Craniosynostoses [ Publications ]

craniosynostoses [ Publications ]

Publications > craniosynostoses

  • A propos d'une série de 1 321 craniosténoses opérées par l'équipe des Enfants Malades, une revue étiopathogénique et thérapeutique est réalisée. Après un bref rappel embryologique sur la croissance cranio-faciale, la classification morphologique des craniosténoses et leurs conséquences morphologiques et fonctionnelles sont rappelées. Les problèmes neurochirurgicaux principaux liés à la chirurgie cranio-faciale sont exposés. Les techniques chirurgicales en vigueur dans l'Unité sont décrites pour chaque type de craniosténose en fonction de l'âge: craniectomie en H ou transposition de volets pour les scaphocéphalies, avancement unilatéral d'un bandeau bilatéral pour les plagiocéphalies, bascule antérieure pour les oxycéphalies, et avancement fronto-orbitaire pour les brachycéphalies. Des résultats sont montrés, avec des reculs de plusieurs années. Pour les principales faciocraniosténoses, les principes de traitement chirurgical en deux ou plusieurs temps sont rappelés: avancement fronto-orbitaire initial puis traitement de la rétrusion maxillaire secondairement. Les perspectives de traitement conjoint unique avec distraction maxillaire précoce sont évoquées. Les indications chirurgicales sont détaillées. Liste des complications, morbidité et mortalité sont indiquées pour la série. Il est utile de rappeler que la chirurgie des craniosténoses est une chirurgie plastique dont les complications sont neurochirurgicales. Pour obtenir les meilleurs résultats avec les plus faibles risques, la chirurgie cranio-faciale doit être réalisée par des équipes multidisciplinaires dans des centres spécialisés.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov

Craniosynostoses et déformations crâniennes positionnelles: aspects diagnostiques et implications thérapeutiques.

  • La fermeture prématurée de suture(s) crânienne(s), appelée craniosynostose, conduit à des déformations plus ou moins caractéristiques du crâne chez le nourrisson. Elles sont rares (approximativement 5 cas par 1000 naissances) et doivent être suspectées dès la naissance. Dans la plupart des cas, le traitement est chirurgical. Ces craniosynostoses doivent être différenciées des plagiocéphalies postérieures positionneiles qui sont à l'heure actuelle extrêmement fréquentes. Ces déformations crâniennes positionnelles sont caractérisées par un méplat occipital uni- ou bilatéral, elles se développent généralement progressivement dans les semaines qui suivent la naissance à la faveur d'une position préférentielle adoptée par le nouveau-né durant son sommeil avec appuis prolongés sur l'arrière crâne. L'examen clinique suffit pour poser le diagnostic, des radiographies ne sont en principe pas nécessaires. Le traitement est essentiellement conservateur par mesures de positionnement, physio- ou ostéopathie, et/ou orthèse crânienne dynamique. Le traitement par un petit casque est efficace et bien toléré. Sa durée sera fonction de l'âge auquel il est initié, la période optimale étant vers 4 -5 mois de vie.

  • Source : ncbi.nlm.nih.gov