Cystite interstitielle [ Publications ]

cystite interstitielle [ Publications ]

Publications > cystite interstitielle

  • Décrite il y a plus de 100 ans, la cystite interstitielle prend difficilement sa place dans la pathologie urologique. Elle concerne essentiellement les femmes d'âge moyen. Deux théories principales expliquent actuellement sa pathogénie: la théorie de l'épithelium perméable et la théorie des mastocytes. Cependant, d'autres facteurs interviennent: vasculaires, neurologiques, infectieux et immunitaires. L'évolution de cette pathologie est chronique, sans passage de la forme non ulcéreuse à la forme ulcéreuse. Il n'existe pas de critère anatomopathologique spécifique, même la présence de mastocytes dans la paroi vésicale. L'histologie permet cependant d'éliminer une autre pathologie vésicale, carcinome in situ principalement. Le diagnostic repose donc sur la clinique et l'endoscopie après avoir éliminé d'autres pathologies. Les examens complémentaires indispensables sont la cystocopie et la cystomanométrie qui doivent être réalisées selon des protocoles rigoureux. Le traitement conservateur repose sur l'hydrodistension vésicale, la rééducation vésicale, les instillations vésicales (DMSO) et les traitements systémiques (pentosanpolysulfate de sodium). Dans 1 à 5% des cas, l'échec du traitement médical et la sévérité des troubles nécessitent un traitement chirurgical. La coagulation électrique ou laser est efficace sur les ulcères. La cystectomie partielle avec cystoplastie est réservée aux formes épargnant le trigone, dans les autres cas évolués ou rebelles, la cysto-urétrectomie avec dérivation urinaire peut être indiquée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystite interstitielle lupique. A propos d'un cas.

  • Une patiente âgée de 17 ans a un lupus érythémateux aigu disséminé, retenu devant l'association d'une alopécie, d'un vespertilio, d'arthralgies, d'une protéinurie, de la présence d'anticorps antinucléaires, d'une hypocomplémentémie, d'une neutropénie et d'une lymphopénie. Ce tableau a été compliqué d'une cystite interstitielle d'origine lupique. La symptomatologie a été dominée par une pollakiurie douloureuse, chronique et permanente, à urines stériles. A l'urographie intraveineuse, la vessie était petite, à paroi épaisse, associée à une urétéro-hydronéphrose bilatérale. La biopsie vésicale a confirmé la présence d'une cystite interstitielle. L'emploi de corticostéroïdes à fortes doses n'a pas permis l'amélioration du tableau clinique. La présence de signes urinaires évoquant une cystite chez une malade atteinte de lupus érythémateux systémique doit faire penser à l'éventualité d'une atteinte vésicale spécifiquement lupique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les traitements de recours dans la cystite interstitielle

  • La cystite interstitielle constitue la première cause de vessie douloureuse. En cas d’échec des thérapeutiques habituelles (traitements oraux, instillations), plusieurs autres modalités thérapeutiques ont été proposées. Il s’agit de la neuromodulation des racines sacrées postérieures, de la stimulation du nerf tibial postérieur, des instillations d’agents vanilloïdes, des injections intradétrusoriennes de toxine botulique et de la chirurgie. Il a été rapporté une certaine efficacité de chacun de ces traitements dans la cystite interstitielle. Toutefois, l’ensemble de ces traitements manque à ce jour d’une évaluation suffisante et de résultats avec des niveaux de preuves suffisamment élevés pour faire partie de l’arsenal thérapeutique de routine de la cystite interstitielle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La cystite interstitielle en 2008

  • La cystite interstitielle (CI) est une pathologie de la vessie qui reste largement méconnue du monde médical français. Cette pathologie touche plus les femmes que les hommes. L’étiologie de la CI reste indéterminée. Les différentes études suggèrent que sa physiopathologie est multifactorielle. Le diagnostic de la CI doit être suspecté par le clinicien sur les données de l’interrogatoire. La confirmation de ce diagnostic, qui reste un diagnostic d’élimination repose sur une série d’examens dont le but est d’écarter d’autres pathologies. Aucun test pathognomonique de la CI n’est disponible. La méconnaissance de la physiopathologie rend les traitements empiriques. Un algorithme décisionnel est proposé à la fin de cet article.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystite interstitielle.

  • La cystite interstitielle est une maladie vésicale caractérisée par la survenue de douleurs lors du remplissage de la vessie. La physiopathologie de ce syndrome reste méconnue, les principales hypothèses avancées étant soit un trouble de la perméabilité membranaire, soit une perturbation des cellules mastocytaires intramurales, soit une pathologie auto-immune à expression vésicale. Le diagnostic est essentiellement clinique, mais une endoscopie vésicale avec biopsies est indispensable pour éliminer un éventuel cancer in situ de vessie. Le traitement est difficile et repose sur l'association de règles hygiéno-diététiques, de traitements administrés per os ou par instillations endovésicales. Le recours à la chirurgie doit rester l'exception.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La cystite interstitielle.

  • La cystite interstitielle est un type particulier de cystite à urine claire qui se voit surtout chez la femme. Pollakiurie douloureuse, pesanteur vésicale, doivent y faire penser si le syndrome persiste. On en a décrit 2 formes selon la gravité : ulcère de Hunner et vessie de capacité réduite: la distension vésicale à 800 ml est suivie de pétéchies hémorragiques, avec tous les cas intermédiaires. La paroi vésicale subit un remaniement inflammatoire, sans infection, évoluant vers la sclérose. La maladie est améliorée par les instillations d'hydrocortisone. L'ulcère de Hunner peut être traité par chirurgie d'exérèse partielle. Si la cystite s'aggrave, on doit recourir au remplacement vésical par greffon intestinal détubulé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Quel bilan face à une suspicion de cystite interstitielle ?

  • Malgré de nombreux travaux de recherche sur l’étiologie et le traitement de la cystite interstitielle, le diagnostic dépend toujours de la suspicion de cette affection par le médecin.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov