Cryoglobulinemie [ Publications ]

Perforations digestives itératives secondaires à une cryoglobulinémie essentielle et au cytomégalovirus : à propos d’un cas

  • La vascularite cryoglobulinémique, classiquement liée à l’hépatite C, peut se manifester par une atteinte systémique, à type de purpura, glomérulonéphrite, neuropathie périphérique. L’atteinte digestive des cryoglobulinémies est rare, de mauvais pronostic et conduit souvent à une intensification des traitements immunosuppresseurs. Ces situations d’immunosuppression iatrogène exposent à la réactivation d’une infection à cytomégalovirus (CMV) pouvant entraîner également des atteintes digestives. Nous rapportons l’observation d’un patient présentant des perforations intestinales itératives secondaires à une vascularite cryoglobulinémique puis à une infection à CMV.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Alvéolite lymphocytaire, hépatite virale chronique C, lipoprotéinose et cryoglobulinémie chez un même patient.

  • L'infection virale chronique par le virus de l'hépatite C (VHC), la lipoprotéinose, et la cryoglobulinémie sont chacunes associées à une alvéolite lymphocytaire pulmonaire. L'immunité de l'individu est mise en cause dans l'étiopathogénie de ces différentes affections. Nous rapportons la première observation associant lipoprotéinose, cryoglobulinémie, et hépatite virale de type C dans un contexte d'alvéolite lymphocytaire. Individuellement ces trois pathologies peuvent rendre compte des modifications cellulaires pulmonaires, mais leur association peut en aggraver l'évolution.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Hépatite A et cryoglobulinémie

  • Monsieur L., âgé de 21 ans, peintre industriel, consulte au service d'admission des urgences pour deux épisodes de malaises avec vertiges, céphalées, nausées et vomissements et gène respiratoire dans un contexte d'anorexie et d'asthénie sévères. Ces symptômes sont survenus après qu'il a inspiré des vapeurs de polyuréthane. L'interrogatoire ne retrouve aucun antécédent ni personnel ni familial. Il n'existe pas de notion de voyage à l'étranger, pas de transfusion, ni de prise médicamenteuse au long cours. Il est noté que le patient n'est pas vacciné contre l'hépatite B. L'examen clinique retrouve un ictère cutanéo-muqueux, des urines foncées. Il n'existe pas d'hépatomégalie, le sujet est apyrétique.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Atteinte rénale au cours des cryoglobulinémies de type I.

  • Caractéristiques de l'atteinte rénale Les cryoglobulines de type I, constituées d'une seule immunoglobuline monoclonale, peuvent être responsables d'une glomérulopathie dont la présentation clinique et les caractéristiques histologiques sont proches de celles des cryoglobulinémies mixtes. Contexte Les cryoglobulines de type I compliquent une hémopathie maligne, leucémie lymphoïde chronique ou lymphome malin non-hodgkinien dans 60 % des cas. Evolution Le traitement corticoïde et immunosuppresseur ou antimitotique permet souvent la stabilisation ou la rémission parallèle des manifestations rénales et de l'hémopathie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Caractérisation et évolution d'une cryoglobulinémie au cours d'une leishmaniose viscérale.

  • L'évolution des paramètres immunologiques à propos d'un cas de leishmaniose viscérale méditerranéenne montre la présence d'une cryoglobuline mixte type III avec activité facteur rhumatoïde et anticorps anti-leishmanies. Cette cryoglobuline suit la même évolution que les manifestations cliniques de la maladie, elle disparaît sous traitement. Les auteurs insistent sur le caractère éphémère de cette cryoglobuline qui entre dans le cadre d'une stimulation polyclonale du système immunitaire par l'infection parasitaire.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Les cryoglobulinémies.

  • Les cryoglobulines sont des immunoglobulines ou des complexes immuns qui précipitent à une température inférieure à 37 °C et se redissolvent à 37 °C. Parfois asymptomatiques, leur traduction clinique est préférentiellement cutanée, rénale ou neurologique. Elles peuvent être essentielles ou secondaires à des hémopathies, des maladies auto-immunes ou des infections. La proportion des cryoglobulinémies essentielles est en forte diminution depuis quelques années, du fait de la découverte du virus de l'hépatite C et de son implication dans les cryoglobulinémies.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Association cryoglobuline et maladie hépatique: fréquence, nature et caractères immuno-chimiques de la cryoglobulinémie.

  • L'étude des caractères immunochimiques des cryoglobulines fait apparaître une plus grande fréquence du type III dans la maladie alcoolique quelle qu'en soit la gravité, et du type II dans les hépatopathies à virus B.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov