Cystadenome [ Publications ]

cystadenome [ Publications ]

Publications > cystadenome

  • Nous rapportons un cas de transformation kystique des acini pancréatiques, entité récemment décrite et également connue sous le nom de cystadénome à cellules acineuses. Une femme de 40 ans, sans antécédent particulier, présentait 3 crises de pancréatite aiguë révélant une lésion multikystique du segment ventral du pancréas. L'examen de la pièce de duodénopancréatectomie montrait une lésion bien limitée du parenchyme pancréatique, mesurant 4 × 2 cm, constituée d'innombrables kystes mesurant 1 à 5 mm de grand axe remplis d'un liquide citrin non mucineux, ne communiquant pas avec le système canalaire. La topographie des kystes était très particulière, intra-lobulaire, les kystes paraissant se développer à partir de structures microkystiques situées dans les acini. Ces kystes étaient bordés de cellules acineuses à noyaux réguliers sans atypies, au cytoplasme très éosinophile, parfois aplaties dans les kystes les plus volumineux. La transformation kystique des acini est une lésion rare du pancréas, peu décrite dans la littérature. Les diagnostics différentiels principaux sont avant tout la tumeur intra canalaire papillaire et mucineuse (TIPMP) dans une forme atteignant les canaux secondaires, mais aussi les cystadénomes séreux et mucineux, les kystes congénitaux et le carcinome à cellules acineuses. L'histogenèse de la transformation kystique des acini pancréatiques est débattue. Cette lésion pourrait résulter d'une dilatation simple et idiopathique des acini, d'origine inconnue ou bien correspondre à une lésion tumorale bénigne. Son potentiel de transformation maligne, incertain compte tenu du faible nombre de cas décrits, mais probablement faible ou nul, impose de savoir la reconnaître et distinguer des tumeurs kystiques ayant un potentiel malin avéré, afin de faire discuter une surveillance clinique plutôt qu'une exérèse chirurgicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les cystadénocarcinomes pancréatiques sont-ils des cystadénomes mucineux dégénérés? Association française de chirurgie.

  • Objectif de l'étude: Cette étude vise à définir les arguments concordants ou discordants avec le concept généralement admis de filiation entre les cystadénomes mucineux (CM) et les cystadénocarcinomes pancréatiques (CK). Matériel et méthodes: Cette étude a été réalisée à partir d'une revue de la littérature et d'une enquête rétrospective multicentrique ayant réuni 150 CM, 79 CK et 55 tumeurs intracanalaires papillaires et mucineuses (TIPMP). Les éléments comparatifs entre CM et CK étaient: l'âge moyen au moment du diagnostic, le sex ratio, l'association d'un diabète sucré, la coexistence d'une autre tumeur maligne, la localisation de la tumeur et sa taille, le caractère communiquant de la tumeur, l'existence d'une pancréatite d'amont, l'élévation du taux sérique du CA 19-9. L'analyse a porté également sur les examens anatomopathologiques des 58 CK réséqués. Résultats: Deux arguments sont apparus en faveur de la filiation dans cette étude: l'âge plus élevé des CK (65 ans vs 50,5 ans) et la découverte histologique de formes de passage entre CM et CK dans 55 % des cas. A l'opposé, deux éléments contradictoires sont apparus: la proportion plus élevée des CK chez l'homme (40 % vs 13 %) et la fréquence plus grande des localisations céphaliques des CK (49 % vs 27 %). Les autres différences entre CM et CK (diabète associé, élévation du CA19-9, altérations génétiques) n'étaient pas en contradiction avec la filiation CM-CK. Les TIPMP étaient caractérisées par une majorité de cas masculins (67 %) et de localisations céphaliques (67 %). Conclusion: La filiation CM-CK ne peut pas être remise en cause malgré la constatation de différences sur le sex ratio et la localisation tumorale. Celles-ci peuvent s'expliquer par l'intégration de TIPMP malignes dans les CK. Le cadre nosologique des CK communiquant avec le canal de Wirsung est très proche de celui des TIPMP.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les tumeurs kystiques du pancréas. Cystadénomes et cystadénocarcinomes. Diagnostic et attitude pratique.

  • Les auteurs rapportent 13 cas de tumeurs kystiques du pancréas (TKP), 4 cystadénomes séreux (CS), 4 cystadénomes mucineux (CM) et 5 cystadénocarcinomes (CC). Il s'agissait de 9 femmes et 4 hommes. L'âge moyen était de 60 ans (extrêmes 44 à 89 ans). Deux malades étaient asymptomatiques, six (2CM et 4CC) avaient maigri de 3 à 10 kg. Un malade ayant un CC avait un ictère. La TKP a été diagnostiquée à l'échographie ou au scanner. Les TKP siégeaient huit fois dans la tête du pancréas, deux fois dans le corps et trois fois dans la queue. Au terme des explorations préopératoires, le diagnostic de TKP a été méconnu dans trois cas. Le diagnostic exact sur la nature de la TKP a été fait en préopératoire dans quatre cas: un CS, un CM et deux CC. Le diagnostic de certitude a été fait par l'étude histologique de la pièce chirurgicale dans neuf cas, par ponction chirurgicale dans un cas, par l'existence de métastases hépatiques dans un cas et par cytoponction sous scanner dans un cas. Une malade a refusé toute intervention. Dix malades ont été opérés: quatre ont eu une duodénopancréatectomie céphalique (un CS et trois CC), trois une exérèse tumorale (un CS et deux CM), deux une splénopancréatectomie caudale (un CM et un CC) et une ponction chirurgicale (un CS). Les CS asymptomatiques peuvent être laissés en place et surveillés si le diagnostic est certain. Les autres TKP doivent être réséquées soit parce qu'il y a un doute sur leur nature, soit parce que la lésion est un CS symptomatique, ou un CM ou un CC. Dans ce dernier cas, le pronostic semble meilleur que celui des cancers du pancréas exocrine non métastasé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénomes et cystadénocarcinomes hépatobiliaires.

  • Objectifs - Les tumeurs kystiques hépatobiliaires sont rares mais doivent être connues en raison de leur potentiel malin. Nous rapportons les caractéristiques cliniques, radiologiques, anatomopathologiques et évolutives de 7 cas. Matériel et méthodes - Les données cliniques et les documents radiologiques et anatomopathologiques ont été revus. Une étude immunohistochimique complémentaire a été effectuée. Résultats - Le groupe d'étude comprenait 4 femmes et 3 hommes (âge moyen : 58,4 ans). Dans 6 cas, les techniques d'imagerie pré-opératoire montraient l'existence d'une tumeur kystique. Des végétations et/ou des cloisons intra-kystiques étaient détectées dans 5 cas. Dans le dernier cas, l'aspect radiologique était celui d'une masse hétérogène. Deux malades ont été traités par périkystectomie et 5 par hépatectomie. A l'examen macroscopique, les tumeurs étaient le plus souvent multiloculaires et leur taille était comprise entre 2 et 24 cm. L'aspect histologique était variable : cystadénomes à stroma mésenchymateux (2 cas), cystadénomes mucineux (2 cas), cystadénocarcinomes mucineux (2 cas) et cystadénocarcinome à cellules géantes (1 cas). La durée moyenne de suivi a été de 60 mois. Deux malades avec cystadénocarcinomes sont décédés 21 et 34 mois après le diagnostic. Cinq malades sont vivants sans récidive ni métastase après 14 à 144 mois d'évolution. Conclusion - Les tumeurs kystiques hépatobiliaires justifient un traitement chirurgical radical, qui permet l'examen anatomopathologique complet de la lésion, indispensable pour évaluer son potentiel évolutif, et offre la possibilité d'obtenir des survies prolongées, même dans des cas de tumeurs localement invasives.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le cystadénome séreux du pancréas. Une tumeur parfois compressive.

  • Les cystadénomes séreux du pancréas sont des tumeurs peu évolutives et souvent asymptomatiques car rarement compressives. Les cystadénomes séreux morphologiquement typiques et asymptomatiques peuvent être simplement surveillés. Nous rapportons trois cas de cystadénomes séreux atypiques car responsables d'une compression canalaire bilio-pancréatique ou vasculaire splénique. Nous analysons dans la littérature la fréquence respective de ces diverses compressions par les différentes tumeurs kystiques du pancréas. La rareté des compressions canalaires pancréatiques et vasculaires par d'authentiques cystadénomes séreux bénins doit faire redouter une tumeur potentiellement maligne et indiquer l'exérèse de ces lésions. La compression biliaire par un cystadénome séreux est en revanche plus fréquente et ne semble pas constituer un argument fiable en faveur du diagnostic des autres tumeurs kystiques pancréatiques potentiellement malignes. Elle autorise en cas de lésion morphologiquement typique une simple dérivation biliaire sous réserve d'une confirmation histologique du diagnostic de cystadénome séreux par biopsie chirurgicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Nodules muraux de type carcinome anaplasique développés dans un cystadénome mucineux borderline ovarien bilatéral. A propos d'un cas.

  • L'existence de nodules muraux dans les tumeurs séreuses ou mucineuses de l'ovaire est exceptionnelle mais apparaît actuellement clairement établie. Ces nodules muraux peuvent se développer dans des tumeurs bénignes, borderline ou malignes, principalement de type mucineux. Ils peuvent être bénins, réactionnels ou malins, de type carcinomateux, sarcomateux ou mixte. Le pronostic de la tumeur ovarienne sous-jacente peut donc être profondément modifié par la découverte de tels nodules. Une vingtaine de nodules muraux de type carcinome anaplasique ont été décrits. Nous rapportons un cas supplémentaire de nodules muraux de type carcinome anaplasique retrouvés dans un cystadénome mucineux borderline ovarien bilatéral, développé chez une patiente présentant également un carcinome rénal à cellules claires. Nous rappelons, à cette occasion, la classification, les diagnostics différentiels et la signification pronostique de ces nodules.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénome séreux bénin du pancréas. D.P.C. et résection segmentaire de la veine porte.

  • La résection de nécessité de l'axe veineux mésentérico-porte dans les cancers du pancréas est jugée sans intérêt carcinologique, mais cette exérèse élargie n'augmente pas de façon significative la mortalité opératoire. Les auteurs l'ont réalisé pour une volumineuse tumeur bénigne qui englobait la veine porte, permettant ainsi de procéder à l'éradication complète de la tumeur, tout en réglant facilement des problèmes d'hémostase per-opératoire. Le rétablissement de la continuité veineuse s'est faite par suture directe, sans interposition veineuse ou prothétique. Les suites opératoires ont été simples et la malade, revue trois ans plus tard, est asymptomatique. Les commentaires sont essentiellement d'ordre technique et mettent l'accent sur l'intérêt de cette intervention dans certains cas de pathologie non cancéreuse du pancréas.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le cystadénome séreux macrokystique uniloculaire du pancréas: une variante morphologique à connaître.

  • Le cystadénome séreux est une tumeur kystique bénigne du pancréas, de diagnostic radiologique facile dans sa forme typique microkystique. À l'opposé, dans sa variété macrokystique, qui est rare, il pose un problème de diagnostic différentiel avec les autres lésions macrokystiques du pancréas, notamment les pseudokystes et les cystadénomes mucineux. Nous rapportons le cas d'une jeune femme ayant un cystadénome séreux macrokystique et uniloculaire du pancréas diagnostiqué lors de l'examen histologique de la pièce opératoire, l'échographie et le scanner n'ayant pas permis de faire le diagnostic. Cette observation illustre une présentation clinique inhabituelle de cette tumeur kystique et souligne les difficultés du diagnostic préopératoire de cette entité, souvent identifiée lors de l'étude histologique de la pièce de résection pancréatique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Adénome tubulo-papillaire apocrine associé à un syringocystadénome papillifère

  • L’adénome tubulo-papillaire apocrine (ATA) est une tumeur sudorale rare. Son association avec un syringocystadénome papillifère (CSP) est exceptionnelle. Un enfant tunisien âgé de deux ans a développé une tumeur cutanée mixte au niveau du cuir chevelu associant un ATA et un SCP. À l’histologie, la tumeur était constituée de structures tubulaires avec quelques foyers de différenciation apocrine. La partie superficielle de la tumeur était connectée à l’épiderme et montrait des aspects caractéristiques de SCP. Les données histopathologiques et immunohistochimiques de cette tumeur mixte sont décrites.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Apport de l'echoendoscopie dans le diagnostic differentiel entre un kyste hydatique multivesiculaire et un cystadenome sereux du pancreas. A propos d'un cas.

  • Bien que la localisation pancréatique de l'hydatidose est exceptionnelle, elle doit être évoquée devant une lésion kystique du pancréas particulièrement en pays d'endémie hydatique. Nous rapportons une première description d'un kyste hydatique du pancréas multivésiculaire exploré par échoendoscopie. Cet examen bien que très performant dans l'exploration des tumeurs kystiques du pancréas, n'a pas permis de dégager des critères sémiologiques permettant de distinguer le kyste hydatique du cystadénome séreux. La ponction transduodénale per échoendoscopique pourrait améliorer la performance diagnostique de cet examen dans les kystes hydatiques de siège céphalique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénome hépatobiliaire à stroma mésenchymateux: une tumeur hormonodépendante?

  • Le cystadénome hépatobiliaire à stroma mésenchymateux est une tumeur rare, touchant exclusivement la femme, à potentiel de récidive et d'évolution maligne, justifiant l'exérèse chirurgicale complète. Le diagnostic repose sur l'examen anatomopathologique, la clinique étant polymorphe et les examens paracliniques non spécifiques. Nous rapportons 5 observations, avec étude immunohistochimique mettant en évidence les caractéristiques des cellules du stroma mésenchymateux : phénotype myofibroblastique et expression des récepteurs à la progestérone dans tous les cas et aux œstrogènes dans 3 cas sur 5. Ces résultats soulèvent l'hypothèse de l'hormonodépendance de cette tumeur dont l'histogenèse reste discutée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénome séreux microkystique du pancréas.

  • Prérequis: Les tumeurs kystiques séreuses du pancréas sont soit bénignes (cystadénome séreux) soit malignes (cystadénocarcinome séreux). En se basant sur l'aspect macroscopique, les cystadénomes séreux sont subdivisés en microkystiques et en oligokystiques ou macrokystiques. But: Report d'une nouvelle observation d'un cystadénome séreux microkystique en insistant sur les difficultés rencontrées pour poser ce diagnostic malgré que son diagnostic radiologique paraisse plus facile que pour les autres variantes. Observation: Nous rapportons le cas d'une femme âgée de 84 ans présentant un cystadénome séreux microkystique du pancréas confirmé à l'examen histologique après une échographie et un scanner non concluants. Conclusion: Ce travail décrit cette rare entité et montre que son diagnostic est toujours basé sur l'examen anatomopathologique de la tumeur après sa résection chirurgicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénome hépatique avec taux d'ACE et de CA 19-9 intrakystiques élevés.

  • Le risque de transformation maligne d'un cystadénome hépatique en cystadénocarcinome est mal connu et mal évalué. Il n'existe pas à ce jour de facteurs cliniques ou biologiques permettant de l'affirmer. Les dosages sériques et intrakystiques des marqueurs tumoraux tels que l'antigène carcino-embryonnaire (ACE) et le CA 19-9 constituent un élément d'orientation vers le diagnostic de cystadénome, mais ne permettent pas d'affirmer la présence de foyers de cystadénocarcinome. Seule l'analyse histologique de la pièce chirurgicale est en mesure de le faire. Nous rapportons le cas d'un cystadénome hépatique avec un taux très élevé d'ACE et CA 19-9 intrakystiques sans qu'aucun foyer malin n'ait été isolé.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénome du foie. Etude clinique, radiologique et anatomopathologique de 5 cas, dont un associé à un cystadénocarcinome.

  • Nous décrivons les caractéristiques cliniques, radiologiques et anatomopathologiques de 5 cas de cystadénome du foie, dont un associé à un cystadénocarcinome. Chez 3 de ces malades, la présence de parois épaisses, de bourgeons endokystiques et de cloisons sur les examens d'imagerie a fortement suggéré le diagnostic de cystadénome ou de cystadénocarcinome. Mais chez 2 de ces malades, ces 3 anomalies caractéristiques manquaient. Chez 2 malades, une résection partielle a été effectuée et a été suivie d'une récidive de la tumeur. Dans tous les cas, le diagnostic a été précisé par l'étude anatomopathologique de la pièce de résection.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénome séreux macrokystique du pancréas, à propos d’un cas.

  • Les cystadénomes séreux (CS) du pancréas sont des tumeurs kystiques rares. La forme microkystique du CS est la plus fréquente et de diagnostic radiologique facile. Par contre la forme macrokystique du CS peut être confondue avec les autres lésions macrokystiques du pancréas à potentiel malin. Nous rapportons l’observation d’une jeune patiente de 17 ans admise à l’Hôpital national de Niamey (Niger) dans un tableau de douleurs abdominales, ayant un cystadénome séreux macrokystique uniloculaire du pancréas, diagnostiqué après l’examen histologique de la pièce opératoire. Les examens paracliniques réalisés, notamment l’échographie, le scanner, l’IRM, l’échoendoscopie ne sont pas concluants. La difficulté de la prise en charge réside dans le diagnostic préopératoire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénome séreux du pancréas associe à une hétérotopie pancréatique.

  • Les hétérotopies pancréatiques (HP) sont rares. Elles peuvent se voir à tout âge avec une légère prédominance masculine. ces lésions sont le plus souvent asymptomatiques, de découverte fortuite lors d'une endoscopie digestive haute ou basse ou lors de l'examen anatomopathologique d'un organe réséqué pour d'autres motifs, et peuvent être isolée ou associée à une pathologie digestive. Nous rapportons, à travers notre observation, l'association d'une HP à un cystadénome séreux du pancréas découverte lors de l'exploration des douleurs épigastriques isolées. A travers cette observation nous nous proposons d’étudier les particularités cliniques et histologiques de cette pathologie rare.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénome mucineux rétropéritonéal primitif: un cas opéré par coelioscopie.

  • Les auteurs rapportent un cas de cystadénome mucineux rétropéritonéal primitif traité par cœliochirurgie. C'est une pathologie rae puisque seulement 22 cas ont été rapportés dans la littérature anglo-saxone. L'histogénèse de ces lésions est encore incertaine. Le diagnostic n'est jamais fait en pré-opératoire et les cystadénomes mucineux rétropéritonéaux primitifs sont le plus souvent pris pour des lymphangiomes kystiques du rétropéritoine. Leut traitement est exclusivement chirurgical. Il pourra être cœliochirurgical à condition de ne pas méconnaître une composante cystadénocarcinomateuse.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Le cystadénome mucineux du rein

  • Les tumeurs mucineuses du rein sont extrêmement rares. Leur pathogénie demeure controversée. Nous rapportons l’observation d’une jeune femme de 31 ans qui consultait pour des lombalgies droites et hématurie. L’échographie et la tomodensitométrie objectivaient une tumeur kystique multiloculaire du rein droit. Une néphrectomie totale a été réalisée. L’examen anatomopathologique a conclu à un cystadénome mucineux du rein droit. Le cystadénome mucineux du rein dans sa présentation multiloculaire n’a pas été rapporté auparavant. Nous présentons dans ce travail les différentes hypothèses pathogéniques ainsi que les moyens de traitement de cette entité exceptionnelle.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénome séreux pancréatique multifocal et adénocarcinome ampullaire synchrone.

  • Les kystes pancréatiques sont fréquents, mais les tumeurs kystiques du pancréas ne représentent qu'une faible proportion des tumeurs. Nous rapportons un cas rare associant un cystadénome séreux pancréatique bifocal et un adénocarcinome ampullaire synchrone. Nous discutons le diagnostic différentiel avec le cystadénome mucineux, potentiellement malin et rappelons les aspects de ces lésions en histologie et imagerie médicale.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cystadénome géant de l'ovaire chez l'adolescente: cas clinique et revue de la littérature.

  • Nous rapportons le cas d'une jeune adolescente présentant un kyste géant de l'ovaire. Ce cas constitue, à notre connaissance, l'un des plus gros kystes ovariens décrits dans la littérature jusqu'à ce jour. A propos de cette observation, une revue de la littérature est faite en ce qui concerne le diagnostic et le traitement des kystes mucineux de l'ovaire chez la jeune fille.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov