusion (Vu2009/u2009P) semble être un test aussi performant que l angio-scanner, et pourrait représenter une alternative. Des études prospectives sont néanmoins nécessaires avant d envisager son implémentation dans la pratique quotidienneLes stratégies diagnostiques modernes de l embolie pulmonaire se basent sur l utilisation séquentielle de la probabilité clinique, des D-dimères et si nécessaire d une imagerie thoracique. L angioscanner représente actuellement la modalité d imagerie de choix. Cependant, l utilisation à large échelle de l angio-scanner soulève des inquiétudes concernant l irradiation et le surdiagnostic qui ont ouvert la voie de la recherche de nouvelles modalités d imagerie. La tomoscintigraphie par émission monophotonique (TEMP) ou single photon emission computed tomography (SPECT) de ventilationu2009/u2009perfusion (Vu2009/u2009P) semble être un test aussi performant que l angio-scanner, et pourrait représenter une alternative. Des études prospectives sont néanmoins nécessaires avant d envisager son implémentation dans la pratique quotidienne

  • Source : revmed.ch

LOVENOX® (énoxaparine sodique) : mise à jour de l expression du dosage, de sa posologie dans le traitement de la thrombose veineuse profonde (TVP), et de l embolie pulmonaire (EP) et de son utilisation en cas d insuffisance rénale sévère - Lettre aux professionnels de santé - Information destinée aux médecins généralistes, chirurgiens toutes spécialités, aux médecins spécialistes en médecine interne, en cardiologie, en hématologie, en anesthésie, aux pharmaciens et aux infirmiers

  • Les informations en lien avec l utilisation des spécialités contenant de l enoxaparine sodique ont été harmonisées entre tous les pays européens.nNotamment :n- La concentration en enoxaparine sodique doit être exprimée en unités internationales (UI) et en milligrammes (mg).n- Deux schémas posologiques sont proposés dans le traitement de la thrombose veineuse profonde (TVP) et de l embolie pulmonaire (EP) selon le risque de récidive thromboemboliquen- La contre-indication en cas d'insuffisance rénale sévère a été supprimée :n >

  • Source : ansm.sante.fr

Algorithme YEARS pour éviter, sans risque majoré, l angioTDM dans le diagnostic initial de l embolie pulmonaire ?

  • Question cliniquenL algorithme YEARS, basé sur le dosage des D-dimères et des éléments cliniques simples, est-il un outil rapide, compatible avec la clinique et utile pour réduire le nombre d angioTDM dans le diagnostic initial d une embolie pulmonaire ?nPour la pratiquenL étude va dans le sens des recommandations les plus récentes tant européennes de l ESC (European Society of Cardiology) qu américaines de l ACP (American College of Physicians). Celles-ci proposent, en cas de suspicion d embolie pulmonaire non massive, le recours en première intention aux scores de prédiction clinique et, en cas de probabilité faible ou intermédiaire, au dosage des D-dimères. L algorithme YEARS est un raffinement surtout utile pour les cliniciens adeptes du score de Wells.nConclusionnL utilisation de l algorithme YEARS utilisant trois variables du score de Wells (des signes cliniques de thrombose veineuse profonde, l hémoptysie et la présomption d être le diagnostic le plus probable) et le taux de D-dimères permet, pour le praticien ayant la même perception de la probabilité clinique de l embolie pulmonaire que les auteurs de l étude, une réduction significative du nombre d angioTDM à réaliser, sans risque supplémentaire à 3 mois pour le patient versus un algorithme plus complet. Cette économie réduit les risques liés à l irradiation et à l injection de produits de contraste iodés de cet examen radiologique complémentaire...

  • Source : minerva-ebm.be

LIXIANA MTEV (edoxaban), anticoagulant par voie orale - Pas d avantage clinique démontré par rapport aux autres anticoagulants oraux dans le traitement de la thrombose veineuse profonde et de l embolie pulmonaire et la prévention de leur récidive

  • LIXIANA (30 mg et 60 mg) a l AMM dans le traitement de la thrombose veineuse profonde (TVP), de l embolie pulmonaire (EP) et dans la prévention de leur récidive.n Le dosage à 15 mg est réservé au cours du relais d un traitement de LIXIANA par AVK.n Il est indiqué en relais d un traitement par héparine.n L efficacité de l héparine/edoxaban a été non-inférieure à celle de l héparine/warfarine à 12 mois, avec un risque hémorragique qui semble similaire.n Les données sont limitées chez les patients âgés de plus de 75 ans, les insuffisants rénaux et les patients de faible poids corporel.n On ne dispose ni d un moyen de surveillance de son degré d anticoagulation, ni d un antidote en cas de nécessité d interruption rapide de l effet anticoagulant...

  • Source : has-sante.fr

D-dimères et suspicion d embolie pulmonaire : seuil adapté à l âge

  • Le dosage des D-dimères plasmatiques est la première étape de la stratégie diagnostique en cas de suspicion d embolie pulmonaire avec une probabilité clinique non haute. Une valeur seuil fixée à 500 µg/l a longtemps servi de référence. En raison de la faible spécificité des D-dimères, cette stratégie comporte un nombre de faux positifs élevé nécessitant le recours à une imagerie par scanner injecté chez environ deux tiers des patients. De plus, la spécificité du test diminue avec l âge, ne permettant d écarter le diagnostic d EP que chez 5% des patients de plus de 80 ans. Un seuil adapté à l âge, selon la formule (seuil de D-dimères = âge x 10 au-delà de 50 ans), permet d augmenter la spécificité du test, sans diminution significative de sa sensibilité, et de réduire le recours aux examens supplémentaires. Cette nouvelle valeur seuil a été l objet d une validation extensive confirmée récemment par une étude d implémentation.

  • Source : revmed.ch

Diagnostic de l embolie pulmonaire chez la femme enceinte : comment faire ?

  • Aucune stratégie diagnostique de l embolie pulmonaire (EP) n est actuellement basée sur des preuves solides et unanimement acceptées pendant la grossesse. Les scores cliniques ne sont pas validés. Le rendement diagnostique des examens non irradiants, bien que recommandés en première ligne, est faible : les D-dimères sont plus rarement négatifs chez la femme enceinte et l échographie veineuse des membres inférieurs est peu sensible. Les examens irradiants (scintigraphie de ventilation-perfusion et angioscanner thoracique) ont un rendement diagnostique équivalent (plus de 90% des cas). Mais ils augmentent tous deux le risque de cancer : de tout cancer durant l enfance pour le fœtus (scintigraphie), et de cancer du sein pour la mère (angioscanner). Le diagnostic d EP chez la femme enceinte ayant un impact majeur, il doit toutefois être posé avec certitude.

  • Source : revmed.ch

Recommandations européennes concernant le diagnostic de l'embolie pulmonaire

  • Cet article résume la place de l imagerie et desntests de laboratoire dans le diagnostic de l embolie pulmonairenselon les recommandations récentes de la Société Européennende Cardiologie. En cas d instabilité hémodynamique,nla démonstration d une dysfonction/surcharge ventriculairendroite sévère à l échocardiographie justifie un traitement denreperfusion en urgence. En cas de stabilité hémodynamiquenet de faible probabilité d embolie pulmonaire, une augmentationnsignificative des D-dimères justifie, en seconde intention,nla réalisation d un angioscanner thoracique. En cas de hautenprobabilité clinique d embolie pulmonaire, l angioscannernthoracique spiralé devient l examen de première intention. Lanscintigraphie de ventilation-perfusion est une option valablenpour les patients ayant une contre-indication à l angioscannernthoracique.

  • Source : rmlg.ulg.ac.be

Alternative(s) à la scintigraphie de perfusion en cas de suspicion d embolie pulmonaire non massive chez la femme enceinte dans l hypothèse d une pénurie complète en technétium-99m

  • ObjectifnnEn raison de plusieurs épisodes de pénurie mondiale d approvisionnement en technétium 99m (Tc99m), radioélément nécessaire à la réalisation de la scintigraphie pulmonaire de perfusion en cas de suspicion d embolie pulmonaire (EP) non massive, la Direction générale de la santé (DGS) a demandé à la HAS de déterminer si, en situation de pénurie complète pour cet isotope, un (ou plusieurs) examen(s) pourrai(en)t se substituer à elle sans perte de chance chez la femme enceinte.

  • Source : has-sante.fr

Embolie pulmonaire : place des scores diagnostiques et pronostiques

  • Plusieurs scores diagnostiques et pronostiques de l'embolie pulmonaire ont été développés au cours des dernières années. L'évaluation de la probabilité clinique reste la base de tout algorithme diagnostique et l'utilisation d'un score facilite cette étape qui permet ensuite d'identifier les patients pour lesquels le diagnostic peut être écarté à l'aide d'un dosage des D-dimères en fonction de la sensibilité du test utilisé. Ces scores définissent aussi les patients qui doivent être anticoagulés pendant la démarche diagnostique, dans l'attente des résultats des tests. Des scores pronostiques ont également été proposés dans le but de stratifier le risque en vue d'orienter l'approche thérapeutique : traitement ambulatoire ou hospitalier, traitement anticoagulant seul ou thrombolyse ou embolectomie chirurgicale ou par voie endovasculaire.

  • Source : revmed.ch

Thérapie thrombolytique pour l'embolie pulmonaire

  • Une embolie pulmonaire correspond à l'obstruction de l'artère principale des poumons par un caillot de sang, ce qui mène à une augmentation des efforts requis par le côté droit du cœur et qui affecte la circulation sanguine. L'issue est potentiellement fatale. Les patients atteints d'une embolie pulmonaire présentent également un risque qu'une nouvelle embolie se forme (récidive). Dans le cas d'une embolie pulmonaire massive, le traitement pour restaurer le débit sanguin est nécessaire en urgence. L'héparine fluidifie le sang, mais les nouveaux médicaments qui dégradent les caillots (les thrombolytiques) peuvent agir plus rapidement et être plus efficaces. Ces nouveaux médicaments incluent la streptokinase, l'urokinase et l'activateur tissulaire du plasminogène recombinant. La principale complication de ces traitements est l'hémorragie.

  • Source : cochrane.org

XARELTO 15 mg + 20 mg comprimé - Code CIP : 3400930078853 - Mise à disposition d'une présentation avec un kit d instauration de traitement correspondant aux 4 premières semaines de traitement d une thrombose veineuse profonde ou d une embolie pulmonaire

  • Le service médical rendu par XARELTO 15 mg + 20 mg, comprimé pelliculé (kit d instauration) est important dans l indication « Traitement des thromboses veineuses profondes (TVP) et des embolies pulmonaires (EP), et prévention des récidives sous forme de TVP et d EP chez l adulte ». Cette spécialité est un complément de gamme qui n apporte pas d amélioration du service médical rendu (ASMR V) par rapport aux présentations déjà inscrites...

  • Source : has-sante.fr

Les scores diagnostiques pour l embolie pulmonaire et les scores d exclusion de l embolie pulmonaire

  • Plusieurs scores cliniques pour le diagnostic d embolie pulmonaire (EP) ont été publiés. Les plus populaires sont ceux de Wells et de Genève révisé, dont des versions simplifiées existent, qui ont été validées. L un et l autre de ces scores ont des propriétés équivalentes, à l exception d un élément dans le score de Wells qui ressort du jugement clinique. Ces mêmes scores ont été, en combinaison avec les D-dimères (DD), utilisés pour exclure le diagnostic d EP. Une amélioration importante dans ce processus est récemment intervenue avec l introduction d un seuil des DD ajusté à l âge des sujets de plus de 50 ans.

  • Source : revmed.ch

Scores pronostiques pour l embolie pulmonaire

  • Neuf scores pronostiques pour l embolie pulmonaire (EP), publiés entre 2000 et 2014 sur la base d études rétrospectives et prospectives, sont analysés et comparés entre eux. Ils ont pour la plupart l objectif d identifier les cas d EP à faible risque, pour permettre un traitement ambulatoire. Des différences importantes pour les issues considérées : mortalité globale, mortalité due à l EP, autres complications, taille du groupe des patients à faible risque, existent entre ces scores. Le score le plus utilisé est le PESI, dont il a été tiré une version simplifiée. Peu d études de qualité ont testé prospectivement l applicabilité de ces scores dans la prise en charge ambulatoire de patients avec EP, qui apparaît pourtant entrer progressivement dans la pratique.

  • Source : revmed.ch

Biomarqueurs cardiaques et embolie pulmonaire : stratification pronostique

  • Chez les patients hémodynamiquement stables mais ayant une dysfonction ventriculaire droite, la mortalité de l'embolie pulmonaire (EP) peut avoisiner les 10%. En revanche, en l'absence de toutes répercussions hémodynamique et cardiaque, l'évolution clinique est bénigne et un traitement ambulatoire envisageable. Dès lors, il est essentiel de développer des outils permettant de stratifier le risque des patients dès leur admission afin d'améliorer l'efficience de leur prise en charge. Cet article discute plus particulièrement le rôle que certains biomarqueurs cardiaques, notamment les peptides natriurétiques et la troponine, pourraient jouer dans l'appréciation du pronostic et de la gravité de l'embolie pulmonaire au moment du diagnostic.

  • Source : revmed.ch

Recherche de d-dimères pour exclure l embolie pulmonaire chez les patients ambulatoires des hôpitaux et des unités d urgences

  • ObjectifsnnÉtudier si le test de d-dimères peut écarter un diagnostic d embolie pulmonaire aiguë chez les patients traités à l hôpital en soins ambulatoires et dans les unités d accidentés et d urgences, dont la probabilité d embolie pulmonaire a été déterminée avant le test suivant une règle de prédiction clinique, en évaluant la précision du test selon des estimations de sensibilité et de spécificité. Cette revue se concentre sur les patients qui n ont pas déjà un traitement anticoagulant établi au moment du recrutement dans l étude.

  • Source : cochrane.org

Utilité d'une anticoagulation avant le diagnostic définitif d'embolie pulmonaire

  • En cas de suspicion d'embolie pulmonaire non massive, l'utilité d'une anticoagulation préemptive (préalable au diagnostic final) reste incertaine. Nous rapportons des éléments de réponse de la littérature, en particulier d'une analyse décisionnelle récemment publiée. Celle-ci suggère un bénéfice d'une anticoagulation préemptive par héparine de bas poids moléculaire en cas de probabilité prétest intermédiaire ou élevée selon le Score de Genève révisé, même avec des délais courts jusqu'au diagnostic (0-3 heures). La situation reste mal précisée chez les patients avec probabilité faible, où l'anticoagulation pourrait être préférée si le médecin anticipe un long délai diagnostique (>

  • Source : revmed.ch

t Prise en charge de l'embolie pulmonaire aux urgences adultes du CHRU de Lille en 2015 : étude descriptive rétrospective et analyse des pratiques

  • tnContexte : L'embolie pulmonaire (EP) est une maladie fréquente associée à une morbimortalité élevée. Dans un contexte de diminution des capacités d'hospitalisation, les nouvelles recommandations de prise en charge de l'EP, publiées par l'ESC en 2014, ont permis d'entrevoir la possibilité d'un traitement ambulatoire pour des patients préalablement sélectionnés. L'objectif de cette étude est d'évaluer la proportion de patients éligibles à un traitement ambulatoire et d'analyser la démarche diagnostique et thérapeutique de l'EP aux urgences adultes du centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Lille

  • Source : sudoc.fr

Rivaroxaban pour le traitement de l embolie pulmonaire symptomatique - Étude EINSTEIN-PE

  • EINSTEIN-PE démontre la non-infériorité du rivaroxaban par rapport au traitement standard de l EP, soit une HBPM combinée à un AVK, pour une population importante de patients. Le rivaroxaban en monothérapie, dès la phase aiguë de l EP symptomatique, ne nécessite aucun monitoring de laboratoire. Cet élément pourrait simplifier le traitement des maladies thromboemboliques veineuses. Il s agit, pour le moment, du seul agent parmi les nouveaux anticoagulants oraux disponibles, comportant l indication au Canada pour le traitement de la TVP et de l EP...

  • Source : pharmactuel.com

Embolie pulmonaire grave

  • Une embolie pulmonaire grave est une embolie pulmonaire susceptible, du fait de son retentissement hémodynamique ou respiratoire, de mettre en jeu, à court terme, le pronostic vital. L'embolie pulmonaire massive est définie par la présence de signes périphériques de choc et/ou d'une hypotension artérielle, elle même définie par une pression artérielle systolique inférieure à 90 mmHg ou inférieure de plus de 40 mmHg à la pression artérielle systolique habituelle. L'embolie pulmonaire submassive est définie par la présence d'un cœur pulmonaire aigu (dilatation ventriculaire droite et septum paradoxal) sans choc ni hypotension.

  • Source : wiki.side-sante.fr