Cyphose [ Publications ]

cyphose [ Publications ]

Publications > cyphose

  • Le but de cette étude est de mesurer la pertinence d'un index radiologique appelé rapport P/A quant au risque de survenue de cyphose chez les enfants spina bifida. Cet index P/A est mesuré sur la radiographie de profil réalisée avant l'âge de 1 an, au niveau de la vertèbre la plus dysplasique. P/A est le rapport de P, distance mur vertébral postérieur-reliquat d'arc postérieur, sur A, distance mur vertébral antérieur-mur vertébral postérieur. Les dossiers de 163 enfants ont été inclus. Sur les clichés précoces (avant 1 an), nous avons étudié la valeur du rapport P/A sur le profil et le niveau osseux sur le cliché de face. Sur le cliché tardif (après 10 ans), nous avons noté la présence ou l'absence de cyphose. Le test de Fisher a mesuré la différence de répartition des cyphoses entre deux groupes de patients : ceux ayant un niveau osseux L1 ou supérieur avec un rapport P/A inférieur ou égal à 1/2 et les autres patients. De manière additionnelle, nous avons calculé la spécificité, la sensibilité et la valeur prédictive positive du test « avoir un niveau L1 ou supérieur avec un rapport P/A inférieur ou égal à 1/2 » quant au risque de survenue de cyphose. La répartition du nombre de cyphoses était différente entre les deux groupes de patients (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cyphoses et attitudes cyphotiques chez l'enfant et l'adolescent.

  • La cyphose est une déviation sagittale du rachis qui se définit comme une courbure rachidienne à concavité antérieure. Il s'agit d'un motif de consultation fréquent au moment de l'adolescence. Il faut savoir discerner une simple attitude cyphotique souple et réductible, qui ne nécessite pas d'exploration, d'une vraie cyphose qui implique au minimum une évaluation radiologique avec des clichés du rachis en entier, de face et de profil. Si l'épiphysite vertébrale est le plus souvent à l'origine des déviations vertébrales sagittales rencontrées en pratique quotidienne, d'autres causes posent des problèmes diagnostiques et thérapeutiques souvent plus complexes, qu'il s'agisse des cyphoses congénitales paralytiques, infectieuses, tumorales, post-traumatiques ou des cyphoses des maladies osseuses constitutionnelles. Le traitement va de la simple surveillance accompagnée de rééducation pour les attitudes cyphotiques, au traitement orthopédique par corset pour les épiphysites sévères ou symptomatiques. Le traitement chirurgical qui a exceptionnellement sa place dans les cyphoses régulières de l'adolescent peut être indiqué dans toutes les autres situations.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Correction chirurgicale de la cyphose post-vertébroplastie par ostéotomie trans-pédiculaire. À propos de trois observations

  • Nous rapportons le cas de trois patients traités par ostéotomie trans-pédiculaire pour une cyphose post-vertébroplastie. Ces patients avaient été traités initialement par vertébroplastie pour une fracture vertébrale (deux cas) et pour un lymphome vertébral (1 cas). Tous ces patients se sont aggravés progressivement sur le plan clinique et radiographique avec progression de la déformation rachidienne sous la forme d’une cyphose angulaire et locale. La chirurgie a consisté en une ostéotomie transpédiculaire instrumentée au niveau de la vertèbre cimentée avec évidement maximal du ciment intra-corporéal. Un des trois patients a nécessité une voie antérieure complémentaire pour réaliser une greffe osseuse de bonne qualité. Dans les trois cas la cyphose post-vertébroplastie a pu être réduite d’au moins 50 % soulignant la faisabilité et l’intérêt de l’ostéotomie trans-pédiculaire dans un contexte de vertèbre cimentée.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Camptocormie ou cyphose lombaire réductible du sujet âgé. A propos de deux cas de dégénérescence graisseuse des muscles paravertébraux.

  • Deux cas de «camptocormie» ou cyphose progressive réductible du sujet âgé sont rapportés. Ce déséquilibre rachidien sagittal est provoqué par une dégénérescence graisseuse des muscles spinaux postérieurs. L'un des cas est symétrique, l'autre unilatéral. Cette pathologie rare doit être prise en compte dans le bilan rachidien. Une fusion vertébrale y est hasardeuse du fait de l'insuffisance musculaire. Le traitement en est médical, par tonifications et corticothérapie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov