Embolie amniotique [ Publications ]

embolie amniotique [ Publications ]

Publications > embolie amniotique

  • L'embolie de liquide amniotique est une complication imprévisible de la grossesse souvent létale pour la mère. Les symptômes étant peu spécifiques, un diagnostic biologique précoce pourrait permettre d'en établir l'étiologie. Nous avons étudié dans le sérum maternel l'intérêt de 4 constituants amniotiques: l'a-foetoprotéine (AFP), l'insuline like growth factor binding protein-1 (IGFBP-1), la fibronectine foetale (fFN) et l'α-1-microglobuline placentaire (PAMG-1). Sur une population contrôle négatif de 6 césariennes, la rupture des membranes n'entraîne pas d'augmentation détectable de ces marqueurs. La détection de PAMG-1 n'est pas utilisable car d'emblée positive ou douteuse avant tout geste. Sur les 7 suspicions d'embolie amniotique en perpartum, la concentration sérique de ces marqueurs n'est pas augmentée dans 3 cas, rendant peu probable un passage de liquide amniotique. La détection de l'IGFBP-1 et de la fFN s'est positivée dans les autres cas, corroborant le diagnostic histologique d'embolie amniotique dans 2 cas. Chez une patiente suspecte d'embolie amniotique à 21 semaines d'aménorrhée, la cinétique des marqueurs au cours de la grossesse a étayé le passage probable de liquide amniotique dans la circulation maternelle. Ces résultats préliminaires montrent que l'AFP, l'IGFBP-1 et la fFN sériques maternelles pourraient contribuer à établir de façon simple le diagnostic d'embolie amniotique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Mortalité maternelle par embolie amniotique. Résultats de l’ENCMM, France 2010–2012.

  • L’embolie amniotique (EA) est une complication imprévisible, redoutée et redoutable de la grossesse ou de l’accouchement. L’EA réalise classiquement, dans une unité de temps, l’association de signes respiratoire, hémodynamique, neurologique et hémorragique (coagulopathie précoce et sévère). La prise en charge est symptomatique et doit être active et anticipative. Pour la période 2010–2012, 24 décès maternels ont été attribués à une embolie amniotique, soit un ratio de mortalité maternelle de 1,0 décès pour 100 000 naissances vivantes (IC 95 % 0,6–1,4). Les décès par embolie amniotique représentent la seconde cause de mort maternelle directe. Huit cas sur 23 ont été jugés possiblement évitables, avec une part de sous optimalité des soins relevant de la chirurgie et de l’absence de geste chirurgical d’hémostase rapide et/ou de la prise en charge réanimatoire par l’absence de diagnostic précoce et traitement de la coagulopathie. Les messages de ce rapport concernent l’importance de l’anticipation (évocation du diagnostic dès les signes prémonitoires, recherche d’une coagulopathie dès l’évocation du diagnostic), de la mutualisation des moyens pour organiser une réanimation longue et efficace, facilitée par un geste chirurgical d’hémostase rapide et efficace en cas d’hémorragie active.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Embolie amniotique : à propos de l’issue favorable d’un cas avec arrêt cardiaque inaugural et CIVD précoce compliquée d’un hémopéritoine d’origine iatrogène et d’un saignement sur un adénome hépatique

  • L’embolie amniotique est une complication grave de la grossesse, relativement rare et de diagnostic difficile. Elle est cependant la deuxième cause de mortalité maternelle. Nous relatons ici le cas d’une patiente de 32 ans ayant bénéficié d’une césarienne programmée compliquée d’une embolie amniotique avec arrêt cardiaque. La présence d’une coagulation intravasculaire disséminée majeure a favorisé l’apparition d’un hématome rétropéritonéal d’origine iatrogène sur une tentative de pose de cathéter veineux fémoral et celle d’un hémopéritoine sur saignement d’un adénome hépatique. Le diagnostic d’embolie amniotique a été conforté par la présence de cellules amniotiques dans le lavage bronchoalvéolaire. La patiente a survécu sans séquelles.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Embolie amniotique en cours de travail

  • L’embolie amniotique est une complication imprévisible mais grave du travail obstétrical. Elle correspond au passage de liquide amniotique dans la circulation maternelle, responsable d’un tableau associant des signes respiratoires, circulatoires, neurologiques et hématologiques. En l’absence de test simple, le diagnostic repose sur un faisceau d’arguments cliniques et sur l’élimination des diagnostics différentiels. Nous rapportons le cas d’une parturiente ayant présenté, en cours de travail, sous analgésie péridurale un tableau brutal associant souffrance fœtale aiguë, convulsions, inefficacité circulatoire et hémorragie. La patiente a été traitée symptomatiquement par massage cardiaque, ventilation assistée et transfusion. L’enfant a été extrait par césarienne. Une hystérectomie d’hémostase a dû être réalisée. La patiente a survécu sans séquelles. Le pronostic neurologique de l’enfant reste réservé. Le diagnostic d’embolie amniotique ainsi que les différents diagnostics différentiels sont discutés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L’embolie amniotique : données récentes et illustration

  • L'embolie amniotique (EA) est une complication rare de la grossesse, qui constitue en France la deuxième cause de mortalité maternelle. Elle correspond au passage de liquide amniotique dans le sang maternel, mais les mécanismes conduisant à sa survenue et aux manifestations cliniques demeurent encore mal connus. Après une synthèse de la littérature, nous rapportons le cas d'une EA survenue chez une patiente de 34 ans pendant l'accouchement. La biologie a permis à la phase aiguë de diagnostiquer la coagulopathie et de suivre les fonctions vitales. Des examens complémentaires ont été réalisés pour étayer le diagnostic: cytologie, suivi de l'insulin-like growth factor-binding protein 1, de la tryptase et de l'alpha-fœtoprotéine. Les performances et la place de ces tests complémentaires restent à préciser dans ce contexte où les arguments diagnostiques sont peu spécifiques.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

L’embolie amniotique : mise au point

  • Les symptômes associés à l’embolie amniotique (EA) résultent du passage dans la circulation maternelle de matériel fœtal et amniotique, le plus souvent dans les minutes qui précèdent ou suivent l’extraction fœtale ou la délivrance. Son pronostic reste sombre avec une mortalité maternelle d’environ 40 %, mais elle ne doit plus être considérée comme constamment fatale. Si elle est évoquée devant le tableau clinique, sa confirmation diagnostique histologique n’est souvent pas obtenue du fait de l’évolution favorable et de l’absence d’autopsie réalisée. La détection de cellules squameuses dans le sang maternel est associée à de nombreux faux positifs et faux négatifs. La détection de hautes concentrations plasmatiques d’

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Embolie amniotique d’évolution favorable suspectée devant un tableau clinique atypique

  • Chez une femme de 29 ans, à l’issue d’une grossesse et d’un accouchement normaux, la révision utérine pour rétention placentaire s’est accompagnée d’une crise convulsive généralisée unique associée à des céphalées transitoires. Au décours de l’IRM, réalisée à la recherche d’une thrombose veineuse cérébrale, une hémorragie utérine distillante de 150 ml/h est observée, sans atonie. Une activation de la coagulation et une fibrinolyse réactionnelle sont objectivées par la baisse du fibrinogène et la présence de complexes solubles et de

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Embolie amniotique avec évolution favorable

  • Chez une femme enceinte de 31 ans, multipare, bénéficiant d'un déclenchement du travail par décollement digital et administration d'oxytocine, survient brutalement un collapsus cardiovasculaire suivi, après l'extraction de l'enfant, d'un syndrome de défibrination et d'une hémorragie utérine. En l'absence de cause locale, placentaire ou cervico-utérine, le diagnostic est l'embolie amniotique. L'évolution favorable est largement conditionnée par l'absence d'œdème aigu du poumon et par la mise en place d'un pantalon antichoc. Les auteurs soulignent l'absence de moyen paraclinique formel, in vivo, confirmant le diagnostic.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Embolie amniotique lors d’un curetage pour une grossesse arrêtée. À propos d’un cas

  • L’embolie amniotique est toujours une complication grave et survient généralement pendant le travail ou tout de suite après la naissance de l’enfant. Nous rapportons le cas d’une patiente victime d’une embolie amniotique au décours d’un curetage endo-utérin réalisé dans le cadre d’une grossesse arrêtée spontanément à 13 semaines d’aménorrhée. Le diagnostic a été confirmé par la présence de cellules épithéliales dans le sang maternel.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov