Cryptosporidiose [ Publications ]

cryptosporidiose [ Publications ]

Publications > cryptosporidiose

  • La cryptosporidiose constitue un problème majeur de santé publique en Haïti. Pour évaluer son impact chez les patients atteints du SIDA et les sujets contacts, les enfants en bas âge, et pour déterminer les espèces en cause par génotypage, une étude a été menée à Port-au-Prince, incluant l'étude de la viabilité des oocystes éliminés dans les selles des patients. De janvier 2000 à janvier 2001, sur 1.529 selles diarrhéiques provenant de patients suivis dans les Centres GHESKIO et d'enfants hospitalisés à l'hôpital de l'Université d'État d'Haïti, 158 (10,3%) ont montré la présence d'oocystes de cryptosporidies. Chez ces malades, 56 adultes sur 57 (98%) et 7 enfants sur 36 (19%) étaient VIH-positifs. Chez 102 sujets contacts examinés, un seul a été dépisté porteur sain de cryptosporidies du même génotype que celui de l'isolat trouvé chez le malade VIH-positif. Le génotypage par biologie moléculaire de 69 isolats de cryptosporidies a identifié trois espèces: Cryptosporidium hominis (41), C. parvum (26) et C. felis (2). C'est la première fois qu'est rapportée dans la Caraïbe l'infestation de deux patients VIH-positifs par C. felis. Les enfants généralement non infectés par le VIH sont dans 72% des cas parasités par C. hominis. Les adultes VIH-positifs sont parasités aussi bien par le génotype humain que par les génotypes animaux. Sur 18 isolats de cryptosporidies étudiés à l'aide d'un modèle expérimental (souriceau nouveau-né), la viabilité des oocystes a été confirmée pour 17 d'entre eux (12 C. hominis, 4 C. parvum, 1 C. felis). Le pouvoir infestant est dose-dépendant et plus élevé avec C. parvum qu'avec les deux autres espèces. Au moins trois espèces de cryptosporidies circulent en Haïti où la population pauvre vit dans des conditions d'hygiène précaires, et utilise pour sa consommation une eau polluée notamment par des fèces d'origine humaine et animale, dans un tissu urbain surpeuplé où les animaux domestiques se déplacent en toute liberté.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Prévalence de la cryptosporidiose en milieu hospitalier pédiatrique à Niamey, Niger.

  • Au Niger, pays enclavé de l'Afrique de l'Ouest où la malnutrition et les diarrhées infantiles sont deux problèmes majeurs de santé publique, aucune donnée n'a été publiée à ce jour concernant la prévalence de la cryptosporidiose chez les enfants. Le but de cette étude était d'obtenir une première évaluation de la prévalence de Cryptosporidium sp dans les selles d'enfants hospitalisés à l'Hôpital national de Niamey (HNN). L'étude prospective descriptive a été menée à l'HNN du 21 février au 22 mai 2004. Elle a porté sur tous les enfants âgés de moins de 5 ans hospitalisés en pédiatrie. Les oocystes de Cryptosporidium sp ont été recherchés après coloration selon la technique de Ziehl-Neelsen modifiée par Henriksen et Polhenz. L'état nutritionnel des enfants a été évalué avec l'index poids pour âge, calculé et analysé avec le logiciel Epi-Info. Pendant les 3 mois de l'étude, 220 enfants ont été examinés (sex-ratio = 1,18, âge moyen = 20 mois). Une malnutrition était retrouvée chez 65% des enfants, modérée dans 17,3 % des cas, sévère dans 47, 7 % des cas. Une diarrhée était observée chez 51,8 % des enfants. Des oocystes de Cryptosporidium sp ont été retrouvés chez 12/220 enfants, soit 5,5 % de la population étudiée et chez 7/114 (6,1 %) enfants atteints de diarrhée. Nous avons observé une forte proportion d'enfants malnutris parmi les enfants porteurs de cryptosporidies (10/12, soit 83 %). Cette première étude menée en milieu pédiatrique à Niamey évalue à 5,5% la prévalence globale de la cryptosporidiose en milieu pédiatrique et 6,1 % chez les enfants présentant une diarrhée. Une étude portant sur un effectif plus important et sur un temps plus long est nécessaire pour préciser les liens de cause à effet potentiels entre cryptosporidiose et malnutrition, et mettre en évidence des variations de la prévalence en fonction de la pluviométrie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La cryptosporidiose zoonosique humaine due à Cryptosporidium felis dans le monde.

  • la cryptosporidiose est l'une des principales causes de diarrhée aiguë de l'enfant dans les pays en voie de développement, et de diarrhée chronique chez les sujets immunodéprimés infectés par le virus de l'immunidéficience humaine (VIH). L'identification de l'espèce est impossible par les méthodes conventionnelles et fait appel aux techniques de biologie moléculaire. la cryptosporidiose humaine est due le plus souvent à Cryptosporidium hominis et à Cryptosporidium parvum. Des espèces et des génotypes spécifiques d'animaux, dont Cryptosporidium felis, parasitent également l'Homme. Une revue systématique des cas humains dus à C. felis publiés dans le monde permet d'en décompter 58 dans toutes les régions biogéographiques, excepté l'Australie et l'Océanie. Adultes et enfants sont la cible de ce parasite. Chez ces 58 sujets parasités par C. felis, 83 % sont VIH-positifs. Cette zoonose se rencontre également chez des sujets apparemment immunocompétents. Les pays en voie de développement semblent plus concernés probablement à cause d'une transmission environnementale plus présente que dans les pays développés. Cette cryptosporidiose zoonosique demande à être plus largement évaluée dans les pays tropicaux.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Profil clinique de la cryptosporidiose en milieu hospitalier pédiatrique au Burkina Faso.

  • ○ En Afrique noire, les données concernant l'infection par Cryptosporidium parvum restent très parcellaires. Une étude menée sur 12 mois dans le Service de Pédiatrie de l'Hôpital de Bobo Dioulasso au Burkina Faso a permis d'étudier 1 392 échantillons de selles provenant d'enfants âgés au plus de 36 mois, diarrhéiques (n = 756) ou non (n = 629). Une sérologie du VIH a pu être réalisée chez 558 enfants. La recherche des oocystes de Cryptosporidium parvum a été effectuée par la technique de la fuchsine phéniquée. Sur les 1 392 échantillons de selles examinés, 72 soit 5,2 % présentaient des oocystes. Sur les 756 échantillons de selles diarrhéiques, 59 soit 7,8 % étaient positifs. Aucun cas n'a été détecté avant l'age de 6 mois et l'infection était surtout fréquente entre 6 et 23 mois. Au cours de l'année, la présence d'oocystes dans les selles était significativement plus importante d'avril à juin, correspondant au début de la saison pluvieuse au Burkina Faso. La présence d'une diarrhée n'était pas significativement corrélée à la densité parasitaire. La présence d'oocystes était corrélée à l'existence d'une malnutrition protéino-énergétique (p

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cryptosporidiose et isosporose dans les diarrhées infantiles à Abidjan.

  • Une enquête parasitologique sur la recherche dans les selles de coccidies intestinales, Isospora belli et Cryptosporidium sp, a été réalisée dans le service de pédiatrie du CHU de Yopougon Abidjan Côte d'Ivoire). Au total, 130 enfants âgés de moins de 5 ans et hospitalisés pour diarrhée ont été inclus dans l'étude. Les techniques de coprologie utilisées étaient l'examen direct à frais, la technique de Ritchie simplifiée et la coloration de Ziehl-Neelsen modifiée. Par ailleurs, le statut sérologique anti-VIH des patients a été déterminé. Cryptosporidium sp et Isospora belli ont été mis en évidence avec les prévalences respectives de 7,7 % et de 3,9 %. L'association entre ces deux parasites a été observée dans un seul cas. Les coccidies étaient les parasites les plus fréquemment retrouvés après les Flagellés. Leur distribution dans l'échantillon n'était pas liée au statut sérologique anti-VIH des enfants. Ces résultats incitent à systématiser la recherche de Isospora belli et Cryptosporidium sp dans les diarrhées chez les enfants de moins de 5 ans.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Efficacité du sulfate de paromomycine (Humagel) chez un malade atteint de SIDA avec cryptosporidiose intestinale.

  • La cryptosporidiose intestinale est une infection liée à un protozoaire du phylum des apicomplexes, du genre Cryptosporidium. Elle peut mettre en jeu le pronostic vital lorsqu'elle survient chez un sujet immunodéprimé. L'absence de traitement efficace est le problème majeur de cette affection (1). Nous rapportons le cas d'un malade atteint de syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA) ayant une diarrhée sévère en rapport avec une cryptosporidiose intestinale, et dont l'état a été nettement amélioré par l'administration de paromomycine.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

La cryptosporidiose chez les enfants ivoiriens de Yopougon.

  • Une enquête coprologique a été effectuée chez 250 enfants ivoiriens diarrhéiques pour évaluer la fréquence de la cryptosporidiose dans les diarrhées de l'enfant . Cryptosporidium sp. a été retrouvé chez 10,4% des enfants. Par ailleurs, 76,9M des sujets souffrant de cette maladie avaient une diarrhée profuse, 57,7% présentaient une hyperthermie et 19,2% des manifestations respiratoires. La part de cryptosporidiose dans les diarrhées infantiles apparaît importante en Côte-d'Ivoire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cryptosporidiose et VIH à Abidjan (Côte-d'Ivoire).

  • Une étude coprologique réalisée chez 217 sujets adultes VIH+ au sidéens a permis d'évaluer la fréquence de la cryptosporidiose au cours de cette affection à Abidjan. Cryptosporidium sp. a été trouvé chez 8,7% des sujets. Par ailleurs 78,9% des malades avaient une diarrhée chronique. 89,4% présentaient une douleur abdominale et de la déshydratation. 94,7% avaient un amaigrissement et 21% présentaient des nausées ou des vomissements.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Cryptosporidiose au cours d'un syndrome d'immunodéficience acquise. A propos du premier cas tunisien.

  • Les auteurs rapportent l'observation du premier cas tunisien d'une cryptosporidiose intestinale, observé chez un enfant de quatre ans, atteint d'un syndrome d'immunodéficience acquise, et rappellent les principales caractéristiques cliniques de cette affection.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov