Eczema atopique [ Publications ]

eczema atopique [ Publications ]

Publications > eczema atopique

  • Il existe deux grands types d'eczéma, l'eczéma allergique de contact et l'eczéma atopique, dont la physiopathologie implique des lymphocytes T effecteurs et des lymphocytes T CD4+ régulateurs. La principale différence entre les deux types d'eczéma concerne la nature des antigènes, allergènes protéiques/autoantigènes/antigènes microbiens dans le cas de la dermatite atopique, et agents chimiques non protéiques (haptènes) dans le cas de la dermatite allergique de contact. Les lésions cutanées des eczémas sont dues à l'activation dans la peau de lymphocytes T effecteurs pro-inflammatoires induisant la production de cytokines et de chimiokines, et la destruction des kératinocytes par apoptose. Les lymphocytes T CD4+ sont doués de fonction régulatrice et tolérogène, puisqu'ils limitent l'inflammation cutanée chez les patients (régulation) et préviennent la sensibilisation et le développement des lymphocytes T effecteurs chez les individus sains (tolérance). Les eczémas correspondent donc à une rupture de tolérance immunitaire aux antigènes présents au niveau cutané. Les différentes stratégies capables de restaurer une tolérance immunitaire pourraient prévenir les poussées d'eczéma, voire induire une rémission prolongée et une guérison de la maladie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Eczéma atopique de l'enfant.

  • La dermatite atopique est une dermatose inflammatoire chronique évoluant par poussées, dont la fréquence augmente régulièrement dans les pays industrialisés. Elle débute le plus souvent dans les premiers mois de la vie, et sa présentation clinique varie selon l'âge. Le diagnostic est clinique et des examens complémentaires (notamment des explorations allergologiques) ne sont réalisés que dans des cas bien particuliers. La prise en charge a deux buts essentiels : le traitement des poussées (principalement les dermocorticoïdes) et les mesures adjuvantes. L'utilisation par voie locale d'immunosuppresseurs a élargi l'arsenal thérapeutique, en cas d'échec des dermocorticoïdes.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov